La relégation du FC Sochaux en Ligue 2 devant la justice

Publié le 06/01/2015 - 14:17
Mis à jour le 07/01/2015 - 06:48

Après avoir pris l'eau face à Evian le 17 mai 2014 (0-3), le FC Sochaux, relégué sportivement en Ligue 2 a espéré tout l'été sans succès rejoindre l'élite en raison des soucis financiers de Lens. Le club a porté l'affaire devant la justice et c'est le tribunal administratif de Besançon qui examinera le dossier ce jeudi 8 janvier 2015 à partir de 10h pour trouver une solution "du réglement du litige". Le jugement devrait être rendu fin janvier. 

bache-logo.jpg
©fcsochaux.fr
PUBLICITÉ

Sochaux a vécu tout le mois de juillet dans l’espoir d’un hypothétique maintien en raison des refus de la DNCG de valider la montée de Lens faute de garanties financières suffisantes, en première instance puis en appel. 

Finalement, le club nordiste avait été réintégré définitivement en L1 le 28 juillet par le Comité exécutif de la FFF, qui avait suivi l’avis favorable du CNOSF. Cette décision était revenue sur la position antérieure de la direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) du 26 juin 2014 qui  interdisait l’accession en Ligue 1 du RC Lens en raison de sa situation financière. Par la même occasion, elle entérinait la rétrogradation de Sochaux en L2, quatre jours seulement avant le début de la saison. 

Sochaux  déposait alors un référé devant le tribunal administratif de Besançon, pour sa réintégration en ligue . Une demande rejetée le  15 septembre par la justcie qui estimait que la suspension de l’accord maintenant Lens en ligue 1 « aurait pour effet de bouleverser les championnats dont les 5e et 6e journées se sont jouées entre les 12 et 14 septembre (2014)« , et  « conduirait à faire rejouer l’ensemble des matchs des deux championnats professionnels« .

Pour une « solution du réglement du litige »

C’est contre la décision du 28 juillet 2014 du comité exécutif de la Fédération française de football que le club sochalien (société anonyme sportive professionnelle et association Football Club de Sochaux Montbéliard) a décidé de saisir la justice pour obtenir undédommagement du préjudice. La requête sera examinée à besançon ce jeudi 8 janvier 2015 à 10h. 

Le tribunal entendra les conclusions du rapporteur public, magistrat qui proposera une solution de règlement du litige, ainsi que les observations des parties . La décision sera mise en délibéré. Le jugement devrait « en principe » intervenir trois semaines après l’audience vers la fin de la semaine du mois de janvier.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.01
légère pluie
le 20/05 à 12h00
Vent
3.69 m/s
Pression
1009.44 hPa
Humidité
91 %

Sondage