Les jardins d’allium : « C’est ensemble et solidaires que nous vaincrons la précarité »

Publié le 21/12/2013 - 10:48
Mis à jour le 21/12/2013 - 17:45

Après avoir vécu la liquidation judiciaire de sa société en juin 2013, Patricia Poignand a fait connaissance avec la précarité. Très soutenue par ses proches dans cette épreuve difficile, elle a décidé de créer Les jardins d'allium en septembre 2013 à Besançon, une association pour, à son tour, venir en aide et soutenir les personnes qui vivent ce qu'elle a vécu...

PUBLICITÉ

maCommune.info : La précarité, vous connaissez Patricia Poignand…

Patricia Poignand : « Il y a quelques mois, au mois de juin 2013 plus précisément,  une « maladie » me touchait de plein fouet… Pourtant pas contagieuse (quoique…) mais tellement « honteuse » : la liquidation judiciaire ! Mon outil de travail n’existait plus. Je ne pouvais plus l’exploiter, même plus en ouvrir la porte : il ne m’appartenait plus!  Malheureusement. Travailler était la seule chose que je savais faire, parce qu’aujourd’hui, il n’y a pas d’un côté « les travailleurs » et de l’autre « les fainéants »… Il y a aussi cette catégorie de personnes qu’un « accident de la vie » fragilise ! Ma famille de sang et de coeur a été là pour moi mais comment font ces gens qui ne sont pas soutenus, comme moi, par une « famille » aux couleurs de l’arc en ciel, du soleil après la pluie, de l’amour ? Ils sombrent ? Alors : NON!!! Je ne resterai pas les bras croisés face cette détresse, cette misère, qui prend tous les visages. Je ne prendrai pas le risque de ne plus pouvoir me regarder dans le miroir faute de ne pas avoir essayé d’agir, de réagir. Je me battrai !!! Parce que : « Se réunir est un début, Rester ensemble est un progrès, Mais TRAVAILLER ENSEMBLE est : LA REUSSITE »! (H.Ford) Parce que c’est ENSEMBLE et SOLIDAIRES que nous vaincrons LA PRECARITE. »

mC : Depuis quand l’association « Les jardin d’allium » existe-t-elle ? 

S-P : « L’association « Les jardins d’allium » naissait, à la suite de cette prise de conscience comme « imposée » à moi. Toutes ces difficultés n’avaient été placées sur ma route que pour en arriver là… ma voie était là ! Ma voix aussi d’ailleurs… prononcer ces mots que d’autres ne peuvent pas ou plus, leur venir en aide… les mots contre, pour, les maux… Je la créais en septembre 2013, avec ma maman qui sera notre secrétaire (Mireille Poignand, retraitée) mais également un vice président (Monsieur Paul, commerçant) et un trésorier (Michel Miotte, assureur). »

mC : Quel est l’objectif de votre association ?

S-P : « L’association a pour but de lutter par solidarité contre la précarité, de lutter contre les accidents de la vie qui touchent et fragilisent principalement les femmes et qui les plongent plus rapidement dans la précarité, mais nous aidons aussi les hommes ! Notre but est aussi de lutter contre l’isolement et la solitude. »

mC : Quelles sont les actions que vous entreprendrez ?

S-P : « Pour atteindre ses objectifs, l’association va ouvrir une structure implantée dans le quartier Battant – Madeleine et plus exactement rue d’arènes – qui sera divisée en deux. D’une part, un lieu raffiné et chaleureux qui accueillera notre clientèle pour boire un café ou manger un gâteau tout en sachant qu’elle s’impliquera dans une action solidaire. Dans ce lieu, nous souhaitons également promouvoir tous les mois des artistes tels que des peintres, musiciens, chanteurs, sculpteurs…

D’autre part, nous montons une structure où un bureau sera mis à la disposition d’un public en difficulté afin de pouvoir faire un lien avec les différents acteurs sociaux. Et j’en serais moi même la responsable.

