Le manque d'eau menace la croissance des céréales. "Aucune région n'est épargnée" (FNSEA)

Publié le 09/05/2022 - 15:26
Mis à jour le 12/05/2022 - 09:29

Une chaleur estivale et des nappes phréatiques pas assez rechargées: l’absence de pluie sur l’ensemble de la France menace la croissance des céréales et notamment du blé, a alerté lundi la FNSEA, syndicat agricole majoritaire en France.

"Aucune région n'est épargnée. Chaque jour qui passe, on voit des sols se craqueler. Même dans le Nord, les céréales ont soif. Hier j'étais chez un agriculteur du Puy-de-Dôme, il arrose son blé. Si cela continue comme ça, ceux qui ont la possibilité d'irriguer vont s'en sortir, les autres auront des baisses de rendement dramatiques", a déclaré  sa présidente, Christiane Lambert.

"Depuis octobre-novembre, il y a d'énormes sécheresses au Portugal et en Espagne, qui remontent en Occitanie et en Provence et le long de la vallée du Rhône. Ce qui est inhabituel en cette saison, c'est que la sècheresse touche le nord de la Loire", a-t-elle expliqué.

Météo-France évoque "un épisode de chaleur" qui, sans être inédit, est "remarquable par sa précocité, sa durabilité et son étendue géographique". La barre des 30°C devrait être atteinte entre la Nouvelle-Aquitaine et la Provence-Alpes-Côte d'Azur dès le début de la semaine. Il fera moins chaud dans le nord du pays, mais tout aussi sec.

"La semaine qui s'annonce est digne d'un mois de juillet. Nous sommes très inquiets. C'est une période délicate pour les céréales: le blé a atteint sa taille adulte, l'épi s'est développé et on est maintenant au stade du grossissement du grain", explique Joël Limouzin, en charge des situations d'urgence à la FNSEA.

Or, sans eau, l'engrais dont a besoin la plante pour produire un grain de qualité, ne pourra monter dans la tige, "il restera dans le sol". Sans eau et sous l'effet de la chaleur, les grains se flétriront, avec comme risque "une perte de rendement qui peut aller jusqu'à 40 % si le temps reste sec pendant plusieurs semaines", met en garde M. Limouzin.

La période est compliquée pour le blé, plus que l'orge qui est plus avancé en culture, et notamment dans les grandes plaines céréalières de Beauce et de Bourgogne, estime-t-il.

"Plus que jamais, il faut qu'on arrive à stocker de l'eau", plaide la FNSEA, qui alerte que les risques d'une flambée encore plus forte des coûts alimentaires en cas de mauvaise récolte en France.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Espèces en danger : un appel urgent lancé par la LPO Bourgogne-Franche-Comté

En 20 ans, plus de 40% des populations d'oiseaux des espèces liées aux milieux agricoles ont disparu en Bourgogne-Franche-Comté. De mars à avril, l'association LPO Bourgogne-Franche-Comté lance un appel aux dons pour financer des actions destinées à protéger ces espèces en déclin.

Journée internationale de la forêt : des animations dans la forêt de Chailluz le 25 mars

La Journée internationale des forêts se déroulera samedi 25 mars à Besançon, au Hameau des Grandes Baraques (forêt de Chailluz). À cette occasion, plusieurs directions de la Ville de Besançon proposeront des activités conviviales et éducatives, visant à découvrir cet environnement.

Quelles grenouilles mange-t-on dans les restaurants en Franche-Comté ? Question piège…

Grenouilles rousses de Franche-Comté ou grenouilles d’importation ? C’est toute la question que les clients des restaurants doivent se poser en cette période de dégustation jusqu'au mois d'avril 2023, pour payer le juste prix. Nicolas Cudey, ranaculteur franc-comtois, met en garde les amateurs de grenouilles cuisinées pour éviter toute ambigüité et toute arnaque sur la marchandise…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 11.14
nuageux
le 22/03 à 9h00
Vent
2.77 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
82 %