Législative à Belfort : le candidat LR Ian Boucard en ballotage favorable

Publié le 29/01/2018 - 08:25
Mis à jour le 29/01/2018 - 08:52

Le candidat LR Ian Boucard, dont l'élection a été invalidée en décembre, est arrivé en tête du premier tour de l'élection législative partielle du Territoire de Belfort, qui a peu mobilisé les électeurs, devant Christophe Grudler (MoDem-LREM), qui s'est également qualifié pour le second tour.

PUBLICITÉ

Ian Boucard a obtenu 39% des voix, contre 26,70 % pour le conseiller départemental Christophe Grudler, lors du premier tour de la législative partielle de la 1re circonscription du Territoire de Belfort.

« Mes électeurs se sont mobilisés, grâce à une campagne de terrain très proche des gens », s’est réjoui le candidat LR, qui part favori pour le second tour de l’élection dimanche 4 février. Il attribue également son avance au « ras-le-bol de la politique sociale du gouvernement et à l’oubli de la ruralité ».

Pour M. Grudler, son adversaire a bénéficié de la « prime au sortant » et « une remontada est possible ». « Ce sera la République ou les tricheurs », estime l’homme qui entend « motiver les électeurs ».

Le duel très scruté entre le frontiste Jean-Raphaël Sandri (7,50%) et l’eurodéputée les Patriotes Sophie Montel (2 %) a été largement remporté par le FN, qui n’a cependant pas réussi à mobiliser son électorat. Les Patriotes ont soutenu dans un communiqué qu’ils étaient « en train de s’installer dans le paysage politique français ». Le président de Debout La France, Nicolas Dupont-Aignan, dont la candidate Julie Kohlenberg fait 3,8 %, note que son parti arrive entre le FN et les Patriotes. « La division mène au fiasco », a-t-il déclaré à l’AFP.

La prétendante de La France insoumise, Anaïs Beltran (11,60 %), se positionne à la troisième place. Avec 2,6 %, le PS (9,10% en juin 2017) disparaît pratiquement du paysage politique local.

Les électeurs se sont peu déplacés dimanche pour se rendre aux urnes et désigner l’un des dix candidats en lice. La participation s’élève à 29,50 %. Le 18 juin 2017, Ian Boucard, 29 ans, l’avait emporté de 279 voix face au candidat MoDem-LREM Christophe Grudler, 52 ans.

Mais le Conseil constitutionnel, saisi par M. Grudler, a invalidé l’élection de M. Boucard. Le Conseil reproche au candidat LR d’avoir fait distribuer en fin de campagne deux tracts faussement présentés comme émanant de La France insoumise et du Front national, et appelant à voter pour lui au second tour.

   Résultats du 1er tour :

  • I : 47 454
  • V : 14 003
  • E : 13 497
  •  Arthur COURTY(PS) 2,6%
  • Ian Boucard (LR) 39 BALL
  • Yves Fontanive (Lutte ouvrière) 1,6
  • Christophe Grudler (MoDem) 26,7 BALL
  • Jonathan Vallart (Union populaire républicaine) 0,7
  • Julie Kohlenberg (Debout la France) 3,8
  • Sophie Montel (Les Patriotes) 2
  • Jean-Raphaël Sandri (FN) 7,5
  • Anaïs Beltran (La France insoumise) 11,6
  • Vincent Jeudy (EELV) 4,5

   Résultats du second tour le 18 juin 2017

  • I : 47 840
  • V : 21 169
  • E : 18 541
  • Abs : 55,75%
  • Christophe Grudler (MoDem) 9 131 49,25%
  • Ian Boucard (LR) 9 410 50,75% ELU

   Résultats du premier tour le 11 juin 2017 :

  • I : 47 873
  • V : 23 812
  • E : 23 182
  •  Abs : 50,26%
  • Bastien Faudot (PS) 2 110 9,10%
  • Philippe Legros (DIV) 431 1,86%
  • Anais Beltran (LFI) 2 821 12,17%
  • Christophe Grudler (MoDem) 7 379 31,83% BALL
  • Sabine Verdant (PCF) 334 1,44%
  • Ian Boucard (LR) 5 493 23,70% BALL
  • Christiane Petitot (EXG) 243 1,05%
  • Mustafa Cetin (DIV) 139 0,60%
  • Romain Lagache (DIV) 0 0,00%
  • Jonathan Vallart (DIV) 175 0,75%
  • Jean-Raphaël Sandri (FN) 4 057 17,50%

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

Municipale 2020 à Besançon : le candidat Jean-Philippe Allenbach dévoile ses premières propositions

"Liste Utinam" • Le régionaliste a tenu une conférence de presse jeudi 18 juillet 2019 afin de faire connaître sa candidature officielle pour l'élection municipale de mars 2020à Besançon. Jean-Philippe Allenbach dit avoir déjà au moins une vingtaine de noms sur sa liste et dévoile les propositions que les autres candidats " ne pourront pas lui prendre". 

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

« Ne comptez plus sur moi pour défendre la moindre nomination d’homme » (M.Schiappa)

Alors que nous apprenions ce mercredi 10 juillet 2019 vers 22h16 l'officialisation de l'investiture d'Eric Alauzet par le bureau exécutif La République En Marche, le ton est monté à Paris, selon Le Parisien, qui relate les propos tenus par la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes…

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Investiture « En Marche » : Alauzet veut « rassembler » autour des valeurs « écologistes humanistes et entrepreneuriales »

Après l'annonce officielle de son investiture ce mercredi 10 juillet 2019 dans la soirée , le candidat officiel d'En Marche à Besançon a réagi sur sa  page Facebook. Éric Alauzet a dévoilé une des quatre priorités issues de sa consultation auprès des Bisontins : la santé.

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Municipales à Besançon : Nicolas Bodin (PS) dévoile ses priorités et sa méthode

Dans une lettre aux Bisontins, le candidat socialiste, place publique société civile, a souhaité faire part de ses priorités : transition écologique, qualité de vie pour tous et attractivité de Besançon et de sa communauté urbaine. Au-delà, Nicolas Bodin souhaite "ouvrir la voie vers de nouvelles méthodes de gouvernance plus ouvertes et inclusives".

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Municipales 2020 : le candidat En Marche « officiellement » désigné le 10 juillet 2019

Le nom du candidat désigné  par En Marche pour les municipales devait être annoncé ce lundi 1er juillet lors de la seconde vague d'investiture. Mais LREM a fait un pas en arrière et a repoussé l'annonce au 10 juillet. En coulisses, le nom d'Éric Alauzet revient avec force et insistance. Alexandra Cordier quant à elle ne souhaite pas commenter l'imbroglio politique bisontin dans l'attente de la décision du bureau exécutif. Difficile de savoir si le match se joue encore...

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.72
couvert
le 22/07 à 6h00
Vent
2.46 m/s
Pression
1024.34 hPa
Humidité
81 %

Sondage