Peugeot-Vesoul : chômage technique en raison des sanctions contre l'Iran

Publié le 31/01/2012 - 18:10
Mis à jour le 15/04/2019 - 09:29

Une centaine de salariés de PSA produisant des pièces détachées pour l'Iran à Vesoul (Haute-Saône) seront mis au chômage technique fin février en raison d'un ralentissement d'activité attribué aux sanctions économiques contre ce pays, a-t-on appris de source syndicale. 

PUBLICITÉ

La direction du site de Vesoul a annoncé mardi en réunion de comité d'établissement deux semaines de chômage technique, du 20 février au 3 mars, pour l'ensemble de l'atelier de pièces de Peugeot 206 qui travaille quasi-exclusivement pour l'Iran, ont indiqué à l'AFP Jean-Luc Monnier et Antoine Pirès, respectivement responsables des sections CFDT et FO.

"Il n'a pas été dit explicitement que c'était lié au contexte politique, mais on s'en doute bien. Au vu de l'activité qu'on a toujours eue avec l'Iran, il n'y a pas de raison économique qui puisse l'expliquer", a exposé M. Monnier.

Selon M. Pirès, ces deux semaines consécutives d'arrêt complet sont sans commune mesure avec les "quelques jours de chômage ça et là" qu'a déjà connu cet atelier.

"C'était alors dû à des lettres de crédit qui n'arrivaient pas. Là, celaprend de l'ampleur, à cause du contexte politique de l'embargo", a-t-il ajouté.

La direction de PSA Vesoul était injoignable pour commenter cette mesure de chômage technique.

L'atelier emploie 285 salariés, mais le chômage technique n'en concernera qu'une centaine, les autres étant envoyés en formation ou affectés à d'autres secteurs du site de 3.800 permanents et intérimaires, a précisé M. Pirès.

L'atelier envoie en Iran des pièces détachées et des sous-ensembles de voitures, des Peugeot 206 pour l'essentiel, qui sont assemblées sur place.

Les Etats-Unis et les pays de l'Union européenne ont imposé fin janvier de nouvelles sanctions financières et pétrolières pour tenter de forcer Téhéran à renoncer à son programme nucléaire controversé. Ils accusent l'Iran de chercher à fabriquer l'arme atomique, ce que Téhéran a toujours démenti.

(source : AFP) 

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

Alors que plusieurs centaines de salariés de General Electric ont empêché lundi 17 juin 2019 à 9h  la tenue à Belfort de la première réunion d'information sur le plan social qui doit frapper de plein fouet le site. Un nouveau rendez-vous a été fixé au vendredi 21 juin, a indiqué un porte-parole du site.

HLM du Grand Besançon et SAIEMB : une mobilisation contre la fusion prévue ce mercredi

HLM du Grand Besançon et SAIEMB : une mobilisation contre la fusion prévue ce mercredi

Le projet de fusion entre l'office public HLM de Grand Besançon Habitat et la société d'économie mixte SAIEMB sera à l'ordre du jour de la réunion du conseil d'administration de Grand Besançon Habitat (GBH) ce mercredi 5 juin 2019. Aussi, une mobilisation est prévue en amont de cette dernière à 16h00 au 6 rue André boulloche à Besançon.

Marche pour le climat : 450 jeunes mobilisés ce vendredi à Besançon

Marche pour le climat : 450 jeunes mobilisés ce vendredi à Besançon

Les Eco’lié.e.s, (collectif de lycéens, collégiens et étudiants) suite à l’initiative de l’ECOllectif du 15 mars, effectuent une marche pour le climat ce vendredi 24 mai 2019 à Besançon. Le top départ a été donné à 10h30, Place de la Révolution. Des rassemblements s'étaient formés au préalable devant les établissements scolaires.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 19.27
couvert
le 24/06 à 21h00
Vent
2.29 m/s
Pression
1016.39 hPa
Humidité
90 %

Sondage