HLM du Grand Besançon et SAIEMB : une mobilisation contre la fusion prévue ce mercredi

Publié le 05/06/2019 - 11:06
Mis à jour le 05/06/2019 - 11:06

Le projet de fusion entre l’office public HLM de Grand Besançon Habitat et la société d’économie mixte SAIEMB sera à l’ordre du jour de la réunion du conseil d’administration de Grand Besançon Habitat (GBH) ce mercredi 5 juin 2019. Aussi, une mobilisation est prévue en amont de cette dernière à 16h00 au 6 rue André boulloche à Besançon.

© Hélène Loget ©
© Hélène Loget ©

"Compte tenu des risques que présente ce projet, tant pour les locataires de GBH et SAIEMB que pour les personnels de ces deux entités", l'union locale CNL (confédération nationale du logement) de Besançon s'oppose à ce projet de fusion en l'état. L'intersyndicale, elle, appelle les agents et les salariés à se mobiliser et se mettre en grève ce mercredi.

Ce que souhaite obtenir l'intersyndicale :

  • l’étude d’autres modes de coopération avec les autres bailleurs sociaux en mettant la préservation du logement social et la place du locataire au cœur des négociations,
  • le maintien du statut Office Public de l’Habitat qui garantit aux locataires le maintien du service public
  • la préservation de l’ensemble des emplois, des salaires et des acquis sociaux pour l’ensemble des salariés.
  • empêcher "la mort" de l'Office Public de l'Habitat du Grand Besançon "au profit des capitaux privés".

"Le logement social, comme la santé comme l’éducation et bien d’autres services n’a pas comme objectif la rentabilité économique, mais le service à tous"

"En son temps, la Confédération nationale du Logement a dénoncé la loi ELAN comme mettant gravement en cause la survie du secteur HLM donc la capacité pour les plus démunis de pouvoir au moins se loger décemment à un coût abordable", explique la confédération en poursuivant : "Avec ce projet de fusion, on voit concrètement une des applications de la loi ELAN qui impose aux organismes HLM de se regrouper pour former des entités énormes au seul critère de la rentabilisation du logement social. Mais le logement social, comme la santé comme l’éducation et bien d’autres services n’a pas comme objectif la rentabilité économique, mais le service à tous, en respectant les besoins de chacun et, en particulier ceux des plus démunis".

"Sans aucune concertation"

Pour l'union Local CNL, la dissolution de l’Office Public HLM de Besançon, Grand Besançon Habitat est envisagé "par sa direction" et  "sous l’impulsion du maire de Besançon". Cela "sans aucune concertation" avec les organisations de défense des locataires "ni avec les organisations syndicales de l’Office".

Selon la confédération, cette fusion ne sera pas "sans conséquence pour le service qu’un Office Public HLM doit rendre aux locataires". Elle s'inquiète d'une éventuelle "« mutualisation » d’une « rationalisation » des moyens humains". Ce qui ne serait pas "sans conséquence sur l’emploi et sur les conditions de travail (…) et sur le service que les bailleurs sociaux doivent rendre aux usagers du logement social".

Pour ces différentes raisons, l’Union Locale CNL s’associe à la demande exprimée par l’Intersyndicale « de requérir un examen plus approfondi du projet de fusion et l’étude d’autres scénarios.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Musée d’Arts et du Temps : “Nous sommes inquiets pour la santé des agents” (intersyndicale)

Emmanuelle Monnin pour le syndicat Sud CT 25, accompagnée de Sophie Caron, pour Force ouvrière a indiqué "être inquiète" pour les agents, notamment suite à des problèmes de management de la part de Laurence Madeline, la directrice des musées d’arts et du Temps. L’intersyndicale lance également un appel à la maire de Besançon…

Mineurs isolés étrangers : Sol Mi Ré alerte sur la non-scolarisation de plus d’une soixantaine de jeunes à Besançon

Lors d’une conférence de presse le 10 avril 2024 devant l’inspection académique du Doubs à Besançon, le Collectif Solmiré a alerté sur la situation ”de plusieurs dizaines de jeunes non-pris en charge comme mineurs et non-scolarisés à ce jour” par l'Académie de Besançon.

Une manifestation contre la répression des free party à Besançon

Suite à une initiative nationale lancée par le compte Instagram ”Tekno anti-répression”, le collectif Franche-Comtek appelle à manifester dans les rues de Besançon samedi 13 avril 2024. Objectif : protester contre ”la politique répressive que mène l’Etat à l’encontre des free party depuis plus de 30 ans et plus particulièrement ces cinq dernières années.”

Problèmes de management au musée des Beaux-arts ? Les syndicats en grève le 12 avril

Mise à jour • Les syndicats Sud-Solidaires et FO organisent une manifestation vendredi 12 avril 2024 à 10h00 devant le musée des Beaux-Arts de Besançon afin de dénoncer des "dysfonctionnements liés au management" de la nouvelle directrice des Musées d’arts et du temps. Pour rappel, Laurence Madeline est en poste depuis un an.

Besançon : les professionnels du secteur social et médico-social dans la rue

Les personnels du DAHIS (dispositif d'accueil, d'hébergement et d’insertion sociale) de l'AHS FC (association d’hygiène sociale), qui regroupe les CADA (centre d'accueil des demandeurs d’asile) mais aussi les dispositifs mineurs non accompagnés, se sont réunies à 13h00 au 16 rue Gambetta à Besançon devant le siège du DAHIS. Ils ont ensuite rejoint la mobilisation intersyndicale à l’esplanade des droits de l’homme. Le cortège s’est rendu devant la préfecture afin de transmettre une pétition aux autorités. Cette dernière a recueilli 900 signatures, nous indique la CGT.

“Stop à la maltraitance sociale !” : l’intersyndicale appelle à la mobilisation jeudi à Besançon 

Dans le cadre d’un appel national à la grève jeudi 4 avril 2024, l’intersyndicale (CGT, FO et SUD) sera mobilisée à partir de 13h00 rue Gambetta à Besançon aux côtés du centre d'accueil demandeurs d’asile. Le cortège retrouvera à 14h00 les autres manifestants à l’esplanade des droits de l’Homme.

Réforme du “choc des savoirs” : le Snes-FSU dénonce un “tri social” des élèves

Les syndicats Snes-Fsu et Sud Éducation, accompagnés de quelques enseignants, se sont mobilisés mardi 2 avril 2024 devant le rectorat de Besançon afin de s’opposer à la réforme du "choc des savoirs" annoncée par Gabriel Attal lorsqu’il était ministre de l’Éducation nationale.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 2.88
légères chutes de neige
le 18/04 à 6h00
Vent
1.57 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
93 %