Naissance de trois sangliers des Visayas à la Citadelle de Besançon

Publié le 15/05/2012 - 14:56
Mis à jour le 15/05/2012 - 18:34

Le sanglier des Visayas est une espèce endémique des Philippines classée en danger critique d’extinction sur la liste rouge de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Le Muséum de Besançon a été le premier en France à accueillir, à la Citadelle, cette espèce.

Le couple, arrivé en 2010, a donné pour la première fois naissance à une petite Manille en 2011 et cette année, le 4 mai, trois petits ont pointé le bout de leur nez ! C'est un événement exceptionnel.

Le sanglier des Visayas est une espèce endémique des forêts tropicales des six îles centrales des Philippines. En milieu naturel, cette espèce n’existe plus que sur deux d’entre elles, Negros et Panay où seulement 500 individus sauvages subsistent à l’heure actuelle.

L’agriculture et la déforestation fragmentent son habitat naturel qui est détruit à 95 %. A cette menace s’ajoute la chasse qui perdure malgré des lois très strictes. Le sanglier des Visayas subit aussi une persécution massive en raison des nuisances qu’il inflige aux agriculteurs.

Ce petit suidé au pelage gris et noir se caractérise par une bande blanche sur le groin. Le mâle porte une touffe de poils hirsutes, plus développée pendant la période de reproduction. A l’âge adulte, ce sanglier pèse environ 40 kg.

Le Muséum participe à un programme d’élevage européen (EEP) qui permet, outre la reproduction espérée, de sensibiliser le public et de mieux connaître l’espèce pour mieux la préserver. En 2011, ce programme compte environ soixante-dix individus en Europe. Ces naissances en captivité sont donc exceptionnelles et porteuses d’espoir.

Ne pas déranger la petite famille

Les petits, nés il y a une semaine, commencent à sortir et à se promener en compagnie de leurs parents, très attentifs, et de leur sœur aînée. Leur sexe sera connu d’ici trois semaines, lorsque la vétérinaire les examinera. Durant les premières semaines, l’équipe soignante veille à ne pas déranger la petite famille.

Parallèlement à l’EEP, il existe un programme de conservation de l’espèce aux Philippines fonctionnant grâce à une contribution financière des parcs zoologiques détenant des sangliers des Visayas. Le « Visayan Warty Pig Conservation Programme » (VWPCP) a été créé en 1992 par le Ministère de l’Environnement philippin et la Société Zoologique de San Diego.

Son objectif, à terme, est la réintroduction de sangliers des Visayas sur les îles où ils ont disparu. A cette fin, deux centres de sauvegarde ont été établis à Negros et Panay ainsi que des réserves protégées. Actuellement, le programme est impliqué dans le maintien d’une lignée pure de sangliers des Visayas, menacés par l’hybridation avec d’autres espèces locales de suidés.

A la Citadelle, les sangliers des Visayas sont à découvrir à côté des cerfs du Prince Alfred, autre espèce endémique des Philippines classée en « danger d’extinction » et subissant les mêmes menaces. Cette espèce bénéficie elle aussi d’un EEP et d’un programme de conservation en milieu naturel auxquels participe le Muséum de Besançon.

La Citadelle est ouverte au public tous les jours, toute l’année (sauf 25/12 et début janvier).

Horaires d’ouverture actuels (jusqu’au 30 juin) : de 9 h à 18 h, musées ouverts le mardi.

Contact public : 03 81 87 83 33 / www.citadelle.com

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Mouvements de terrain en Haute-Saône : 21 communes reconnues en état de catastrophes naturelles

Par arrêté interministériel du 24 novembre 2020 publié au Journal Officiel du 3 décembre 2020, l’état de catastrophe naturelle a été reconnu à 21 communes de Haute-Saône pour mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols, sur 4 périodes différentes, au titre de l’année 2019.

Gestes barrière, attroupement, masque… Les ambassadeurs santé à la rencontre des Bisontines et des Bisontins jusqu’à Noël

Depuis la réouverture des commerces le 28 novembre dernier, des professionnels de santé, surnommés les ambassadeurs santé de la Ville de Besançon, déambulent dans le centre-ville afin de prévenir la population des gestes barrière pour éviter une troisième vague de la covid-19 pendant les fêtes.

Violences policières, article 24, formation des forces de l’ordre… Entretien avec Emmanuelle Cordier, policière à Besançon

Après les attentats de 2015 suite auxquels les Françaises et le Français embrassaient les forces de l'ordre, qu'est-ce qui a changé dans leurs relations ? Y a-t-il des brebis galeuses au sein de la police ? Pour ou contre l'article 24 de la proposition de loi de "sécurité globale" ? Nous avons rencontré Emmanuelle Cordier, déléguée interdépartementale unité SGP Police du Doubs à Besançon pour en parler.

Skier à l’étranger ? Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives »

Y’aura-t-il des mesures contraignantes pour empêcher les Français d’aller skier à l’étranger? “S’il y a des pays qui maintiennent des stations ouvertes, il y aura des contrôles pour dissuader les Français” et pour “ne pas créer une situation de déséquilibre avec des stations en France”, a lancé le président Macron ce mardi 1er décembre lors d’une conférence de presse, en marge d’une visite du Premier ministre belge Alexander de Croo.

Missions et enjeux de la 7e brigade blindée de l’armée de Terre. On en parle avec le général Pierre-Yves Rondeau

Envoyés en mission pour 3 à 6 mois à travers le monde (Mali, Côte d'Ivoire, Liban…), les militaires de la 7e brigade blindée, subordonnée à la 1re division dont l'État-major est à Besançon, rentreront en France début 2021 en permission avant de reprendre une année d'entraînement. Le général de brigade Pierre-Yves Rondeau nous parle des missions de ces militaires et des prochains enjeux.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 0.83
couvert
le 06/12 à 0h00
Vent
0.78 m/s
Pression
1000 hPa
Humidité
94 %

Sondage