Régionales 2015 : « Les e?lecteurs ne sont pas des moutons, ils savent ce qu’ils ont a? faire. »

Publié le 09/12/2015 - 12:00
Mis à jour le 12/04/2019 - 13:43

Suite aux résultats du premier de l'élection régionale en Bourgogne Franche-Comté de ce dimanche 6 décembre 2015, le Parti de gauche du Doubs ne donne aucun conseil de vote précisant que "nous n'avons pas le sentiment d'avoir a? effectuer un arbitrage entre l'extre?me droite et ses principaux pourvoyeurs de voix. Les e?lecteurs et e?lectrices ne sont pas des moutons, ils savent ce qu'ils ont a? faire." 

recemment_mis_a_jour451.jpg
recemment_mis_a_jour451.jpg
PUBLICITÉ

Dans un communiqué, le Parti de gauche explique : « Nous ne donnons pas de consignes de vote car nous n’avons pas le sentiment d’avoir a? effectuer un arbitrage entre l’extre?me droite et ses principaux pourvoyeurs de voix. Les e?lecteurs et e?lectrices ne sont pas des moutons, ils savent ce qu’ils ont a? faire. »

Selon le Parti de gauche, « les re?sultats des e?lections re?gionales du 6 de?cembre 2015 sont une nouvelle sanction du pouvoir en place. » « La re?forme des re?gions e?loigne encore les populations des de?cisions qui les concernent tout en affaiblissant le ro?le de l’E?tat et des pouvoirs publics. Marie-Guite Dufay a fait preuve de beaucoup de ze?le pour relayer cette de?marche en Bourgogne Franche-Comte?. Nous, a? gauche, pensons au contraire qu’il faut renforcer le pouvoir de l’E?tat et de?velopper les services publics car ils demeurent les seuls garants de l’e?galite? de traitement des populations sur le territoire » est-il précisé.

Le prolongement de l’Etat d’urgence mis en cause

Le Parti de gauche évoque notamment le chômage, la pauvreté… mais aussi l’Etat d’urgence. « En quelques anne?es, le cho?mage et la pauvrete? ont explose? dans une gabegie sans nom des fonds publics a? disposition des puissants, des grands groupes financiers et des entreprises du CAC 40. Et comme si cela ne suffisait pas le pouvoir socialiste reprend le projet se?curitaire de la droite et de l’extre?me droite en prolongeant un e?tat d’exception pour ne plus avoir a? rendre de compte a? l’Etat de Droit. En matie?re de se?curite?, aucun pays au monde n’a jamais tire? be?ne?fice de la re?duction des liberte?s fondamentales. La stigmatisation des re?fugie?s, politiques, climatiques, ou de guerre vient parfaire le tableau de la fuite en avant re?actionnaire. En ouvrant ainsi les digues, le PS ne fait que valider les the?ses frontistes les plus re?trogrades ; il donne de l’audience et du cre?dit au discours xe?nophobe et se?curitaire du FN ; Il facilite et acce?le?re son acce?s au pouvoir car quelle que soit la nature de la surenche?re, il demeurera toujours bien naturel de pre?fe?rer l’original a? la copie. »

L’abstention, « le premier choix politique en France » 

Selon le Parti de gauche, « L’abstention de masse s’est installe?e dans la dure?e. Elle est devenue le premier choix politique en France. Elle s’appuie sur des motivations diverses : le rejet d’un syste?me politique de?compose? qui n’offre plus aucune perspective ; le rejet de parodies e?lectorales qui voient les promesses de campagne bafoue?es au lendemain des e?lections, le de?gou?t pour des hommes et femmes politiques qui cumulent les mandats et sont plus inte?resse?s par leur carrie?re que par la satisfaction de l’inte?re?t ge?ne?ral. » 

Les propositions du Parti de gauche : « un refondation est possible »

Il est précisé que « Nous ne nous exone?rons pas de notre responsabilite?. »  

« Nous avons engage? un travail de fond encore insuffisant mais si utile en ces temps de de?ni de?mocratique. Une refondation est possible. Elle ne?cessite un travail commun de toutes les forces politiques de gauche antilibe?rales dans le cadre d’un large rassemblement populaire. Elle implique une stricte autonomie vis-a?-vis des forces du syste?me. Elle implique un programme de rupture avec l’auste?rite? et la croissance aveugle. Elle implique des me?thodes radicalement diffe?rentes pour co-e?crire avec les citoyen.ne.s un programme e?cologique, social et solidaire. Un tel mouvement s’engagera dans le soutien aux mobilisations locales, dans l’e?laboration programmatique et dans la mise en place de chartes e?thiques (non cumul des mandats, re?vocabilite?) et mettra au cœur de son fonctionnement les me?thodes de l’e?ducation populaire pour de nouvelles formes d’implication, de de?bat et d’arbitrage. »

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Maison d’arrêt de Lure : « le Gouvernement nous retire même les miettes » dénonce Michel Raison

Dans le cadre de sa mission de contrôle de l'action du Gouvernement, Michel Raison, sénateur de la Haute-Sao?ne a interrogé mardi 14 mai 2019  en séance publique au Sénat, la ministre de la cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, sur les engagements pris par la ministre  pour réparer le préjudice subi par la Ville de Lure suite à la décision du Gouvernement Philippe d'abandonner le projet de nouvel établissement pénitentiaire sur lequel le Président François Hollande s'était engagé en septembre 2015.

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Cabinet médical éphémère : « On voulait voir comment cela se passait sur le terrain » (J.F Longeot)

Jean-François Longeot, sénateur du Doubs, s'est rendu ce lundi 13 mai 2019 dans une maison de santé à Belleherbe, à l'Agence Régionale de Santé puis au cabinet éphémère de Pontarlier dans le cadre de l’examen du projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé où il est rapporteur pour avis. 

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.82
légère pluie
le 20/05 à 6h00
Vent
2.37 m/s
Pression
1007.96 hPa
Humidité
99 %

Sondage