Morteau saucisse : les fameux "20 cm de pur bonheur" dans le métro parisien

Publié le 17/02/2014 - 08:00
Mis à jour le 23/01/2019 - 16:14

Après avoir interpellé les Bisontins avec ses 20 centimètres de pur bonheur bien il y a trois ans sur 200 abris-bus, la saucisse de Morteau traditionnelle Jean-Louis Amiotte s’invite dans le métro de Paris. Objectif : faire connaître cette spécialité que les Francs-Comtois aiment tant aux parisiens grâce à 350 panneaux publicitaires et promouvoir sa fabrication traditionnelle…

 ©
©

publi-info

L'entreprise artisanale de la saucisse de Morteau a été créée par Jean Amiotte-Suchet, charcutier, en 1939 dans l'Est de la France, proche de la frontière Suisse au milieu des montagnes franc-comtoises du Jura et du Haut-Doubs. C'est en 1967 que Jean-Louis Amiotte-Suchet, le fils, succède à son père et développe l'entreprise. Depuis, la saucisse de Morteau s'exporte dans d'autres régions françaises. Le label régional Franche-Comté, protégeant la saucisse de Morteau dans sa zone historique de fabrication à 700 mètres d'altitude dans le Haut-Doubs a été créé en 1974. 

Deux médailles d'or au salon de l'agriculture 2013 

C'est en 1998 qu'Arnaud et Carole Amiotte-Suchet prennent la relève et continuent à perpétrer la tradition à travers les frontières de notre région, notamment le fumage de la saucisse qui se réalise en tuyé. "Cette étape s'effectuera toujours exclusivement en tuyé, ce qui donne son goût inimtable" souligne Thierry Belin, directeur commercial de la société Jean-Louis Amiotte. D'ailleurs, la Morteau saucisse a reçu deux médailles d'or au salon de l'agriculture à Paris lors du concours général agricole national en 2013.

"Offrez-vous 20 centimètres de pur bonheur" dans le métro parisien…

Après quelques recherches, l'entreprise Morteau Saucisse Jean-Louis Amiotte a constaté que la région parisienne était "sous-consommatrice" de la spécialité charcutière par rapport au nord et au sud-est de la France, (sans parler de la Franche-Comté où la saucisse se consomme très bien d'après Thierry Belin). L'objectif de la campagne est aussi de "cibler des consommateurs plus jeunes". En effet, selon le directeur commercial de la société, les plus grands consommateurs ont 50 ans et plus.

Par ailleurs, l'entreprise tente de démontrer que la saucisse de Morteau, fabriquée dans la tradition, n'est pas mauvaise pour la santé : "Je n'en peux plus d'entendre dire dans les médias que la charcuterie est mauvaise pour la santé" raconte Thierry Belin, "surtout quand on sait que sur 100 ménages français, 70 consomment des knacks et seulement 15 consomment de bons produits d'appellation contrôlée. Une knack est composée de 72% de viande et 18% d'eau. Nous, avec 100 kg de viande on fait 100 kilos de saucisses". C'est dit !

Ecouter le spot radio de la Morteau saucisse Jean-Louis Amiotte...

L'entreprise Jean-Louis Amiotte sera présente au prochain salon de l'agriculture à Paris du 22 février au 2 mars 2014.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

Nouveau sursis pour les Galeries Lafayette de Besançon et Belfort

C’est un petit ouf de soulagement pour les 26 magasins Galeries Lafayette, dont ceux de Besançon et Belfort, exploités par l’homme d’affaires Michel Ohayon. Le plan de continuation d'activité des points de vente a reçu le soutien de son principal créancier, qui n’est autre que le groupe Galeries Lafayette, juste avant son examen final au tribunal de commerce de Bordeaux, indique l’AFP ce mercredi 21 février. La décision du tribunal de commerce de Bordeaux a été mise en délibéré au 20 mars 2024.

J’ai testé pour vous le soin personnalisé signé LB Beauty à Besançon

Alors que la fraîcheur de l'hiver est de retour, je me suis rendue à l'institut LB Beauty ouvert depuis 4 ans dans le quartier des Chaprais à Besançon mardi 20 février 2024, pour un instant de bien-être, relaxant et pour prendre soin de ma peau. J'ai testé pour vous le "soin personnalisé" signé Ludivine Bonnet.

Nouvelle action coup de poing des éleveurs laitiers haut-saônois contre Lactalis

Une action d’interception d’un camion de lait Lactalis a eu lieu mardi soir en Haute-Saône près de Vesoul. Les éleveurs s’estimant "floué" par la société, demandent "une rémunération décente des producteurs". Le lait du camion devant initialement servir à la fabrication de fromage a été repris et sera utiliser pour l’alimentation des veaux. 

Open Business : les prochains rendez-vous de la CCI Saône-Doubs pour répondre aux défis et enjeux de demain

La Chambre de commerce et d’industrie (CCI) Saône-Doubs a présenté mardi 20 février 2024 les trois nouvelles thématiques de son cycle de conférences baptisé Open Business. Au programme cette année, des rencontres autour des thèmes de l’intelligence artificielle, du vieillissement de la population et de la performance dans l’entreprise et le sport à Besançon, Vesoul et bientôt Montbéliard. 

“Coiffure Michel Delgrande” devient “Le 83 coiffure” au centre-ville de Besançon

Loïc, coiffeur depuis 24 ans dans le salon Michel Delgrande, situé au 83 rue des Granges à Besançon, a eu envie de nouveauté. Jeudi 15 février 2024, après environ 34 ans sous le nom de son fondateur, le salon a finalement changé d’identité pour devenir "le 83 coiffure". Pour autant, cette nouveauté ne tend pas à oublier le passé…

En immersion dans le plus vaste chantier privé à Besançon…

Depuis quelques mois, les travaux ont démarré dans l’ancienne institution Saint-Jean du quartier Saint-Claude à Besançon dans le cadre du projet immobilier comptant 245 logements, dont 80 en rénovation, porté par le groupe SMCI : le Domaine Hugo. En ce moment, un parking souterrain de type silo de 240 places est en cours de construction… Fabrice Jeannot, président du groupe SMCI et Patrick Collard, directeur technique du groupe nous en parlent.

Bruno Le Maire abaisse à 1% la prévision de croissance 2024 et annonce 10 milliards d’euros d’économies

Le gouvernement français a nettement revu à la baisse son estimation de croissance pour 2024, de 1,4% à désormais 1%, a annoncé dimanche 18 février 2024 Bruno Le Maire, dévoilant des économies "immédiates" de 10 milliards d'euros sur les dépenses de l'Etat pour tenir les ambitions budgétaires.

Autoroutes : une hausse moyenne des prix de 3% en 2024

Les tarifs des péages sont revus chaque année au 1er février. Le ministère des Transports avait annoncé en novembre 2023 une augmentation inférieure à 3 % en moyenne en 2024, après 4,75 % en 2023 et 2 % en 2022. Plusieurs arrêtés publiés au Journal officiel du 31 janvier confirment une hausse autour de 3 % sur les principaux réseaux autoroutiers, selon service-public.fr.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.18
légère pluie
le 24/02 à 15h00
Vent
3.64 m/s
Pression
1006 hPa
Humidité
64 %