Le meurtrier présumé d'une adolescente en route pour l'Espagne

Publié le 09/10/2015 - 11:47
Mis à jour le 09/10/2015 - 11:58

Un Espagnol de 52 ans, arrêté près de Besançon et soupçonné d'avoir violé puis tué Eva Blanco en 1997 près de Madrid, a été remis vendredi aux autorités espagnoles, a indiqué le parquet général de Besançon. Le suspect, qui a quitté l'Espagne en 1999, résidait à Pierrefontaine-Les-Varans 

eva-blanco-en-1997.jpg
Eva Blanco Puig
PUBLICITÉ

"Il est déjà en route pour l'Espagne", a précisé le parquet. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Besançon, devant laquelle le suspect avait comparu mercredi matin, avait donné son feu vert à cette procédure.

Le suspect, qui a quitté l'Espagne en 1999 et résidait à Pierrefontaine-Les-Varans (Doubs), avait été interpellé la semaine dernière sur son lieu de travail à Besançon par des gendarmes, en présence d'agents espagnols.

Né au Maroc, ce soudeur de profession, marié et père de deux enfants et domicilié, a été identifié après 18 ans d'enquête grâce à son ADN. Il est soupçonné d'avoir violé puis tué en 1997 Eva Blanco, 16 ans, dont le corps avait été retrouvé au bord d'une route. Elle avait été violée et poignardée à de multiples reprises.

Aux magistrats français, ce petit homme aux cheveux grisonnants sur un crâne dégarni a expliqué que toute sa famille était en France et qu'il ne connaissait plus personne en Espagne. Lors de l'audience de mercredi, l'homme avait quelque peu surpris les magistrats français en leur faisant part de sa volonté de purger sa peine en France "après le jugement en Espagne", anticipant ainsi l'issue de son procès avant même que la justice ne se penche sur le fond du dossier. Ce à quoi le président de la Cour avait répondu que c'était "possible"

Au lendemain de son arrestation - effectuée en vertu d'un mandat d'arrêt européen - le ministre espagnol de l'Intérieur Jorge Fernandez Diaz avait rappelé que, sans avancée nouvelle dans l'enquête, le meurtre d'Eva Blanco aurait été prescrit dans deux ans.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Arrêté anti-pesticide : « Plus de 100 personnes mobilisées » en soutien à Emmanuel Cretin à Besançon

Emmanuel Cretin, maire de Nans-Sous-Saint-Anne avait pris (avec le vote favorable du conseil municipal) un arrêté anti-pesticide en octobre dernier. Convoqué ce 14 novembre 2019 suite à la saisine du tribunal administratif par le Préfet du Doubs, ce dernier estime que la mobilisation ce jeudi à Besançon est une "victoire".
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.98
couvert
le 22/11 à 21h00
Vent
2.11 m/s
Pression
1000 hPa
Humidité
87 %

Sondage