L'Hôtel de Ville de Besançon renaît de ses cendres

Publié le 04/05/2019 - 15:02
Mis à jour le 14/05/2019 - 16:08

Quatre ans après sa fermeture suite à un incendie criminel, l’Hôtel de Ville de Besançon a rouvert ses portes ce samedi 4 mai 2019. Refait à neuf, il accueille désormais les Offices du Tourisme et du Commerce.

« Chacun d'entre nous a gardé présent à l'esprit ce 25 juin 2015 où vers midi, des flammes immenses ont ravagé l'Hôtel-de-Ville » a rappelé, solennel, Jean-Louis Fousseret, lors de l'inauguration. Pourtant aujourd'hui, l'heure n'est plus au drame, mais bien à la célébration : « quatre années d'études et de travaux » - qui auront coûté 2,6 millions d'euros - « ont ainsi redonné vie à ce monument de la citoyenneté bisontine » a annoncé fièrement le Maire de Besançon.

De la mémoire et du neuf

L'Hôtel-de-Ville, dressé au sein de la capitale comtoise depuis le XIVe siècle, a ainsi renoué avec ses salles emblématiques. On y retrouve :

  • les éléments mobiliers et de décors, replacés après l'incendie et la restauration, apparaissant notamment dans le hall d'entrée
  • la galerie des Maires, offrant 21 portraits officiels des maires de Besançon, en commençant avec François Ordinaire en 1790.
  • la salle du Conseil Municipal,
  • la salle des Pas-Perdus,
  • la salle des Mariages,
  • l'ancien bureau de Jean-Minjoz

Trois nouveaux services ont également fait leur apparition au rez-de-chaussée, afin d'offrir des prestations de proximité au public et aux bisontins :

  • l'Office de Tourisme et des Congrès,
  • l'Office de Commerce et d'Artisanat
  • le CIAP (Centre d'Interprétation de l'Architecture et du Patrimoine)

Le préfet du Doubs, Joël Mathurin, en a profité pour saluer « l'importance du patrimoine, héritage d'hier et qui nous relie à demain », inspiré notamment par le contexte de l'incendie de Notre-Dame-De-Paris.

Soyez le premier à commenter...

Un commentaire

Laisser un commentaire

Vie locale

YPSTÉ et Somewhere : deux bisontins se retrouvent autour du thé, du café et de l’écoresponsabilité

Nicolas Girard, 26 ans, fondateur d'YPSTÉ, est un passionné de thé. Pour Ophélie Braillard, 31 ans, propriétaire de Somewhere, torréfaction artisanale située rue des Tamaris à Besançon, c'est le café. Fin 2020, les deux bisontins, désormais amis, ont décidé de s'associer lors de la génèse de leurs deux projets. Tous deux sont unis par un même engagement : l'écoresponsabilité.

Besançon : un nouveau système de collecte des cartons testé au centre-ville

Dans le but de limiter l’envahissement des espaces publics par ces cartons toujours plus nombreux, Grand Besançon Métropole et la Ville de Besançon testent actuellement sur quatre adresses du centre-ville des points d’apports volontaires spécifiques (PAV) en remplacement des actuels points de regroupement souvent souillés par d’autres déchets.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.34
couvert
le 25/09 à 3h00
Vent
0.53 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
96 %

Sondage