Près d’un millier de manifestants contre le transfert de l’usine PSA d’Hérimoncourt

Publié le 24/02/2019 - 09:23
Mis à jour le 24/02/2019 - 09:23

Entre 800 et 1.000 personnes ont défilé ce samedi 23 février 2019 dans l'après-midi à Hérimoncourt (Doubs) pour protester contre le projet de PSA de transférer l'activité de son usine de la commune vers d'autres sites de la région, a-t-on appris de sources concordantes.

site PSA Hérimoncourt
site PSA Hérimoncourt © Google Street View
PUBLICITÉ

« Nous étions entre 800 et 1.000, la manifestation a été bien suivie par la population », a indiqué à l’AFP Michael Faucompre, représentant syndical FO.

Opération « ville morte »

Les manifestants s’étaient réunis devant l’usine PSA vers 14H30 avant de défiler dans le calme dans les rues de la ville de 3.700 habitants, où les commerçants avaient baissé les rideaux des magasins pour une opération « ville morte ». La maire d’Hérimoncourt, Marie-France Bottarlini-Caputo, s’est dite « relativement heureuse d’avoir vu autant de monde ».

L’usine PSA d’Hérimoncourt, premier employeur privé de la commune, a été créée par la famille Peugeot en 1833. Voisine du site de montage de véhicules de Sochaux, elle emploie 204 salariés.

Le constructeur automobile a annoncé début février son projet de transférer en 2020 vers son centre de pièces détachées de Vesoul (Haute-Saône) l’activité principale d’Hérimoncourt dans les pièces de rechange. Cette mesure viderait  ce site de sa substance et fait planer la perspective de sa fermeture, bien que le groupe assure rechercher une solution de reconversion.

« Le savoir-faire est ici, pas à Vesoul »,

« Le savoir-faire est ici, pas à Vesoul », a dénoncé Michael Faucompre,  estimant que PSA « a dévalué » le site d’Hérimoncourt. « Ces 200 salariés font vivre les commerces de la commune, ça va du simple paquet de cigarettes acheté au repas pris pendant la pause midi », explique Marie-France Bottarlini-Caputo.

Pour Hérimoncourt, un tel transfert d’activités vers Vesoul, à environ 80 kilomètres, pourrait avoir des répercussions en chaîne avec le risque que des personnes quittent la commune, moins d’enfants dans les écoles, un impact financier pour la mairie etc., énumère la maire.

« Ils (PSA) sont dans une démarche de rentabilité, d’économies, mais pas du tout dans l’humain », dénonce-t-elle, alors que l’usine « est viable, elle ne fait pas perdre d’argent à PSA ».

(Source AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

#19Mars : plus de 1.000 manifestants à Besançon

Direct • Les syndicats attendent entre 700 et 2.000 manifestants ce mardi 19 mars 2019 pour la journée nationale d'action.  Ils sont près d'un millier dans les rues de Besançon, 850 selon les autorités. "Augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux, égalité hommes femmes, un véritable droit à l’éducation et à la formation, renforcement de la protection sociale » et du système solidaire de retraite par répartition, réponse aux enjeux climatiques et environnementaux, tout en développant des emplois de qualité" font partie des revendications.

19 mars : les manifestations et les perturbations en Franche-Comté

Besançon, Dole, Belfort, Vesoul, Lons-le-Saunier, Saint-Claude, Montbéliard : sept rassemblements sont organisés en Franche-Comté pour la journée d'action à l'appel de FO, la CGT, Solidaires et les organisations Unef (étudiants) et UNL (lycéens) mais sans la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC. Voici la liste des manifestations et des perturbations.

Grève et journée d’action du 19 mars : quelles sont les revendications ?

FO, la CGT, Solidaires et les organisations de jeunesse Unef (étudiants) et UNL (lycéens) appellent mardi 19 mars 2019 à une journée d'action et de grèves afin d'"amplifier le mouvement social". Un mouvement approuvé par 73 % des Français selon le baromètre des services publics Odoxa pour la Banque française Mutualiste, l'Obs, France Inter et la presse régionale, publié ce mardi.

Journée de grève mardi 19 mars à Besançon : perturbation des Bus&Tram et manifestation à 11 heures

Les syndicats CGT, FO et Solidaires, ainsi que les organisations de jeunesse UNEF et UNL, appellent l'ensemble des Français à se manifester lors de la journée de grève générale et nationale ce mardi 19 mars 2019. A Besançon, une mobilisation est prévue à 11h00 devant la Chambre de Commerce et d'Industrie. Le réseau Ginko sera, lui, aussi perturbé.

Acte 18 – Les Gilets Jaunes à nouveau dans la rue à Besançon ce samedi

Mise à jour • Une nouvelle mobilisation s'est déroulée ce 16 mars 2019 à Besançon dans le cadre de l'acte 18 des Gilets Jaunes. À Paris de violents heurts ont éclaté ce samedi. A Besançon, la Préfecture du Doubs estime les manifestants à 500. A 18h20, plusieurs Giles Jaunes manifestaient encore devant la Gare Viotte. Ils ne sont finalement pas rendus à Planoise. Aucune interpellation n'a été effectuée.

Mobilisation pour le climat ce vendredi à Besançon : les étudiant(e)s dispensés de cours par le président de l’université de Franche-Comté

L'Association Solidaire de défense des Étudiants (ASDE du syndicat SUD Soldaires Etudiant.es ) appelle à la mobilisation ce 15 mars 2019 à 10h00 Place de la Révolution à Besançon. Un arrêté a été pris par Jacques Bahi, président de l'université, afin de "dispenser d'obligation d'assiduité" les étudiants dans le cadre de la manifestation. Des marches pour le climat sont attendues dans toute la France ce vendredi et samedi.

Visite de Christophe Castaner à Besançon : des Gilets Jaunes mis à l’écart s’insurgent

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, s'est rendu ce 13 mars 2019 à Besançon dans le cadre du programme des quartiers de reconquête républicaine (QRR) avec l'inauguration du commissariat de secteur de Planoise. N'ayant pas pu approcher le ministre, un groupe de Gilets Jaunes se dit "réprimé".

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 -1.38
ciel dégagé
le 20/03 à 0h00
Vent
2.51 m/s
Pression
1031.85 hPa
Humidité
81 %

Sondage