Alerte Témoin

Immeuble rue de Chaillot : "on ne va pas démolir du jour au lendemain"

Publié le 04/02/2016 - 18:46
Mis à jour le 05/02/2016 - 16:09

La démolition de l'immeuble situé au 12, rue du Chaillot continue de faire débat pour certains locataires et le CNL de Besançon qui ont sollicité une table ronde avec les responsables et élus locaux. Le président de Grand Besançon Habitat, Pascal Curie, l'assure : "un travail d'accompagnement sera engagé avec chaque locataire" pour trouver la meilleure solution de relogement, "en prenant le temps qu'il faudra".

1222438450_immeuble_planoise_fenetre.jpg
© DR

Dans une impasse

La situation semble dans une impasse et pour le président de GBH, toutes les solutions ont été envisagées. L'immeuble qui devait être réhabilité sera bien démoli. "Par deux fois, les locataires et le CNL ont refusé la réhabilitation". Tout en précisant que les autres associations de locataires (CLCV et CSF) ont soutenu de leurs côtés les projets de réhabilitations.

Plusieurs travaux avaient pourtant déjà été engagés depuis 2010 sur les ascenseurs, les toitures terrasses et la chaufferie. "Nous pensions vraiment que les locataires allaient accepter les nouveaux travaux de réhabilitation dont l'immeuble a besoin."

"On ne peut pas aller plus loin"

Un premier projet en 2013 avait été rejeté. "Nous avions alors essayé de diminuer les travaux pour limiter encore les impacts financiers sur les locataires, mais on ne peut pas aller plus loin." Ce second projet à nouveau désapprouvé par les habitants des lieux en juin 2015 a donc amené GBH à envisager et décider cette démolition.

Accusé de vouloir "purifier le quartier" ou "repousser les plus pauvres en périphérie", le président de GBH tient à réagir. "Cette affirmation est totalement fausse ! Il suffit de regarder ce quartier, 120 logements sociaux y sont implantés et 68 autres devraient prochainement voir le jour soit environ 180 logements dans les trois ans à venir." Et de préciser que d'autres projets de GBH sont en prévision dans le centre de Besançon et pas uniquement à la périphérie.

Et après la démolition ?

Aujourd'hui, trois pistes seraient à l'étude autour de la démolition de cet immeuble :

  • le terrain pourrait être vendu
  • des logements sociaux "classiques" pourraient y être reconstruits
  • ou des logements sociaux faisant la part belle à l'intergénérationnel

Bien sûr, en attendant, le GBH menera un travail d'accompagnement de chaque locataire. "Quatre ou cinq personnes ont déjà sollicité notre aide pour un relogement." Par ailleurs, GBH s'engage à prendre en charge les frais de déménagement et le raccordement EDF et GDF, "ce à quoi ne nous oblige pas la loi", précise Pascal Curie.

Et cela prendra le temps qu'il faut. "Nous n'allons pas démolir du jour au lendemain, notre accompagnement pourrait s'étaler sur un an voire deux ans". D'ores-et-déjà, Pascal Curie va organiser une table ronde comme l'ont sollicité le CNL et les locataires.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Vie locale

Covid-19 : Va-t-il y avoir une désinfection des rues à Besançon ?

Nombre d'images ont montré des agents en train de désinfecter les rues à l'étranger et récemment en France. Après 15 jours de confinement, est-ce que la Ville de Besançon a prévu un nettoyage approfondi ? Nous avons posé la question à Jean-Louis Fousseret, le maire de Besançon.

Les techniciens d’Enedis mobilisés durant le confinement : déjà plus de 1.000 interventions

Comme lors de la mobilisation pour les aléas climatiques, les équipes d'Enedis (ex ERDF),  en charge du réseau et de la distribution d'électricité, sont sur le terrain. Sur les territoires Alsace et Franche-Comté, 350 salariés sont mobilisés dans le cadre du service essentiel, 24h/24 et sept jours sur sept.

Huit bureaux de poste ouverts dans le Doubs

Mise à jour • Voici la liste des huit bureaux de poste ouverts dans le Doubs dans le contexte de la situation sanitaire actuelle. La mobilisation des équipes dans les bureaux permet à La Poste "d’assurer ses missions prioritaires et les opérations essentielles tout en protégeant la santé des postiers et des clients", est-il indiqué ce 26 mars 2020.

Fermeture des marchés en plein air. Les marchés « Beaux Arts » et Cassin restent ouverts

Suite aux annonces du Premier ministre lundi 23 mars 2020 concernant un durcissement du confinement en France, la Ville de Besançon a décidé de maintenir les marchés prévus ce mardi, mais tous seront annulés par la suite. A partir de mercredi, seuls les marchés Beaux-Arts au centre-ville et Cassin de Planoise resteront ouverts avec des mesures de préventions renforcées. 
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 22.87
ciel dégagé
le 09/04 à 12h00
Vent
2.97 m/s
Pression
1022 hPa
Humidité
37 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune