GE Belfort: la direction "disposée" à réduire de 150 le nombre de suppressions de postes

Publié le 04/10/2019 - 07:32
Mis à jour le 04/10/2019 - 07:32

La direction de General Electric (GE) à Belfort s'est dite jeudi "disposée" à réduire de 150 au maximum le nombre de postes supprimés sur le site, sur un total de 792 départs initialement proposés, dans un communiqué.

general electric power belfort
© GE Power

GE emploie quelque 4.300 salariés à Belfort, dont 1.900 dans l’entité qui fabrique des turbines à gaz, la plus durement touchée par un plan annoncé en mai et qui prévoyait initialement la suppression de près de 1.050 postes en France.

PUBLICITÉ

"Sous réserve" de discussions formelles avec les instances représentatives du personnel et "de la signature d'un accord portant sur la réduction des coûts et l'amélioration de la performance, la direction est disposée à envisager de conserver jusqu'à 150 postes sur un total de 792 départs initialement proposés", a-t-elle déclaré.

GE, qui affirme oeuvrer "dans un esprit d'ouverture" pour répondre aux contre-propositions de l'intersyndicale qu'elle a rencontrée jeudi matin, s'est toutefois attirée les foudres des syndicats. La direction "devait faire un retour sur nos propositions, mais elle ne prend rien et nous parle d'un accord de compétitivité", a réagi le délégué CFE-CGC Philippe Petitcolin, interrogé par l'AFP.

"C'est une boucherie, c'est un carnage, c'est un accord de compétitivité qui fait froid dans le dos" Cyril Caritey, délégué du syndicat CGT, qui "prépare la riposte".

Selon la CGT, cet accord comprend "la diminution des RTT de 21 à 10 jours, le gel des salaires pendant trois ans, la suppression des navettes transportant les salariés jusqu'au site, un régime plus drastique des indemnités ou encore une diminution du nombre de places en crèche d'entreprise".

Dénonçant le "projet absurde" de GE et sa "folie financière", l'intersyndicale l'accuse d'avoir "menti pendant des semaines en prétextant un problème de marché pour justifier son plan" avant d'évoquer nouvellement "un problème de compétitivité du site" de Belfort.

Celui-ci est au contraire "le plus productif", devançant ceux de Suisse et des États-Unis, fait valoir l'intersyndicale qui parle d'un "rebond" du marché des turbines à gaz produites sur ces sites.

De son côté, la direction a assuré, répondant à certaines contre-propositions de l'intersyndicale, que "les parties avaient trouvé un terrain d'entente qui pourrait permettre de progresser si des discussions plus détaillées pouvaient se tenir", le processus de consultation devant prendre fin le 21 octobre.

D'autres propositions de l'intersyndicale "ne peuvent être acceptées en l'état, soit parce qu'elles remettraient en cause l'organisation mondiale des activités gaz de GE, soit parce qu'elles ne répondent pas aux problématiques de compétitivité du site dans un marché des turbines à gaz en net repli", prévient-elle cependant.

En juin, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire avait exhorté GE à revoir "très significativement" sa copie en réduisant de façon notable le nombre de suppressions d'emplois prévues.

Jeudi soir, Bercy s'est dit "dans l'attente de propositions complémentaires de GE, comme ils s'y sont engagés, pour garantir la pérennité à long terme de la présence de centres de décision sur le site de Belfort et de l'activité industrielle associée".

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Le député européen et conseiller départemental Christophe Grudler obtient 600 000 euros de l’État pour le Grand Belfort

Depuis 2016 le fonds de péréquation des ressources intercommunales et communales (FPIC) comprend une garantie de sortie dégressive pour les territoires qui cessent d’être éligibles. Ce dispositif arrive à échéance l’année prochaine et conduira 175 territoires bénéficiaires d’une garantie de sortie en 2019 à ne plus rien percevoir en 2020. "C’est la situation dans laquelle aurait dû se retrouver la Communauté d’Agglomération du Grand Belfort pour l’année à venir" constate Christophe Grudler, député européen et conseiller départemental du Territoire de Belfort.

L’hiver approche, et c’est toujours le bon moment pour acheter son vélo chez Proxy-Cycle !

PUBLI-INFO • La période hivernale est en effet une belle occasion de parcourir les magasins et de chercher son futur moyen de transport, de se faire plaisir pour noël ou bien encore de chercher la bonne affaire. Le fabricant et vendeur de vélos électriques bisontin Proxy-Cycle propose des promotions ainsi que des nouveautés toujours plus pratiques et tendance dès maintenant ! Rendez-vous dans les magasins Proxy Cycle en Franche-Comté…

Étude sur l'état de la pauvreté : qui sont les plus impactés en Franche-Comté ?

Depuis 20 ans, le Secours catholique mène une étude statistique annuelle sur l'état de la pauvreté en France. Ce 7 novembre 2019, l'organisation met en lumière la situation de précarité des migrants, des femmes seules et des enfants… Nous avons rencontré Antoine Aumonier, délégué de Franche-Comté au secours catholique.

Le Comté bientôt protégé en Chine

Alors que la rivalité commerciale entre Pékin et Washington se durcit, Emmanuel Macron appelle les Européens à parler et agir ensemble pour mieux peser face aux Chinois sur les dossiers économiques. Le président a conclu un accord sur la reconnaissance mutuelle et la protection des indications géographiques protégées (IGP) dont fait partie notre bon fromage, le Comté. Cet accord doit entrer en vigueur avant la fin 2020.

Besançon, ville la plus attractive : « un marché sain et équilibré » selon la FPI de Franche-Comté

La 3e édition du baromètre de l'attractivité des grandes villes françaises (meilleurtaux.com et Jobijoba) place Besançon en pôle position. Avec un nombre d'offres d'emploi élevé, un taux de CDI important et un prix d'immobilier raisonnable, la cité comtoise souligne l'importance de conserver cet équilibre.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.56
légère pluie
le 13/11 à 0h00
Vent
1.28 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
97 %

Sondage