IVG : "nous vous demandons d’autoriser les professionnels des centres de planification à pratiquer des IVG médicamenteuses"

Publié le 25/09/2018 - 16:46
Mis à jour le 25/09/2018 - 16:46

Le groupe socialiste et divers gauche a proposé, ce lundi 24 septembre 2018 lors de l'assemblée du Département du Doubs, une motion pour l'amélioration de l'accès au droit de l'interruption volontaire de grossesse (IVG). Cette motion intervient à quelques jours de la journée mondiale pour le droit à l'avortement ce vendredi.

Le groupe socialiste et divers gauche souhaite que les médecins départementaux puissent "pratiquer des interruptions volontaires de grossesse médicamenteuses". Selon le groupe, "il est difficile pour certaines jeunes femmes, mineures et femmes majeures d’accéder, dans de bonnes conditions, à ce droit pourtant garanti par la loi (…) La Présidente du Département a refusé le débat et son groupe a voté unanimement contre la motion", précise le groupe.

Motion proposée par le groupe :

"Début juillet, le Planning Familial interpelle chacun.e dans une tribune introduite en ces termes « À le voir célébrer […] comme un droit inébranlable veillé par Simone, on en oublierait presque une chose essentielle : nous ne sommes certainement pas toutes égales face à la liberté d’avorter. Oui, même ici, en France, en 2018. Oui, même ici, dans le Doubs, en 2018.

La loi est pourtant claire : l’IVG est un droit, les femmes ont le choix entre une méthode médicamenteuse jusqu’à la fin de la 5e semaine de grossesse – de la 7e dans un établissement de santé –, et de la 12e semaine pour l’IVG instrumentale. Dans les deux cas, un protocole est bien établi : consultation d’information, recueil du consentement, acte et consultation de contrôle, prescription d’une contraception. 

En réalité, 11 professionnels sont habilités à ce jour à réaliser une IVG médicamenteuse dans le Doubs [méthode moins traumatisante que l’IVG instrumentale]. Et il est difficile pour certaines jeunes femmes mineures et femmes majeures d’accéder, dans de bonnes conditions, à ce droit pourtant garanti par la loi.
Sachant que la collectivité dispose de leviers pour agir, nous vous demandons aujourd’hui de les mobiliser.

Les centres de planification et d’éducation familiale (CPEF) du Doubs ne pratiquent pas d’IVG par voie médicamenteuse. Or le Ministère des Solidarités et de la Santé préconise que les CPEF des Départements soient autorisés à pratiquer ces IVG, afin d’assurer une offre diversifiée de proximité, répondant aux besoins des territoires.

Aussi, afin de simplifier le parcours de ces femmes, nous vous demandons d’autoriser les professionnels des centres de planification dont la collectivité a la charge à pratiquer des IVG médicamenteuses".  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Gestes barrière, attroupement, masque… Les ambassadeurs santé à la rencontre des Bisontines et des Bisontins jusqu’à Noël

Depuis la réouverture des commerces le 28 novembre dernier, des professionnels de santé, surnommés les ambassadeurs santé de la Ville de Besançon, déambulent dans le centre-ville afin de prévenir la population des gestes barrière pour éviter une troisième vague de la covid-19 pendant les fêtes.

Violences policières, article 24, formation des forces de l’ordre… Entretien avec Emmanuelle Cordier, policière à Besançon

Après les attentats de 2015 suite auxquels les Françaises et le Français embrassaient les forces de l'ordre, qu'est-ce qui a changé dans leurs relations ? Y a-t-il des brebis galeuses au sein de la police ? Pour ou contre l'article 24 de la proposition de loi de "sécurité globale" ? Nous avons rencontré Emmanuelle Cordier, déléguée interdépartementale unité SGP Police du Doubs à Besançon pour en parler.

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Missions et enjeux de la 7e brigade blindée de l’armée de Terre. On en parle avec le général Pierre-Yves Rondeau

Envoyés en mission pour 3 à 6 mois à travers le monde (Mali, Côte d'Ivoire, Liban…), les militaires de la 7e brigade blindée, subordonnée à la 1re division dont l'État-major est à Besançon, rentreront en France début 2021 en permission avant de reprendre une année d'entraînement. Le général de brigade Pierre-Yves Rondeau nous parle des missions de ces militaires et des prochains enjeux.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.7
légère pluie
le 04/12 à 18h00
Vent
0.95 m/s
Pression
990 hPa
Humidité
98 %

Sondage