Alerte Témoin

François Hollande : "Nous allons nous battre, tout simplement nous battre"

Publié le 03/05/2013 - 18:59
Mis à jour le 04/05/2013 - 11:09

En marge de son déplacement dans le Doubs ce vendredi 3 mai 2013, François Hollande a réaffirmé à Avoudrey sa volonté d'inverser la courbe du chômage malgré les prévisions pessimistes de la Commission européenne. Un peu plus tard, à Mamirolle, il a salué la décision de cette dernière de donner deux ans de plus à la France pour atteindre ses objectifs de réduction des déficits publics.

inverser la courbe du chômage

Réaffirmant sa volonté d'inverser la courbe du chômage malgré les prévisions pessimistes de la Commission européenne, François Hollande a déclaré à la presse lors de la visite d'une fabrication de saucisses, chez Jean-Louis Amiotte à Avoudrey dans le Doubs : "C'est un engagement que j'ai pris. Ce n'est pas une parole que j'ai prononcée en l'air. Je sais qu'il y a beaucoup de doutes, de scepticisme, même des prévisions qui ne vont pas dans ce sens." "Qu'est-ce qu'il faudrait faire, baisser les bras, regarder que ça tombe et attendre que ça passe ? Eh bien non. (...) Nous allons nous battre, tout simplement nous battre. Dans une conjoncture difficile, ce qui fait la différence entre les pays, c'est ceux qui se mobilisent et ceux qui laissent tomber. Ici, nous nous mobilisons", a-t-il ajouté.

Inverser la courbe

Dans la même localité lors de la visite de l’entreprise de maroquinerie de luxe SIS, le ministre du travail Michel Sapin qui accompagne le chef de l'Etat, a également estimé que "sur l'emploi, la commission prévoit en 2013 une stabilisation". "Comme ça augmente au premier semestre, ça veut plutôt annoncer ce que nous recherchons, c'est-à-dire une inversion de la courbe", a-t-il dit. "L'enjeu est ensuite une inversion durable de la courbe. Donc, nous nous battrons pour que le chômage en fin d'année diminue, mais aussi pour qu'en 2014 ont soit durablement dans une baisse du chômage", a ajouté le ministre.

A un journaliste qui lui faisait remarquer que le chômage repartirait à la hausse en 2014 selon la Commission européenne, M. Sapin a répondu : "la Commission n'intègre pas forcément tous les éléments de notre politique au jour d'aujourd'hui. C'est la raison principale. Ce n'est pas une différence d'analyse mais une différence de connaissance elle ne prend pas en compte, et à juste titre, des politiques qui ne sont pas en cours. Elle ne prend que les politiques lancées". Sur l'inversion de la courbe du chômage, il a fait valoir que "cet objectif (était) tout à fait conforme avec les prévisions de la commission. Je rappelle que la Commission prévoit pour 2013 ce qu'elle appelle une stabilisation du chômage ce qui veut bien dire à la fin de cette année une inversion de la courbe".

La France va subir une légère récession avec une année 2013 à -0,1%, selon la Commission européenne, dont la prévision est la même que celle du Fonds monétaire international, mais plus pessimiste que celle du gouvernement français, qui table sur une croissance de 0,1%. Pour 2014, la Commission prévoit une progression du PIB de 1,1%, une prévision plus proche de celle du gouvernement français (+1,2%) que de celle du FMI (+0,9%). La Commission anticipe par ailleurs un dérapage du déficit public à 3,9% du PIB cette année et 4,2% l'an prochain, alors que le gouvernement table sur respectivement 3,7% et 2,9%. 

"L'économie budgétaire doit être un principe"

Poursuivant sa visite à l’ENIL à Mamirolle, François Hollande a salué le sursis de deux ans accordé par Bruxelles à la France pour qu’elle puisse atteindre ses objectifs de réduction des déficits publics. "C'est une nouvelle importante, parce qu'elle vient consacrer ce que la France a demandé depuis un an, c'est-à-dire que l'on mette la croissance au premier rang de nos priorités", a-t-il déclaré devant des responsables et des élus locaux. Le président Hollande a cependant affirmé que "ce serait une vue de l'esprit" d'imaginer pour autant que la France pourrait se "dispenser du sérieux budgétaire indispensable" parce qu'elle disposerait de "cette souplesse, de cette liberté".

