Alerte Témoin

Pôle Emploi : un dispositif pilote dans le Doubs pour accompagner les publics en difficulté

Publié le 30/01/2014 - 09:44
Mis à jour le 30/01/2014 - 17:22

Pôle emploi  et le département du Doubs se sont associés pour renforcer l'accompagnement social des demandeurs d'emploi en difficulté comme les allocataires du RSA et notamment grâce à huit conseillers dédiés . L’initiative qui pourrait être bientôt étendue à d'autres départements volontaires notamment du Nord, du Morbihan, des Côtes d'Armor et de la Meurthe-et-Moselle. 

entretien_conseiller_46144.jpg
photo d'illustration ©pôle emploi

Le président du département, Claude Jeannerot (PS), et le directeur général de Pôle emploi, Jean Bassères, ont signé mercredi une convention, dont l'objectif est de "simplifier les démarches des demandeurs d'emploi en difficulté". 

Huit conseillers dédiés

Concrètement, huit postes de conseillers, nouvellement créés par Pôle emploi, leur seront désormais entièrement dédiés. Ils travailleront en tandem avec huit travailleurs sociaux recrutés par le département pour offrir "un  service global d'accompagnement professionnel et social". 

Jean Bassères a précisé que ces conseillers dédiés suivraient "entre 70 et 100 personnes". Il a expliqué que cette "quatrième modalité de suivi était ciblée sur les personnes confrontées à la fois à des difficultés professionnelles et sociales". 

Depuis janvier 2013, Pôle emploi a mis en place un nouveau système d'accompagnement, "renforcé, suivi ou guidé", selon la situation des demandeurs d'emploi. L'un des objectifs du plan de lutte contre la pauvreté présenté fin 2012 était de renforcer l'accompagnement et l'insertion professionnelle des allocataires du Revenu de solidarité active (RSA). Cette mobilisation s'inscrit donc "comme une des mesures majeures du plan", font valoir les signataires. 

Simplifier les démarches des demandeurs d'emploi en difficulté

"Jusqu'à aujourd'hui, l'accompagnement des allocataires du RSA était souvent hétérogène", a indiqué Claude Jeannerot, rappelant que ce public peut être confronté à des difficultés sociales (problèmes de logement, de déscolarisation d'un enfant...), en plus de difficultés pour retrouver un emploi. 

La convention vise à simplifier les démarches des demandeurs d'emploi en difficulté, "qu'ils soient allocataires du RSA ou non”. "C'est une opération pilote, on verra ce que cela donne dans un an", a  souligné M. Jeannerot, précisant que l'objectif était de "généraliser le  système à l'ensemble des départements". 

"Une quinzaine devraient bientôt rejoindre le mouvement", a-t-il ajouté. Il s'agirait notamment du Nord, du Morbihan, des Côtes d'Armor et de la Meurthe-et-Moselle. 

(avec AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Social

Une mobilisation aujourd’hui à Besançon pour la « régularisation de tous »

L'assemblée locale des États Généraux des Migrations participe à une convergence nationale des appels en soutien à tous les sans papiers, soit une campagne nationale pour « l’égalité des droits et la régularisation de toutes et tous ! ». Un rassemblement aura lieu à Besançon le 20 juin à 15h place de la Révolution à Besançon.

Un fonds d’urgence de 270.000€ contre la précarité étudiante mis en place en Bourgogne-Franche-Comté

Dans le contexte de la crise sanitaire, de la fermeture des établissements et de la mise en place du confinement, les étudiant·e·s ont été confronté·e·s à de nombreuses difficultés : isolement, difficultés financières accrues suite notamment à l’annulation de stages rémunérés ou à la perte d’un job, au manque de matériel informatique ou à des problèmes d’accès à internet...Face à cette situation, la Région Bourgogne Franche-Comté et le Crous s'associent pour créer un fonds d'aide aux étudiants, selon un communiqué du 10 juin 2020.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     20.01
    ciel dégagé
    le 11/07 à 18h00
    Vent
    3.44 m/s
    Pression
    1022 hPa
    Humidité
    48 %

    Sondage