GE Belfort : le blocage se poursuit, réunion à Bercy mardi

Publié le 15/10/2019 - 08:24
Mis à jour le 15/10/2019 - 08:24

L'intersyndicale et la direction de General Electric (GE) à Belfort reprendront leurs discussions mardi au ministère de l'Economie alors que le site de production de turbines à gaz est bloqué depuis une semaine, a-t-on appris ce lundi 15 octobre 2019 de sources concordantes.

General Electric
©Page Facebook-Intersyndicale General Electric Belfort
PUBLICITÉ

D'après l'intersyndicale du site belfortain, visé par un vaste plan social, une réunion entre le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, la direction de
GE et les représentants du personnel pourrait se tenir mardi à Paris. Bercy a confirmé auprès de l'AFP "la tenue d'une réunion avec l'intersyndicale et la direction de GE, mardi à 15H00".

Lundi, après seulement 20 minutes de réunion, les représentants du personnel ont mis un terme à leur rencontre avec la direction, faute d'accord. Le groupe américain "déplore" l'interruption des discussions "alors même que des avancées importantes avaient été enregistrées vendredi dernier". "Cette situation, conjuguée au blocage actuel du site, ne sert pas les intérêts de nos employés. Elle est dommageable à nos clients et, in fine, à l'activité gaz de Belfort dont la situation financière continue de se dégrader", a déclaré la direction à l'AFP.

Quatre "lignes rouges"

Le blocage des ateliers de fabrication des turbines à gaz, initié mardi dernier, se poursuivait lundi sur les sites de Belfort et Bourogne. "Dans ce contexte, la direction s'apprête à transmettre pour avis aux partenaires sociaux un plan révisé qui tiendra notamment compte des observations formulées par la Direccte" (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi), a indiqué le groupe.

"Compte tenu du calendrier de la procédure, à laquelle les partenaires sociaux ont refusé de participer depuis près de quatre mois, GE à l'intention de soumettre ce plan à la Direccte pour homologation le 21 octobre", a précisé la direction. L'intersyndicale a édicté quatre "lignes rouges" conditionnant sa participation à des discussions dans le cadre de ce processus formel de négociation. Mais elle estime que la direction n'en a pas tenu compte.

Le groupe américain, qui emploie quelque 4.300 salariés à Belfort, dont 1.800 dans l'unité de fabrication des turbines à gaz, a annoncé en mai un plan
de restructuration prévoyant la suppression de près de 1.050 postes en France, dont 792 dans le site belfortain. Une manifestation de soutien aux salariés de GE est prévue samedi à Belfort.

(Source AFP)

1 Commentaire

On le sait depuis longtemps maintenant ; nos " très chers élus politicards " n'ont absolument aucune prises sur des décision économiques débarquées d'ailleurs ; de conseils d'administrations basés ; ici aux USA ; là où l'on est dans l'incapacité de positionner.; Belfort sur une carte de l'Europe . Ils vont certainement essayer dans une dernière manœuvre ; de faire financer la liquidation de GE Belfort avec l'argent des contribuables Français : Classique . Si notre Président de La République ; ne pourra rien décider dans cette affaire ; alors que dire de Madame la Présidente de Région.. du reste ; à quoi sert t'elle?
Publié le 15 octobre à 09h14 par Patrick Lepak • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Une trentaine d’infirmier.eres de bloc opératoire manifeste au CHU de Besançon

Suite à l'appel à la grève nationale de l'Union syndicale des associations d'infirmie.eres de bloc opératoire diplômé.es d'Etat (Unaibode) dont le Syndicat national des infirmiers de bloc opératoire (Snibo), une trentaine d'infirmier.eres de bloc opératoire (Ibode) s'est rassemblée jeudi 7 novembre 2019 sur le parvis du CHU de Besançon. Pourquoi les Ibode sont-ils en grève ? Réponses…

« Pour défendre notre système de santé », un rassemblement devant l’ARS à Besançon le 14 novembre 2019

Les organisations syndicales représentatives médicales et paramédicales CFDT, CGT, Solidaires ( ou SUD) et UNSA du Doubs appellent à un rassemblement de tous les salarié-es et usag-è-r-e-s pour jeudi 14 novembre 2019 pour défendre notre système de Santé et d’Action Sociale.

Entre 50 et 70 tracteurs dans Besançon et devant la préfecture

[Mis à jour] • La FDSEA et les JA du Doubs ont décidé de répondre à l’appel à mobilisation national lancé par leurs réseaux FNSEA et JA Nat. Trois convois de tracteurs se sont mis devant la Préfecture de Besançon ce 22 octobre 2019. Selon le FDSEA du Doubs, 150 agriculteurs sont mobilisés. Ils ont ensuite déambulé, en tracteur, dans Besançon, avant de partir vers 15h.

« Macron, réponds-nous » : trois convois de tracteurs à Besançon mardi 22 octobre

La Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles et les Jeunes agriculteurs appellent à une mobilisation nationale mardi 22 octobre 2019. Trois convois de tracteurs circuleront à Besançon pour arriver devant la préfecture du Doubs à 11 heures. Objectif : interpeller      le président de la République Emmanuel Macron.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.36
peu nuageux
le 12/11 à 9h00
Vent
4.12 m/s
Pression
1012 hPa
Humidité
88 %

Sondage