Ce salon de thé, sera tenue par une personne dont c’est le métier, puisqu’elle est l’ancienne responsable d’un salon de thé bien connu des Bisontins, Le privilège du roy, Sophie Chapuis. Elle sera également la première à s’inscrire dans l’esprit de notre association qui est de venir en aide et de sortir les gens de la précarité par le travail puisqu’elle est bénéficiaire du RSA.

Elle sera dès le mois de janvier salariée de l’association à mi-temps. Elle est également la personne qui préparera le repas pour notre soirée de vendredi à la salle Battant ! »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

PSA va bien quitter son usine historique d’Hérimoncourt

PSA a confirmé le transfert à Vesoul en Haute-Saône des productions de son usine d'Hérimoncourt, synonyme de fermeture de ce site historique du Doubs sauf à lui retrouver d'autres activités, a-t-on appris mardi 9 avril 2018 de sources syndicales. Le député LREM Frédéric Barbier réclame que l'objectif de réindustrialisation du site et sur la compensation de 200 emplois soient contractualisé avec PSA.

Éducation : nouvelle mobilisation jeudi contre les réformes Blanquer

Opposés aux réformes du ministre de l'Éducation, des syndicats enseignants entendent battre le fer tant qu'il est chaud: après des manifestations samedi, ils appellent à une nouvelle journée de mobilisation ce  jeudi 4 avril 2019. À Besançon , une manifestation est prévue place Granvelle à partir de 10h30. Dans le Doubs plusieurs écoles annoncent 100% de grévistes...

Doubs : cette année, l’Opération Brioches de l’Adapei se déroulera dès ce lundi…

L'Opération Brioches se déroule depuis quelques années au mois d’octobre, en accord avec le calendrier national réservé aux manifestations d’appel à la générosité du public. De nombreux bénévoles ont souhaité que cette opération soit organisée à nouveau au printemps. Cette année, ce sera chose faite suite à l’autorisation accordée par le préfet du Doubs. Ainsi, l'Opération Brioches de l'Adapei se déroulera du 1er au 7 avril 2019.

800 Gilets Jaunes dans la rue à Besançon pour leur acte 20

En marge de la nouvelle mobilisation des Gilets Jaunes ce samedi 30 mars 2019, plusieurs syndicats CGT éduc'action, FO, FU, SGEN/CFDT, SUD éduc et UNSA éducation avait appelé à manifester à 13h30 devant le rectorat de Besançon contre le projet de loi Blanquer, mais aussi contre la réforme du lycée (Ils étaient 500 selon les chiffres officielles). Concernant la mobilisation des Gilets Jaunes à 14h00 place de la Révolution à Besançon, les manifestants étaient 800 selon la Préfecture qui a détecté la présence de 20 à 30 casseurs. Le préfet a ordonné la dislocation et demande aux manifestants pacifiques de quitter immédiatement l’attroupement.

Manifestations non déclarées des Gilets jaunes : le préfet du Doubs rappelle la réglementation

Depuis le 17 novembre 2018, premier jour de mobilisation des Gilets jaunes en France y compris à Besançon, les manifestations de ce mouvement ne sont pas déclarées en préfecture. Le préfet du Doubs rappelle "les obligations légales qui incombent aux participants à ces manifestations" dans un communiqué ce vendredi 29 mars.

« On est là, on est là !… » Plus de 600 manifestants pour l’acte XIX des Gilets Jaunes à Besançon

Sous le soleil et dans un esprit relativement bon enfant, entre 600 et 750 manifestants ont déambulé dans les rues de Besançon en début d'après-midi. Voulant rejoindre le quartier des Vaites, ils ont été bloqués à plusieurs reprises par les forces de l'ordre. Vers 18h, les manifestants se sont retrouvés vers 18h sur le secteur de Chamars à proximité de la préfecture du Doubs.

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi
 19.33
couvert
le 22/04 à 9h00
Vent
2.11 m/s
Pression
1005.965 hPa
Humidité
66 %

Sondage