Lutter contre la déforestation importée

Publié le 24/11/2021 - 11:19
Mis à jour le 24/11/2021 - 11:19

La France veut faire de la déforestation importée une priorité lors de sa présidence de l’UE et a mis au point des outils qui permettent aux entreprises de ne pas acheter de matières premières contribuant à ce phénomène, a indiqué la secrétaire d’Etat Bérangère Abba. Un guide de bonnes pratiques des achats public a été édité en ce sens à destination des collectivités locales.

 © Alexane Alfaro
© Alexane Alfaro

En 2018, la France s’est engagée à mettre fin d’ici 2030 à la déforestation liée à l’importation de produits y contribuant dans les filières cacao, hévéa, soja, huile de palme, bois et ses produits dérivés, boeuf et produits tirés du boeuf.

"Nous avons inscrit dans la loi climat et résilience l'obligation de zéro déforestation importée dans l'achat public de l'Etat", a rappelé la secrétaire d'Etat dans un entretien à l'AFP mercredi.

"Nous en faisons la promotion à tous les niveaux des collectivités", avec un guide de bonnes pratiques des achats publics dans les domaines de la restauration, des transports, du bâtiment et de l'immobilier qui sera remis à jour prochainement.

La démarche concerne aussi les entreprises, sur la base du volontariat.

La France est un "des premiers pays à avoir mis en oeuvre des outils pour définir les produits et les zones à risque", a ajouté Bérangère Abba. "Cela nécessitait des outils satellitaires, nous les avons et nous pouvons à présent les croiser avec les données douanières" anonymisées pour respecter le secret commercial.

Un outil a notamment été mis au point concernant la filière soja, en coopération avec l'ONG Canopée et le think tank IDDRI. Il sera disponible à partir du 29 novembre.

En novembre, la Commission européenne a présenté une nouvelle réglementation pour interdire dans l'Union européenne l'importation de soja, boeuf, l'huile de palme, bois, cacao, café, ainsi qu'à certains produits dérivés (cuir, ameublement...), quand ils contribuent à la déforestation.

"Ce règlement est très ambitieux, nous le porterons comme une priorité de la présidence française de l'UE" qui commencera en janvier, a commenté Bérangère Abba.

Il ne concernerait pas en revanche le maïs ou le caoutchouc et ne porte que sur les forêts, pas sur les savanes ou les zones humides, également détruites au profit de l'agriculture intensive. "Il y a des axes à renforcer sur le champ d'application" au delà des forêts et des matières premières retenues pour l'instant, a-t-elle reconnu.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Nature

Fortes chaleurs : les Colmariens appelés à l’aide pour sauver les fleurs

Opération sauvetage pour les massifs floraux de Colmar. Face aux interdictions d'arrosage liées à la sécheresse, le maire de la très touristique ville de Colmar a incité jeudi 11 août la population et les restaurateurs à arroser eux-mêmes les jardinières et massifs floraux des espaces publics, quitte à recourir aux "fonds de carafe", un "moyen citoyen de répondre à l'absurdité administrative".

Sécheresse et risque d’incendie : les gestes essentiels à adopter 

Depuis le 1er janvier 2022, les sapeurs-pompiers du Doubs, ont été sollicités pour 291 interventions de feux d'espaces naturels. C’est pourquoi la Préfecture, l’Office national de la forêt et le service départemental d'incendie et de secours du Doubs ont souhaité rappeler les bons gestes à adopter afin de prévenir tout départ de feu.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 27.66
nuageux
le 17/08 à 15h00
Vent
0.39 m/s
Pression
1010 hPa
Humidité
45 %

Sondage