Alerte Témoin

Le CESE de Franche-Comté inquiet quant aux conclusions de la Commission Mobilité 21

Publié le 09/07/2013 - 16:06
Mis à jour le 09/07/2013 - 16:12

Réuni en assemblée plénière le jeudi 4 juillet 2013, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) de Franche-Comté a décidé d’adopter une motion, en raison de son inquiétude quant aux conclusions du rapport de la Commission Mobilité 21.

2013-07-09-cese_fc6269.jpg
image d'archives ©cese fc

Constatant "le report, voire l’abandon, de la liaison fluviale Saône-Moselle/Saône-Rhin malgré l’inscription du projet – comme la LGV – dans le RTE-T", le CESE condamne :

  • "le renvoi de l’achèvement de la branche Est de la LGV Rhin-Rhône après 2030 sachant que c’est un projet finalisé : participations financières de toutes les collectivités territoriales concernées ainsi que des soutiens financiers interrégionaux (Alsace, Bourgogne et Franche-Comté) et internationaux (Union Européenne et Suisse), foncier acquis, logistique prête. La liaison Allemagne-France-Espagne est un axe reconnu par l’Union Européenne et le rapport « Duron » prive la France d’un soutien communautaire important pour le Grand Est, région actuellement en grande souffrance sociale.
  • le report de la liaison autoroutière A319 entre Langres et Vesoul après 2030 malgré le maintien du contournement de Port-sur-Saône."

La motion adoptée à l’unanimité des suffrages exprimés stipule également que :

  • "Le CESE attire l’attention des pouvoirs publics sur les conséquences que ces choix entraîneront en matière d’emplois et d’activités économiques pour la Franche-Comté comme pour le Grand Est dans son ensemble.
  • Le CESE prend acte de la demande d’une redéfinition complète des branches Ouest et Sud de la LGV Rhin-Rhône. Il a anticipé cette réflexion sur les alternatives, notamment en lien avec l’association Trans Europe TGV. Il entend prendre sa place dans l’étude pour donner à une branche Est achevée toute sa dimension à une authentique liaison Rhin-Rhône avec des ouvertures vers le Nord et le Sud 
  • Si le gouvernement devait suivre toutes les préconisations du rapport de la Commission « Mobilité 21 », ce serait économiquement et socialement extrêmement dommageable pour la Franche-Comté."
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Transports

SNCF : les abonnements du mois d’avril ne seront pas prélevés

90% des trains à l'arrêt • Avec la prolongation du confinement jusqu'au 15 avril 2020, la SNCF a décidé de "prendre des mesures exceptionnelles pour ses clients abonnés" qui vont se voir "offrir l'abonnement du mois d'avril" et dont le prélèvement intervient entre le 20 mars et le 19 avril. En raison de la crise sanitaire de Covid-19, 90 % des trains de la SNCF ont été mis à l'arrêt.

Confinement à Besançon : « Il devrait toujours y avoir des transports Ginko en circulation »

INTERVIEW • Les Tram' et bus du réseau Ginko sont toujours en activité à Besançon depuis le début du confinement le 17 mars 2020. Si le niveau de l'offre se réduit ou se modifie après les annonces gouvernementales qui se succèdent, Carol Ambrosini, directeur marketing, clients et mobilités pour Kéolis, exploitant du réseau Ginko, affirme qu'"il devrait toujours y avoir des transports en commun en circulation".

Besançon : il faut désormais monter à bord des bus Ginko par les portes arrière

Le réseau Ginko met en place des mesures spécifiques pour faire face à la propagation du coronavirus et assurer la continuité de ses services en préservant la santé de ses collaborateurs et celle des voyageurs. A partir du 24 mars 2020, la montée à bord des bus s’effectuera obligatoirement par les portes situées à l’arrière et ce, jusqu’à nouvel ordre. La validation des titres de transport reste obligatoire.
Offre d'emploi
 -0.22
ciel dégagé
le 02/04 à 0h00
Vent
1.21 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
74 %

Sondage

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune