Jean-François Longeot s'engage “pour la sauvegarde de nos AOC”

Publié le 12/02/2016 - 18:25
Mis à jour le 12/02/2016 - 18:25

Le sénateur du Doubs, Jean-François Longeot, est intervenu en séance au Sénat ce jeudi 4 février 2016 pour l’adoption de la proposition de résolution européenne.

 ©
©

Le Doubs : un département d'AOC

Ce jeudi 11 février 2016 au Sénat, Jean-François Longeot a rappelé que si “le traité transatlantique constitue une chance pour l’ouverture vers de nouveaux marchés, il suscite aussi et légitimement de nombreuses craintes”. Il a poursuivi en indiquant que "le Sénat, une fois encore, doit pouvoir jouer son rôle d’aiguillon du Gouvernement”.

En effet, il a insisté sur la reconnaissance et la protection juridique des indications géographiques en rappelant être un "élu d’un département très riche en produits labellisés AOC, en particulier pour le fromage avec près de 64 000 tonnes produites en 2015, soit 2% de plus que l’année précédente". Ce cercle agricole et économique est "vertueux" et ne doit pas être "déséquilibré". "Ce sont quelque 10 000 emplois qui sont en jeu".

Transparence

Les enjeux de cet accord commercial sont donc "primordiaux car ils auront un impact sur nos territoires". Le Sénateur a rappelé "qu'il est nécessaire non pas d’améliorer, mais d’assurer la transparence des négociations" en appelant le Secrétaire d’Etat à "organiser cette transparence au sein de notre pays".

Etiquetage européen

Enfin, le Sénateur a souligné l’importance de cette proposition de résolution européenne comme moyen de sauvegarde "de notre modèle" et souhaite que la question de "l’étiquetage de nos produits soit portée au niveau européen". Selon Jean-François Longeot, "la traçabilité et l'étiquetage complet restent les meilleurs moyens de laisser le choix au consommateur".

(Communiqué)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Dans le Doubs, 7.000 chevreuils bientôt abattus ?

Le préfet du Doubs, par arrêté annuel, conformément aux dispositions prévues par l’article L425-8 du code de l’environnement, a fixé le nombre minimal et le nombre maximal de chevreuils à "prélever" par territoire en prenant compte des "dégâts causés par cette espèce", selon une information du 24 avril 2024. Ainsi, 7.000 chevreuils ”maximum” pourront être tués dans le département pour la saison 2024-2025. Le public peut donner son avis sur cet arrêté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.12
ciel dégagé
le 19/05 à 6h00
Vent
1.25 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
99 %