Emmanuel Macron sur TF1 mercredi, les oppositions protestent...

Publié le 14/12/2021 - 08:57
Mis à jour le 14/12/2021 - 08:57

Pressé par les oppositions de mettre fin au suspens sur sa candidature, Emmanuel Macron se livre mercredi 15 décembre 2021 à un grand entretien télévisé, au grand dam de la candidate LR Valérie Pécresse qui a saisi le CSA.

© Capture TV ©
© Capture TV ©

TF1 et LCI diffuseront mercredi à 21H05 cette émission d'au moins une heure et demie durant laquelle le président sera interrogé sur le bilan de son quinquennat. Cet entretien intitulé "Où va la France ?" a été enregistré dans les conditions du direct, a précisé le groupe TF1 lundi à l'AFP.

A quatre mois du premier tour de l'élection présidentielle, le chef de l'Etat, qui n'a pas encore officialisé sa candidature à sa réélection, sera interrogé par les journalistes Audrey Crespo-Mara de TF1 et Darius Rochebin de LCI. Il "répondra aux questions que se posent les Français", s'exprimera "sur la manière dont il a vécu son quinquennat" et "sa vision de l'avenir", selon le groupe TF1.

L'événement politico-médiatique ne manque pas de relancer les spéculations sur une annonce formelle de la candidature de M. Macron à sa propre succession en avril.

La candidate du Rassemblement national Marine Le Pen l'a appelé à mettre fin sans attendre à un vrai-faux suspense. Car "les Français attendent de la franchise, de la transparence, il suffit de dire +je serai candidat à ma réélection+", a-t-elle déclaré sur RMC.

"Secret de Polichinelle"

Manuel Bompard, porte-parole du chef de La France insoumise et candidat Jean-Luc Mélenchon, a également exhorté le chef de l'Etat à mettre fin à un "secret de Polichinelle".

Les oppositions de droite comme de gauche accusent déjà sans relâche Emmanuel Macron de faire campagne avec les deniers de l'Etat, des critiques déjà formulées à l'encontre des précédents présidents qui se sont représentés, comme Nicolas Sarkozy en 2012. Elles le soupçonnent également de mettre à profit la présidence française de l'UE, à partir de janvier, pour doper sa candidature et sa campagne.

De son côté, le camp macroniste s'est déjà mis en ordre de bataille, avec notamment la création du mouvement Ensemble citoyens !, sorte de "maison commune" des partis de la majorité, LREM et MoDem notamment. La montée de Valérie Pécresse dans les études d'opinion depuis son intronisation comme championne des Républicains pourrait pousser M. Macron à entrer formellement en lice sans tarder. Le chef de l'Etat comme la candidate LR convoitent l'électorat de la droite modérée, libérale et pro-européenne, considéré comme stratégique.

Le CSA saisit par Valérie Pécresse

Longtemps dominé par l'hypothèse d'un duel Macron/Le Pen, voire entre le président sortant et l'ex-polémiste d'extrême droite Eric Zemmour, un second tour Pécresse-Macron apparaît aujourd'hui très possible. Le camp de la candidate LR n'a pas manqué de réagir vivement à l'annonce de l'entretien présidentiel sur TFI/LCI, alors qu'une émission était programmée avec elle sur BFMTV. La chaîne a indiqué que l'émission était reportée "en raison de l'interview d'Emmanuel Macron".

Mme Pécresse a déclaré qu'elle saisissait le CSA car "on ne peut pas avoir un président candidat qui se fait ouvrir les chaînes de télévision à la demande et pendant des heures fait sa campagne, alors que ses adversaires doivent se contenter de cinq minutes de duplex pour lui répondre".

"C'est un acte de campagne. Le temps de parole relève du candidat, pas du président. Le CSA doit rétablir l'égalité du temps de parole et l'équité démocratique", a tweeté Eric Ciotti, finaliste du congrès LR pour l'investiture à la présidentielle.

"Jusqu'à nouvel ordre", a objecté Amélie de Montchalin, "on ne décompte pas le temps du président de la République" quand il "parle aux Français" ou se déplace "sur le terrain". "Il y a des règles dans notre pays", a-t-elle argumenté, faisant valoir qu'"une autorité indépendante", le Conseil supérieur de l'audiovisuel, est "chargée de s'assurer de la bonne organisation du débat" politique.

"On sent que l'atmosphère électorale est en train de se réchauffer", a ironisé pour sa part Jean-Luc Mélenchon qui a lui-même demandé à débattre avec Mme Pécresse.

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Sondage – Êtes-vous pour ou contre le bannissement des voitures sur le pont de la République à Besançon ?

C'est une annonce de la maire de Besançon qui anime l'opinion publique depuis le 7 janvier dernier : à partir du printemps prochain, le pont de la République sera fermé à la circulation des voitures au grand dam des partisans de la voiture, mais au bonheur des associations cyclistes. Et vous, êtes-vous pour ou contre cette décision ?

Aucun pass sanitaire ne sera demandé lors des meetings politiques…

C’est une nouvelle qui va en faire grincer des dents plus d’un… Le Conseil constitutionnel (saisi par 60 députés de la France Insoumise) a validé ce vendredi 21 janvier 2022 le projet de loi concernant le pass vaccinal. Les sages ont toutefois refusé la possibilité pour les organisateurs de meetings politiques de demander un pass sanitaire aux participants.

Quatre députés du Doubs signent une tribune en faveur d’une « fin de vie libre »

Les Jeunes avec Macron (JAM) de Bourgogne-Franche-Comté ont rédigé ce mois de janvier 2022 une tribune afin de ramener dans le débat national la question du choix de la fin de vie. Fannette Charvier, Eric Alauzet, Denis Sommer et Frédéric Barbier, députés du Doubs, ont co-signé cette dernière.

A Besançon, le portrait d’Emmanuel Macron goudronné pour ses bilans climatique et social

Pendant que Emmanuel Macron inaugurait la présidence française de l’Union européenne ce mercredi 19 janvier, des activistes d’Action non-violente COP21 ont souillé des portraits officiels du président pour dénoncer son bilan climatique et social. Ils pointent "le sabotage climatique" du quinquennat d'Emmanuel Macron et appellent à la mobilisation.

Fermeture du pont de la République aux voitures : une idée « absurde » pour les élus de Besançon maintenant

La maire de Besançon Anne Vignot a annoncé le 7 janvier dernier la fermeture du pont de la République à la circulation des voitures au printemps-été 2022. Une décision qualifiée d'"absurde" dans une lettre ouverte du 19 janvier écrite par Claude Varet, conseillère municipale de Besançon maintenant, qui appelle la maire à y renoncer en l'invitant à lancer "un grand chantier visant l’étude de toutes les mobilités."
Offre d'emploi

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -0.66
ciel dégagé
le 24/01 à 18h00
Vent
0.84 m/s
Pression
1032 hPa
Humidité
100 %

Sondage