IVG : "nous vous demandons d’autoriser les professionnels des centres de planification à pratiquer des IVG médicamenteuses"

Publié le 25/09/2018 - 16:46
Mis à jour le 25/09/2018 - 16:46

Le groupe socialiste et divers gauche a proposé, ce lundi 24 septembre 2018 lors de l’assemblée du Département du Doubs, une motion pour l’amélioration de l’accès au droit de l’interruption volontaire de grossesse (IVG). Cette motion intervient à quelques jours de la journée mondiale pour le droit à l’avortement ce vendredi.

Le groupe socialiste et divers gauche souhaite que les médecins départementaux puissent "pratiquer des interruptions volontaires de grossesse médicamenteuses". Selon le groupe, "il est difficile pour certaines jeunes femmes, mineures et femmes majeures d’accéder, dans de bonnes conditions, à ce droit pourtant garanti par la loi (…) La Présidente du Département a refusé le débat et son groupe a voté unanimement contre la motion", précise le groupe.

Motion proposée par le groupe :

"Début juillet, le Planning Familial interpelle chacun.e dans une tribune introduite en ces termes « À le voir célébrer […] comme un droit inébranlable veillé par Simone, on en oublierait presque une chose essentielle : nous ne sommes certainement pas toutes égales face à la liberté d’avorter. Oui, même ici, en France, en 2018. Oui, même ici, dans le Doubs, en 2018.

La loi est pourtant claire : l’IVG est un droit, les femmes ont le choix entre une méthode médicamenteuse jusqu’à la fin de la 5e semaine de grossesse – de la 7e dans un établissement de santé –, et de la 12e semaine pour l’IVG instrumentale. Dans les deux cas, un protocole est bien établi : consultation d’information, recueil du consentement, acte et consultation de contrôle, prescription d’une contraception. 

En réalité, 11 professionnels sont habilités à ce jour à réaliser une IVG médicamenteuse dans le Doubs [méthode moins traumatisante que l’IVG instrumentale]. Et il est difficile pour certaines jeunes femmes mineures et femmes majeures d’accéder, dans de bonnes conditions, à ce droit pourtant garanti par la loi.
Sachant que la collectivité dispose de leviers pour agir, nous vous demandons aujourd’hui de les mobiliser.

Les centres de planification et d’éducation familiale (CPEF) du Doubs ne pratiquent pas d’IVG par voie médicamenteuse. Or le Ministère des Solidarités et de la Santé préconise que les CPEF des Départements soient autorisés à pratiquer ces IVG, afin d’assurer une offre diversifiée de proximité, répondant aux besoins des territoires.

Aussi, afin de simplifier le parcours de ces femmes, nous vous demandons d’autoriser les professionnels des centres de planification dont la collectivité a la charge à pratiquer des IVG médicamenteuses".  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Le Sénat approuve l’inscription de l’IVG dans la Constitution, le Congrès réuni lundi

Les sénateurs ont largement voté mercredi 28 février 2024 en faveur de l’inscription de l’IVG dans la Constitution en des termes identiques à ceux de l’Assemblée, assurant de ce fait une "liberté garantie" aux femmes d’avoir recours à l’avortement. Cette modification de la Constitution doit désormais être soumise au Congrès qui se réunira dès lundi à Versailles.

Salon de l’agriculture à Paris : la brasserie Les 2 Fûts veut “démocratiser” la bière artisanale

À l’occasion de la 60e édition du Salon international de l’agriculture à Paris qui se déroule en ce moment jusqu’au 3 mars 2024, l’équipe de maCommune.info a rendu visite ce mardi 27 janvier 2024 à Loïc Fusillier, co-fondateur de la micro-brasserie bisontine Les 2 Fûts.

Salon du chiot à Besançon : la Ville “pas favorable à ce type d’événement”

AJOUT RÉACTION VILLE • Ce week-end à Micropolis se tiendra le Salon du chiot, qui proposera la vente de chiots et de chatons. Un événement qualifié de "foire à la souffrance" par les associations engagées dans la défense du bien-être animal qui dénoncent l’organisation d’un tel salon et demande son annulation. Une pétition a été lancée en ligne...

Le projet de Maison des femmes pour l’égalité à Besançon se concrétise

Dans le cadre de la future Maison des femmes pour l’égalité qui sera implantée à Besançon, le centre d’information sur les droits des femmes et des familles du Doubs et Solidarité Femmes organisent l'inauguration de l’association de préfiguration le dimanche 10 mars 2024 au Grand Kursaal de Besançon.

SIA 2024 : l’agriculture en Bourgogne Franche-Comté est “aussi forte que la filière auto”

Comme chaque année, la Région Bourgogne - Franche-Comté élit domicile temporaire le Salon international de l’agriculture à Paris pendant neuf jours dans le but de promouvoir les produits, les producteurs et éleveurs de son territoire. C’est dans le pavillon 3 mardi 27 février 2024 que nous avons rencontré Christian Morel, vice-président de la Région en charge de l’agriculture, de la viticulture et de l’agroalimentaire.

Besançon : plus de 13.300 dépôts sauvages ramassés en 2023, près de 500 en 2024…

QUOI DE NEUF À BESAC ? • En 10 ans, le nombre de dépôts sauvages s’est multiplié par 10 à Besançon, comme partout en France, un fléau qui coûte très cher aux collectivités. C’est le sujet de notre rubrique Quoi de neuf à Besac ? de ce mois de février 2024, avec Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée à la Voirie.

Soins dans l’Arc jurassien franco-suisse : une baisse du nombre de médecins du côté français

Dans le cadre d’un cycle de travail sur la santé, l’Observatoire statistique transfrontalier de l'Arc jurassien (OSTAJ) a publié le 27 février 2024 une nouvelle étude consacrée à l’offre de soins sur le territoire. Les chiffres reflètent particulièrement des tendances démographiques et structurelles différentes de part et d'autre de la frontière.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 10.41
couvert
le 01/03 à 15h00
Vent
3.63 m/s
Pression
1007 hPa
Humidité
61 %