Prison ferme pour un incendiaire, en conflit avec son fils pompier volontaire dans le Jura

Publié le 07/10/2022 - 08:48
Mis à jour le 07/10/2022 - 08:48

Un ouvrier en conflit avec son fils pompier volontaire a été condamné jeudi par le tribunal correctionnel de Lons-le-Saunier (Jura) à 18 mois d'emprisonnement, dont huit avec sursis, pour avoir allumé cet été un feu de végétation dans le Jura, a indiqué le parquet de la ville.

Incendie dans le Jura le 10 août 2022. © Twitter Préfet39
Incendie dans le Jura le 10 août 2022. © Twitter Préfet39

Cet homme âgé de 54 ans, maintenu en détention, avait admis lors de sa garde à vue avoir allumé avec son briquet un incendie le 17 août à Champagnole, qui avait détruit 400 m2 de végétation avant d'être circonscrit par les pompiers à quelques mètres d'une citerne de gaz remplie à 80% et d'un entrepôt contenant 450 tonnes d'engrais.

Un "conflit avec son fils, sapeur-pompier volontaire"

Interrogé sur les motifs de son passage à l'acte, il avait évoqué un "conflit avec son fils, sapeur-pompier volontaire" et reconnu "qu'il avait pu allumer cet incendie du fait de la rancoeur que cette situation faisait naître en lui", avait indiqué le procureur de Lons-le-Saunier, Lionel Pascal. Il avait été interpellé par les gendarmes grâce aux témoignages de plusieurs personnes qui avaient aperçu "un véhicule rouge qui avait quitté les lieux précipitamment au départ du feu". Le véhicule et son conducteur avaient ensuite été repéré par les militaires.

Le quinquagénaire, socialement et économiquement bien inséré, avait déjà été condamné en 2011 pour conduite en état d'ivresse. Début août, plus de 1.000 hectares de forêts avaient par ailleurs été réduits en cendres dans le sud-est du Jura, en une semaine, par des incendies à "l'envergure inédite", selon les autorités.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Vandalisme des statues d’Ousmane Sow à Besançon : la Ville de Besançon appelle à une union face au racisme

Ce mercredi matin, deux jours après la dégradation de la statue de Victor Hugo, la Ville de Besançon a découvert stupéfaite que « L'homme et l'enfant », statue de l’artiste Ousmane Sow située au monument aux morts des Glacis, a également été recouverte de peinture blanche sur les mains et le visage.

Besançon : une autre statue d’Ousmane Sow, " L’homme et l’enfant " vandalisée cette nuit

Après la dégradation volontaire de la statue Victor Hugo située sur l'esplanade des Droits de l'Homme à Besançon dans la nuit du 20 au 21 novembre 2022, la seconde statue d'Ousmane Sow, située au parc des Glacis, à côté du monument aux morts, a été vandalisée dans la nuit du 22 au 23 novembre. 

" White power ", la signature des actes de vandalisme des statues d’Ousmane Sow à Besançon

Des photos retrouvées sur les réseaux sociaux prouvent que l’acte de vandalisme perpétré sur la statue de Victor Hugo par Ousmane Sow dans la nuit du 20 au 21 novembre, sont revendiqués par les néonazis… une fois de plus dans la ville de Besançon. Nous avons également appris ce mercredi qu’une autre statue d’Ousmane Sow au parc des Glacis a elle aussi été vandalisé dans la nuit du 22 au 23 novembre.

Statues d’Ousmane Sow vandalisées : association et élus locaux réagissent

Dans la nuit du dimanche 20 au lundi 21 novembre, la statue de Victor Hugo d'Ousmane Sow, sur l'Esplanade des droits de l'Homme à Besançon, a été vandalisée. De même dans la nuit du mardi 22 au mercredi 23 novembre pour "L'homme et l'enfant" au parc des Glacis, du même artiste. Les élus Renaissance-MoDem et l'association "À gauche citoyens !" ont tenu à s'exprimer par voie de communiqués de presse.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 7.38
légère pluie
le 28/11 à 6h00
Vent
1.4 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
86 %