Journée de mobilisation à ERDF-GRDF, jeudi 4 juillet

Publié le 03/07/2013 - 11:39
Mis à jour le 03/07/2013 - 11:42

A Besançon une intersyndicale CGT – Force Ouvrière appelle les agents d’ERDF – GRDF sud Franche-Comté, à un débrayage d’une durée de 4 heures, jeudi 4 juillet 2013 en solidarité avec leurs collègues de la SNET, filiale d’EDF détenue majoritairement par l’allemand E.on. 500 emplois sont menacés en France.

défense service public

PUBLICITÉ

Les électriciens et gaziers sont appelés à observer un arrêt de travail de 4 heures par une intersyndicale CGT, Force Ouvrière, à partir de 8h, jeudi matin. Une assemblée générale du personnel se tient à 8h30 dans la cour du centre ERDF-GRDF sud Franche-Comté, rue Bersot à Besançon. Une délégation doit être reçue en Préfecture de région à Besançon à 10h. D’autres délégations doivent se rendre le même jour, dans les sous-préfectures à Pontarlier et à Dole. « Les salariés de E.on en France (SNET) sont en lutte car plus de 500 d’entre eux sont menacés de licenciements. Après avoir empoché les subventions de Bruxelles pour moderniser l’appareil industriel, l’électricien allemand veut mettre la clé sous la porte de cinq des sept unités de production thermiques classiques en France » s’insurge Jean -Christophe Jacottot secrétaire général du syndicat FNME CGT Franche-Comté à Besançon et délégué syndical UCF Alsace Franche-Comté.

Risque de plan social

La centrale thermique la plus proche est située à Lucy en Saône et Loire. « Le débat sur la transition énergétique est un leurre, une mascarade car nous sommes rattrapés par la réalité. Si les 535 licenciements et la fermeture de cinq centrales thermiques sont confirmés, il s’agirait d’une première dans le pays de voir des licenciements dans la branche des Industries Électriques et Gazières «  précise M. Jacottot.

« Les dirigeants ont une attitude scandaleuse avec les salariés et leurs Organisations Syndicales : chantage, licenciement, non-respect des décisions de justice. Dans le même temps, la RATP, entreprise 100% publique, avait à son ordre du jour de vendredi dernier, le résultat de son appel d’offres pour la fourniture électrique de l’entreprise. Le fournisseur sélectionné pour ce marché de près de 200 millions d’euros est… E.on ! » ajoute t’il.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

PSA va bien quitter son usine historique d’Hérimoncourt

PSA a confirmé le transfert à Vesoul en Haute-Saône des productions de son usine d'Hérimoncourt, synonyme de fermeture de ce site historique du Doubs sauf à lui retrouver d'autres activités, a-t-on appris mardi 9 avril 2018 de sources syndicales. Le député LREM Frédéric Barbier réclame que l'objectif de réindustrialisation du site et sur la compensation de 200 emplois soient contractualisé avec PSA.

Éducation : nouvelle mobilisation jeudi contre les réformes Blanquer

Opposés aux réformes du ministre de l'Éducation, des syndicats enseignants entendent battre le fer tant qu'il est chaud: après des manifestations samedi, ils appellent à une nouvelle journée de mobilisation ce  jeudi 4 avril 2019. À Besançon , une manifestation est prévue place Granvelle à partir de 10h30. Dans le Doubs plusieurs écoles annoncent 100% de grévistes...

Doubs : cette année, l’Opération Brioches de l’Adapei se déroulera dès ce lundi…

L'Opération Brioches se déroule depuis quelques années au mois d’octobre, en accord avec le calendrier national réservé aux manifestations d’appel à la générosité du public. De nombreux bénévoles ont souhaité que cette opération soit organisée à nouveau au printemps. Cette année, ce sera chose faite suite à l’autorisation accordée par le préfet du Doubs. Ainsi, l'Opération Brioches de l'Adapei se déroulera du 1er au 7 avril 2019.

800 Gilets Jaunes dans la rue à Besançon pour leur acte 20

En marge de la nouvelle mobilisation des Gilets Jaunes ce samedi 30 mars 2019, plusieurs syndicats CGT éduc'action, FO, FU, SGEN/CFDT, SUD éduc et UNSA éducation avait appelé à manifester à 13h30 devant le rectorat de Besançon contre le projet de loi Blanquer, mais aussi contre la réforme du lycée (Ils étaient 500 selon les chiffres officielles). Concernant la mobilisation des Gilets Jaunes à 14h00 place de la Révolution à Besançon, les manifestants étaient 800 selon la Préfecture qui a détecté la présence de 20 à 30 casseurs. Le préfet a ordonné la dislocation et demande aux manifestants pacifiques de quitter immédiatement l’attroupement.

Manifestations non déclarées des Gilets jaunes : le préfet du Doubs rappelle la réglementation

Depuis le 17 novembre 2018, premier jour de mobilisation des Gilets jaunes en France y compris à Besançon, les manifestations de ce mouvement ne sont pas déclarées en préfecture. Le préfet du Doubs rappelle "les obligations légales qui incombent aux participants à ces manifestations" dans un communiqué ce vendredi 29 mars.

« On est là, on est là !… » Plus de 600 manifestants pour l’acte XIX des Gilets Jaunes à Besançon

Sous le soleil et dans un esprit relativement bon enfant, entre 600 et 750 manifestants ont déambulé dans les rues de Besançon en début d'après-midi. Voulant rejoindre le quartier des Vaites, ils ont été bloqués à plusieurs reprises par les forces de l'ordre. Vers 18h, les manifestants se sont retrouvés vers 18h sur le secteur de Chamars à proximité de la préfecture du Doubs.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 13.23
ciel dégagé
le 20/04 à 21h00
Vent
2.49 m/s
Pression
1022.316 hPa
Humidité
78 %

Sondage