La première montre mécanique en impression 3D métallique par Stainless et Philippe Lebru

Publié le 24/09/2018 - 19:00
Mis à jour le 16/04/2019 - 09:35

Stainless, distributeur de métaux spéciaux à destination de marchés exigeants tels que le médical, l’aéronautique ou les microtechniques, fête cette année ses 90 ans. À cette occasion, le groupe a collaboré avec Philippe Lebru, gérant de UTINAM Besançon afin de créer la toute première montre mécanique automatique conçue pour être fabriquée en impression 3D métallique en Franche-Comté. Cette montre sera présentée durant le salon Micronora du 25 au 28 septembre 2018.  

Quelles sont les caractéristiques de cette montre ?

Stainless et Philippe Lebru ont rigoureusement élaboré les composants de leur création. La boîte de la montre, aussi appelée carrure, "est imprimée d’un seul tenant en fabrication additive par fusion laser sur les équipements du pôle formation UIMM de Besançon (au sein de son Créativ Lab)", est-il indiqué.

Grâce à l’expertise des équipes de Stainless, la poudre nécessaire a rapidement pu être identifiée et commandée. Les aiguilles sont fabriquées dans une manufacture centenaire basée à Morteau ; le bracelet, cousu à la main dans un cuir véritable, est l’œuvre d’un artisan bisontin ; enfin, les systèmes de couronne et de tube vissé sont fabriqués chez un usineur en périphérie de Besançon.

Le packaging de la montre a lui aussi été étudié avec attention, les deux éléments qui le composent sont fabriqués par des entreprises comtoises spécialisées dans leur domaine. La base du temps, quant à elle, est japonaise, il s’agit d’un mouvement horloger mécanique automatique conçu et assemblé par l’un des fabricants les plus reconnus au monde. "C’est l’une des premières fois que la tradition des montres à mouvement mécanique est associée à la technologie révolutionnaire de l’impression 3D métallique", précise Stainless.

À propos de Philippe Lebru

Philippe Lebru est un créateur horloger installé à Besançon. Renommé dans son secteur, il allie avec passion ses qualités d’artiste et d’inventeur dans des créations originales et innovantes. Il dirige aujourd’hui un ensemble d’ateliers horlogers, d’un concept-store et d’une boutique sous la marque UTINAM Besançon© , tous trois situés en plein cœur de la ville de Besançon, face au musée du temps. En 2005, le concours Lépine lui décerne le Grand Prix toute catégorie et le salon de l’Invention de Genève, la médaille d’or en horlogerie, pour son mouvement pendulaire à équilibrage automatique. « Sous la griffe d’UTINAM Besançon©, l’horlogerie bisontine fait sa révolution. » Il est le créateur d'horloges monumentales exposées à la gare TGV Franche-Comté de Besançon, sur le musée des BeauxArts, à Tokyo, Japon ou encore à l’aéroport de Zurich en Suisse avec la marque IWC.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Castex annonce de nouvelles mesures contre les violences faites aux femmes : les actions déclinées dans le Doubs

Le Premier ministre, Jean Castex, a arrêté jeudi 25 novembre de nouvelles mesures "afin de renforcer la protection des victimes et la lutte contre les violences" à l'occasion de la Journée pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, notamment l'ouverture de nouvelles places d'hébergement. Dans le Doubs, Jean-François Colombet, préfet du Doubs, a réuni en préfecture le groupe de travail départemental sur les violences faites aux femmes du conseil départemental de prévention de la délinquance, d’aide aux victimes, de lutte contre les drogues, les dérivés sectaires et les violences faites aux femmes.

Eric Monnin publie un nouveau livre sur l’histoire des Jeux olympiques d’hiver

Après Un siècle d'olympisme en hiver : De Chamonix à Salt Lake City en 2001, De Chamonix à Vancouver : un siècle d'olympisme en hiver en 2010, De Chamonix à Sotchi : Un siècle d’olympisme en hiver en 2013 ou encore De Chamonix à PyeongChang : Un siècle d’olympisme en hiver en 2017, Eric Monnin, universitaire spécialiste de l'olympisme, a sorti De Chamonix à Beijing – Un siècle d'olympisme en hiver (éd. Désiris) ce mois de novembre 2021.

Violences faites aux femmes : « Des photos à l’envers pour remettre les idées à l’endroit » à Besançon et Dijon

Laëtitia Martinez, vice-présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté notamment en charge de l’égalité réelle, a inauguré, ce lundi 22 novembre à Dijon, l’exposition Des photos à l'envers pour remettre les idées à l'endroit, aux côtés des représentantes et représentants du Collectif Droits des femmes 21.

Mineurs isolés étrangers en formation : « Quand on fait les choses dans le bon ordre, ça se passe bien quand les jeunes ont 18 ans » (E. Borne)

La ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion Elisabeth Borne était en visite ce mardi matin à l'Ecole de production de Besançon, qui forme des jeunes à partir de 15 ans, rencontrant des difficultés scolaires et personnelles, dont des mineurs étrangers isolés.

Violences conjugales en 2020 : le Doubs est le département le plus concerné en Bourgogne Franche-Comté

Les services de police et de gendarmerie ont enregistré une hausse de 10% des violences conjugales qui ont concerné 159.400 personnes tous sexes confondus en 2020, a annoncé lundi le service statistiques du ministère de l'Intérieur. En Bourgogne Franche-Comté, près de 4,5 femmes âgées de plus de 20 ans  sur 1.000 ont été victimes de violences conjugales en 2020. Le Doubs (6) est le département le plus touché
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 2.14
chutes de neige
le 27/11 à 9h00
Vent
4.36 m/s
Pression
992 hPa
Humidité
94 %

Sondage