La caserne des pompiers en pleine démolition

Publié le 25/01/2013 - 13:04
Mis à jour le 26/01/2013 - 10:53

Fini les pompiers rue Louise Michel, depuis leur départ au mois de septembre, une partie de la caserne est en cours de déconstruction. Ce vendredi 25 janvier en fin de matinée, l’entreprise PBTP de Devecey a commencé à détruire la façade du bâtiment. Dans le froid, le maire de Besançon Jean-Louis Fousseret en a profité pour parler de l’avenir du site.

Une page tournée

Le coût du chantier... 

400 000 € ont été nécessaires. Ce chiffre inclut 320.000 € de déconstruction, 65.000€ de dévoiement des réseaux, 15.000€ pour le diagnostic préalable et 100.000€ pour le désamiantage.

Les travaux

Le chantier concerne la déconstruction du bâtiment logement, administration et le gymnase au dernier étage et un garage. Cependant, une partie de la structure du bâtiment sera conservée tout comme les deux hangars et le refectoire.

Pas moins de 7000 m2 de planchers vont être démolis. La fin des travaux est prévue pour fin février. Patrick Devillers, chef de projet à PBTP, parle de "désosser le bâtiment" :  volets, parquets dans une logique de tri et de développement durable.

3.000 m3 gravats, vont être broyés sur place et laissés à la disposition d'entreprises pour les besoins d'autres travaux, notamment ceux du tramway et de l'Ilôt Pasteur. 

Une campagne de recherches archéologiques sera mise en place dès le printemps. 

Quel avenir ?

Jean-Louis Fousseret imagine "des commerces, du tertiaire, de l'habitat ou encore une reconstruction avec, pourquoi pas,  la rue Antide janvier (ndlr :  qui passe devant la discothèque Le Privé) rue à double sens ". Le supermarché de boissons donnant actuellement rue Oudet pourrrait être intéressé pour déménager de quelques mètres. Pas question en revanche de venir concurrencer le site de l'ancien hôpital Saint-Jacques tout proche, le projet devra-être complémentaire. 

Le véritable avenir des casernes reste donc encore flou. A court terme, le site sera utilisé comme base de chantier du tram, notamment pour le stockage. 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Vie locale

Besançon : un collectif de riverains soutient le nouveau plan de circulation au Point du jour

Le 26 février 2024, des riverains issus du quartier du Point du jour-Chailluz se sont réunis dans un nouveau collectif afin de "contribuer à l'amélioration de la qualité de vie, du bien-être, et de la convivialité dans les quartiers de l’Est bisontin". Il vise entre autres à promouvoir la sécurité des usagers sur la route et réduire les pollutions sonores.

Lundisociable revient le 11 mars 2024 sur le thème des mobilités à Besançon !

PUBLI-INFO • D’entrée libre et gratuite, ouvert à tous les publics, particuliers, associations ou professionnels, le forum propose de découvrir sur stands (Grand Kursaal) ou à travers plusieurs tables rondes thématiques (Salle Proudhon - Kursaal) les enjeux, les acteurs, les dispositifs qui associent la question des mobilités à l’action sociale.

Caravane des pieds d’immeuble à Planoise : le travail du club de sauvegarde de Besançon salué

Dans le cadre de la Force d’action républicaine (FAR), Rémi Bastille, le préfet du Doubs Anne Vignot, maire de Besançon ainsi que Ludovic Fagaut, vice-président du Département et de Francis Didier, président de la fédération française de karaté se sont rendus vendredi 1er mars 2024 à Planoise afin de saluer le travail mené par le club de sauvegarde de Besançon, notamment avec les caravanes des pieds d’immeuble.

Le “Molière sans dealer” : un appel lancé aux habitants du quartier pour tenir une permanence dans le hall de l’immeuble

Le collectif de co-propriétaires de l’immeuble "Le Molière", situé au 5 place de l'Europe à Besançon, s’est déjà mobilisé le 18 janvier puis le 11 février 2024 dans le hall de l’immeuble pour s’opposer aux dealers. Ce lundi, une co-propriétaire lance un appel aux habitants. Une adresse mail a été mise en place pour celles et ceux qui souhaitent s’inscrire à la permanence.

Lutte contre les ilots de chaleur : la végétalisation des arrêts de bus et tram’ a commencé à Besançon

Afin d’améliorer le confort des usagers des bus et des tramways à Besançon, notamment en cas de fortes chaleurs, la Ville de Besançon et Grand Besançon Métropole a décidé de planter des arbres à proximité des arrêts les plus exposés. Le premier arbre a été planté à la station Léo Lagrange vendredi 23 février 2024 en fin de matinée par Anne Vignot, maire de Besançon et présidente de Grand Besançon Métropole, et Fabienne Brauchli, adjointe à la maire, déléguée à la Transition écologique, aux Espaces verts et à la Biodiversité.

À Besançon, la place de la Révolution se transforme…

La Ville de Besançon a initié un projet de revégétalisation de la place de la Révolution afin de s’inscrire dans un processus de transition écologique et ainsi lui rendre sa verdure et sa fraîcheur. Lancés en septembre 2023, les travaux de cette “révolution végétale” ne cessent de faire évoluer la place. En ce mercredi 14 février 2024, où en sont ces transformations ?

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 6.88
légère pluie
le 05/03 à 15h00
Vent
3.97 m/s
Pression
1018 hPa
Humidité
77 %