Mise en garde du préfet sur les dégradations des radars routiers

Publié le 23/11/2018 - 14:56
Mis à jour le 23/11/2018 - 14:59

De 3 750 à 75 000 euros d'amende • Depuis quelques jours, plusieurs radars ont été dégradés par des actes de vandalisme. Joël Mathurin, le préfet du Doubs, souhaite rappeler ce vendredi 23 novembre 2018 que tout sera mis en œuvre pour que ces actes ne demeurent pas impunis.
 

radar autonome © préfecture du Doubs ©
radar autonome © préfecture du Doubs ©

"La dégradation de biens publics utiles à la prévention d’accidents de la route ainsi qu’à la sauvegarde de vies est intolérable", précise le Préfet du Doubs.

Il rappelle que :"-ces radars sont positionnés sur des sites où les vitesses pratiquées sont largement au- dessus des vitesses autorisées et où des accidents corporels graves se sont produits ces dernières années.? La présence 24h/24H de radar sur le bord des routes et des lieux accidentogènes permet de sauver des vies".

De 3 750 à 75 000 euros d'amende

La dégradation de radar est un délit qui relève des articles 322-1 et article 322-2 du code pénal. Une dégradation légère est passible d'une amende de 3 750 euros, assortie d'une peine de travaux d'intérêt général. Une dégradation lourde est passible d'une amende de 30 à 75 000 euros en fonction des circonstances. L'amende encourue vient s'ajouter aux réparations des dommages.

Le préfet a donné des instructions de surveillance renforcée des radars par les forces de l’ordre. Toute personne suspecte de dégradation de radar sera conduite immédiatement devant l’autorité judiciaire.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 17.09
légère pluie
le 15/04 à 15h00
Vent
8.03 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
65 %