Pub pour le Jura : les Chiennes de garde obtiennent gain de cause...

Publié le 15/07/2012 - 18:18
Mis à jour le 16/07/2012 - 07:22

Selon le site internet www.elle.fr, l’association Les Chiennes de garde, qui avaient soulevé le caractère « sexiste » de la publicité diffusée sur France Info en faveur du Jura, ont obtenu gain de cause devant le Jury de déontologie publicitaire (JDP).

dsc_0428.jpg

OUI, mais…

Le jury en question aurait donné raison aux féministes vendredi dernier en reconnaissant la validité de la plainte. Dans sa décision, il explique que le spot radio « décline, par son texte et par le ton de la voix qui le prononce, les codes adoptés, il y a quelques années, par certains clubs de rencontres ou autres messages à contenu érotique ».

Le JDP a demandé que « cette publicité qui a cessé ne soit pas renouvelée ». Selon www.elle.fr, c’est  la première fois que l’association obtient gain de cause auprès de l’instance de contrôle.

« Mes rivières sont généreuses, mes courbes engageantes, mon vignoble gourmand ! Viens randonner sur moi (…) » Diffusées sur les ondes de France Info en avril dernier, les paroles de la publicité énoncées par une femme à la voix suave avaient choqué des auditeurs.

L’intervention des Chiennes de garde a sans aucun doute eu un effet pervers... L'agence Dartagnan de Besançon, qui a imaginé la campagne, est convaincue que les féministes ont contribué au succès des spots qui ont fait un carton. Selon elle, 81,2% des personnes consultées ont estimé que la publicité leur avait donné envie de passer leurs vacances dans le Jura.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Violences conjugales : le dépôt de plainte bientôt possible à l’hôpital de Besançon…

Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ce 25 novembre 2020, plusieurs acteurs du département ont signé une convention relative à l’accueil, la prise en charge et la prise des plaintes des femmes victimes de violences, dans les locaux du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon.

Violences conjugales : le premier bracelet anti-rapprochement testé dès le 8 décembre à Besançon

À l'occasion de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, le procureur de la République de Besançon et le préfet du Doubs entouré de leurs partenaires (France Victime Besançon, Police, Gendarmerie et Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation) ont signé ce mercredi 25 novembre 2020 le protocole de mise en œuvre du "Bracelet anti-rapprochement" au sein du tribunal judicaire de Besançon. Objectif : mieux protéger les victimes de conjoints ou ex-conjoints violents.

Violences conjugales : un signalement possible sur le site internet de l’enseigne Carrefour

Dans le cadre de la mobilisation des forces de l’ordre contre les violences conjugales, Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, s’est rendue ce 24 novembre 2020 dans le magasin Carrefour de la Ville du Bois afin de lancer officiellement le partenariat entre Carrefour et la Gendarmerie Nationale.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 3.09
ciel dégagé
le 28/11 à 9h00
Vent
2.03 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
69 %

Sondage