Marelli : nouvelle grève après l'échec des négociations sur la fermeture

Publié le 10/11/2023 - 17:01
Mis à jour le 10/11/2023 - 17:55

Une grève illimitée a été entamée jeudi 9 novembre 2023 matin à l'usine de l'équipementier automobile Marelli Automotive Lighting (groupe italo-japonais Marelli) à Saint-Julien-du-Sault (Yonne) après l'échec de négociations sur la fermeture du site, a-t-on appris de sources syndicales.

De nouvelles discussions, entamées avec la direction à la suite de l'annonce en octobre d'un Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) - des licenciements économiques - ont échoué mercredi soir, a indiqué à l'AFP Najim Kaddouri, délégué syndical CFDT de ce site de 126 employés. Des négociations similaires sont également en cours dans l'autre usine de Marelli à Argentan (Orne), dont les 167 salariés sont sous le coup d'un projet de fermeture.

En conséquence, les salariés de Saint-Julien-du-Sault ont mis en oeuvre la grève illimitée dont ils avaient voté le principe "à l'unanimité" des présents, lundi dernier, a indiqué M. Kaddouri. "C'est un PSE low cost. Les mesures d'accompagnement ne sont qu'a minima", a-t-il dénoncé.

De son côté, la direction a souligné "négocier de façon loyale pour offrir des mesures permettant de retrouver rapidement un emploi dans le cadre d'un projet de PSE", avec un accompagnement qualifié "d'envergure", dans un communiqué à l'AFP. Elle y dénonce des "propos [de syndicalistes] déformant la réalité des offres faites" et "une forme de pression inacceptable prenant l'entreprise et ses clients en otage".

Selon Jany Causin, délégué CFTC du site, la direction propose pour ce site huit mois de salaire, "même pour les salariés qui ont 30-35 ans d'ancienneté". "C'est au ras des pâquerettes. On est loin du compte", estime le délégué, rappelant qu'une "trentaine" de salariés ont plus de cinquante ans. La direction indique de son côté avoir proposé le 7 novembre des congés de reclassement avec 75% du salaire de référence jusqu'à 12 mois pour les salariés de moins de 55 ans; et jusqu'à 24 mois dès 55 ans. Les indemnités de licenciement atteindraient "24 mois de salaire en moyenne".

Jany Causin souligne que cette région du nord-ouest de l'Yonne est déjà largement sinistrée avec, notamment, la fermeture récente d'un autre sous-traitant automobile, l'allemand Benteler, qui employait 400 personnes. "Retrouver du boulot, c'est compliqué", a-t-il ajouté. Le syndicaliste dénonce une délocalisation de la production prévue "de longue date" : les feux arrière que produit l'unité de Saint-Julien seront dorénavant fabriqués sur les sites marocain et espagnol. "Il y a deux ans, quand on avait fait une première grève, ils avaient nié tout projet de fermeture de Saint-Julien mais en fait...", commente M. Causin, dénonçant des "licenciements spéculatifs" de la part d'un groupe détenu par le fonds d'investissement américain KKR.

La délocalisation va par ailleurs avoir un "impact carbone" non négligeable, les pièces fabriquées en Espagne et au Maroc devant revenir en France, notamment pour les voitures du groupe Stellantis, souligne le délégué syndicat. "L'usine de Saint-Julien-du-Sault fait face depuis des années à une chute significative des commandes à court et moyen termes et des prévisions de production très faible" liées à une baisse des volumes de clients européens, précise la direction.

Le site n'a par ailleurs "remporté aucun appel d'offres des constructeurs automobiles" et "n'a travaillé qu'à 30% de sa capacité" ces "deux dernières années" avec une perte d'exploitation de "plus de 24 millions d'euros entre 2018 et 2022".

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Commerce historique à Besançon… Eve Boutique fête ses 55 ans !

Il fait partie des magasins emblématiques du centre-ville de Besançon, il est la référence historique en matière de lingerie féminine, il a vu trois générations de femmes tout au long de son histoire familiale… Le magasin Eve Boutique fête ses 55 ans en ce mois d’avril 2024. Pour autant, il n’a pas pris une ride.

Suppression de l’aide à l’embauche sous contrats de professionnalisation

Le président de l'Union des entreprises de proximité (U2P) a rencontré hier, jeudi 18 avril 2024, la ministre du travail, de la santé et des solidarités, Catherine Vautrin, qui a fait part du projet de suppression générale de l'aide à l'embauche de salariés sous contrat de professionnalisation (600€), dès le 1er mai prochain.

Ligne des horlogers : des travaux d’ampleur jusqu’au mois d’octobre 2024

Depuis le 4 mars 2024, d’importants travaux sont engagés sur la ligne historique des horlogers. Cette dernière, qui s’étend sur 75 km, fête ses 140 ans. Au total, deux enveloppes de 50 millions d’euros ont été allouées pour le projet de modernisation. La fin des travaux est prévue le 31 octobre prochain…

Faute de neige, la station de Métabief déplore un manque à gagner de 3 millions d’euros cet hiver…

Face au manque cruel de neige sur la saison 2023-2024, la station de Métabief n’a pas pu faire le chiffre d’affaires espéré malgré la réactivité des équipes. La station a d’ailleurs dû fermer mi-février. Philippe Alpy, président du syndicat mixte du Mont d’Or, nous en parle…

Haut Conseil des finances publiques : le gouvernement n’a “pas les moyens” de réaliser des baisses d’impôts sèches

Pierre Moscovici, président du Haut Conseil des finances publiques (HCFP), a estimé mercredi 17 avril 2024 que le gouvernement "n'avait pas les moyens" au vu de l'état de ses finances publiques, de faire des "baisses d'impôts sèches", contrairement aux promesses de l'exécutif.

La CCI Saône Doubs encourage les entreprises locales à prendre des élèves secondes en stage

La Chambre des Commerces et de l'Industrie Saône - Doubs propose aux entreprises du territoire d'envoyer par le biais du site 1jeune1solution des offres de stage pour la période du 17 au 28 juin. Cette plateforme permet de répertorier les offres des entreprises, associations ou d'autres organismes où les élèves peuvent candidater.

Qui sont les travailleurs indépendants en Franche-Comté ?

Depuis novembre 2022, le nombre de travailleurs indépendants (TI) n’a cessé d’augmenter en Franche-Comté avec un rythme moins soutenu qu’en 2021, selon les dernières donnés de l'Urssaf Franche-Comté. La région compte désormais 59.500 indépendants dont 27.900 travailleurs indépendants classiques et 31.600 auto-entrepreneurs (AE).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.94
légère pluie
le 20/04 à 12h00
Vent
2.2 m/s
Pression
1023 hPa
Humidité
85 %