Les syndicats du CHU de Besançon crient au "scandale"

Publié le 02/05/2010 - 15:06
Mis à jour le 02/05/2010 - 15:06

Dans un communiqué de presse, l’intersyndicale du Centre Hospitalier et Universitaire de Besançon accuse la direction de mettre en place une politique de restrictions sans consultation préalable obligatoire des instances représentatives du personnel et sans délibération du conseil d’administration.

 ©
©
Le communiqué des syndicats (CFDT, CGT, FO, UNSA, SUD) qui vont donner lundi matin une conférence de presse :
 
« Un document tenu secret communiqué anonymement à une organisation syndicale révèle, que la Direction du CHU a mis en oeuvre depuis environ un an des mesures contenues dans un projet de Contrat de Retour à l’Equilibre Financier.
 
Ces mesures ont été mises en place sans consultation des instances représentatives du personnel, ni délibération du Conseil d’Administration du CHU contrairement aux dispositions légales.
 
La direction a ainsi voulu jouer la montre dans l’attente de la suppression des Conseils d’Administration induite par l’entrée en vigueur de la loi HPST.
 
La conclusion de ce contrat est un chantage à l’octroi de l’aide de l’Etat pour la construction du bâtiment Institut Fédératif Régional du Cancer et des labos.
 
Ainsi la direction générale impose :
 
- la suppression mathématique et sans discernement de 75 postes dont 50 aides-soignantes et infirmières.
- des suppressions de postes de personnels médicaux, (faisant fonction d’internes et vacations médicales) administratifs, et logistiques.
- des mesures d’économies sur l’avancement des agents.
 
La masse salariale du CHU représente actuellement 62% du budget soit un niveau identique à celui des cliniques privées !
 
Les personnels refusent le chantage qui consiste à payer le futur Institut Fédératif du
Cancer et les labos par des suppressions de postes et des mesures d’économie sur leur carrière.
 
L’intersyndicale du CHU a rencontré le 15 avril le président du CA Jean Louis
Fousseret pour exiger la tenue d’un Conseil d’administration extraordinaire ».
 
Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Reçus à l’Elysée, FNSEA et JA attendent des “décisions claires” avant le Salon de l’agriculture

Les dirigeants des deux syndicats agricoles majoritaires, la FNSEA et les Jeunes agriculteurs (JA), ont dit attendre des "décisions claires" d'Emmanuel Macron qui les reçoit mardi 20 février 2024 dans l'après-midi à l'Elysée, à quatre jours de l'ouverture du Salon de l'agriculture à Paris.

Renouvellement de congé de présence parentale : les règles s’assouplissent

Pour les salariés du secteur privé comme pour les agents de la fonction publique, titulaires ou non, il est désormais plus simple de renouveler, avant son terme, un congé de présence parentale ainsi que le droit de bénéficier de l'allocation journalière de présence parentale (AJPP). Cela fait suite à un décret publié au Journal officiel le 4 février 2024, annonce service-public.fr.

Guerre à Gaza : un rassemblement pour boycotter Carrefour à Ecole-Valentin

Une dizaine de personnes se sont rassemblées devant Carrefour à Ecole-Valentin samedi 17 février 2024 vers 10h00 à l’occasion de la "journée nationale d’action #BoycottCarrefour" lancée par la campagne BDS (Boycott désinvestissement sanctions) en France. L’enseigne est accusée d’être "complice et bénéficiaire de la colonisation illégale de la Palestine".

La confédération paysanne appelle à poursuivre la mobilisation

Faute de réponse sur le revenu paysan, le syndicat de la confédération paysanne de Bourgogne-Franche-Comté appelle à une poursuite de la mobilisation, apprend-on vendredi 2 février 2024. Pour rappel, les syndicats majoritaires FNSEA et Jeunes agriculteurs ont, eux, appelés jeudi à suspendre les blocages suite aux annonces du Premier ministre.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 3.18
légère pluie
le 24/02 à 3h00
Vent
5.58 m/s
Pression
1001 hPa
Humidité
92 %