"Cette capacité, maintenant, qui nous est donnée d'engager notre politique sans avoir une contrainte qui nous empêche d'agir pour la croissance et l'emploi" ne doit pas être une incitation à s'écarter de ces objectifs, a-t-il insisté. "L'économie budgétaire doit être un principe et c'est pour ça que quelle que soit la liberté que nous donne l'Europe, nous nous sommes fixés un objectif: que la dépense publique n'augmente pas d'une année sur l'autre", a-t-il enchaîné. La décision de Bruxelles, selon lui, est une opportunité de mener "des réformes structurelles indispensables pour la croissance" en matière de formation professionnelle, d'innovation, d'investissement ou de réforme des retraites.
Dans ses prévisions économiques dévoilées vendredi, la Commission estime que le déficit de la France va déraper, à 3,9% du PIB cette année et à 4,2% du PIB l'an prochain. Ces chiffres s'éloignent sensiblement de ceux du gouvernement français, qui prévoit un déficit de 3,7% cette année et de 2,9% en 2014.

Jugeant les prévisions du gouvernement français "excessivement optimistes", le commissaire chargé des Affaires économiques, Olli Rehn, a estimé "raisonnable de prolonger de deux ans le délai" imparti à Paris pour revenir dans les clous imposés par la Commission (soit moins de 3%), en 2015 et non 2014 comme souhaité initialement par Paris.

(source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

« J’veux du local », pour promouvoir l’alimentation de proximité en Bourgogne Franche-Comté

Le mardi 30 juin 2020, Marie-Guite Dufay, présidente de la Région Bourgogne-Franche- Comté et Christian Decerle, président de la Chambre régionale d'agriculture de Bourgogne- Franche-Comté ont présenté la campagne de promotion des plateformes "J’veux du local" en faveur de l’alimentation de proximité.

Besançon : un petit coup de pouce pour la création d’une papeterie d’art et d’écriture au centre-ville

Alexandre Guillaume, illustrateur bisontin multi-spécialiste depuis 20 ans et commerçant de formation, souhaite ouvrir une nouvelle boutique au centre-ville de Besançon comme on n'en voit plus : une papeterie spécialisée dans les fournitures de beaux-arts et dans le matériel d'écriture. Si tout se passe bien, ce nouveau commerce devrait voir le jour à l'automne 2020. Et pour cela, il a lancé un financement participatif…

Urssaf : des mesures exceptionnelles pour les entreprises touchées par le covid-19 du 5 juillet ou du 15 juillet

Afin de tenir compte de l’impact de l’épidémie de coronavirus sur l’activité économique, le réseau des Urssaf a déclenché des mesures exceptionnelles pour accompagner les entreprises présentant de sérieuses difficultés de trésorerie. Dans le cadre de la reprise de l’activité économique, les modalités de report évoluent. Les entreprises doivent s’acquitter des cotisations sociales aux dates d’exigibilités. Les cotisations sociales sont donc exigibles au 5 et au 15 juillet 2020.

Franck Bertrand, nouveau directeur général du Crédit Agricole Franche-Comté

Il a traversé la France et a choisi la Franche-Comté de Brest à Besançon. Franck Bertrand, 58 ans, succède à Élisabeth Eychennes qui était à la tête de la banque coopérative depuis 10 ans. Le nouveau DG arrive dans un contexte de post-crise sanitaire et souhaite "donner du temps" aux entreprises...

Covid-19 : la Région Bourgogne Franche-Comté prépare un plan de relance de 400 millions d’euros

Les élus de Bourgogne Franche-Comté se sont réunis jeudi 25 et vendredi 26 juin 2020 en Assemblée plénière en mode restreint (53 élus sur 100 en présentiel). Parmi les sujets les plus importants abordés lors des débats, l'élaboration d'un plan de relance de 400 millions d'euros pour intervenir massivement en faveur de l'économie et de l'emploi.

150.000 Billets Doubs pour soutenir le tourisme local

La destination Doubs est une mosaïque de sites, de musées, d'activités de loisirs... fortement impactés par la crise sanitaire et ses conséquences. Afin d'en amoindrir les effets, le Département du Doubs, "conscient de cette richesse touristique et soucieux de la préserver », souhaite encourager les visiteurs comme les habitants à fréquenter massivement ces pépites réparties dans tout le territoire. Il a missionné Doubs Tourisme pour concevoir et mettre en œuvre les 150.000 Billets Doubs. Ils seront disponibles à partir du 1er juillet 2020.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     8.18
    ciel dégagé
    le 07/07 à 3h00
    Vent
    1.64 m/s
    Pression
    1021 hPa
    Humidité
    97 %

    Sondage