Restauration du puits à Grey de la Grande Saline

Publié le 04/05/2021 - 08:00
Mis à jour le 06/05/2021 - 15:21

La Grande Saline de Salins-les-Bains, site patrimonial et industriel du Jura inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO, engage ce printemps 2021 un vaste chantier de restauration sur l’escalier du Puits à Grey, l’un des accès à la galerie souterraine du XIIIe siècle...

Budget total ? 413 240,80 € + 31 814 € de fouilles archéologiques.

Situé au cœur même de la cité thermale, ce chantier de 80m2 d’emprise durera environ 6 mois. L’escalier d'accès actuel du puits à Grey, dont la présence n’est avérée qu’au XVIIe siècle bien qu’il puisse être plus ancien, longe la galerie souterraine à l’ouest ; il se trouve en face du casino. Il reliait à l’origine le puits à la maison des rouages et aux ateliers de surface aujourd’hui disparus, détruits en 1940.

"Cet escalier entièrement en pierre et voûté en partie basse, devait être à l'origine couvert d'une toiture. Aujourd’hui à l’air libre, il subit des infiltrations d’eau récurrentes et se déforme sous le  poids de la terre humide et sous la pression des voûtes de la galerie. Sans intervention, la maçonnerie rompra à terme, et la terre se déversera dans l’escalier", explique la Grande Saline.

Le programme de travaux inclut :

  • L’excavation du site sur 4 à 5 m de profondeur et plusieurs mètres de diamètre pour atteindre les extrados des voûtes.
  • Un suivi archéologique* le temps du terrassement estimé à 2 semaines. Il permettra de documenter la construction de cette véritable cathédrale du sel et de recueillir, qui sait, des éléments matériels en lien avec l’extraction d’eau salée et la production de sel depuis le Moyen Age et jusqu’à nos jours.
  • La dépose en conservation et la repose d’une des parois de l’escalier du puits à Grey. Les parements seront relevés pour que les pierres puissent être ensuite reposées à leur exact emplacement.
  • La pose d’une longrine destinée à contenir les poussées, entre les voûtes et l’escalier, tout le long de la travée centrale de l’escalier. L’action de cette longrine sera complétée par un système de boutonnage placé sous les marches de l’escalier.
  • L’installation d’un système de drainage le long de l’escalier et au rein des voûtes. Les eaux seront canalisées par une gargouille engagée dans la maçonnerie d’une des voûtes et rejetées dans le canal souterrain
  • L’étanchéification des voûtes correspondantes par une chape en mortier de tuileau, un procédé traditionnel.

Zoom sur l'accompagnement archéologique*

En quoi consiste t-il ?

L'intervention consistera en une surveillance archéologique au moment du décaissement et en une fouille des éventuels vestiges mis au jour jusqu'à la profondeur maximale des travaux.

Quels sont les attendus ?

La surveillance et la fouille permettront de préciser la chronologie et les différentes phases de construction de la galerie souterraine mais aussi de mettre au jour des vestiges des anciens bâtiments de surface. Le puits à Grey était au Moyen-Age surmonté d'un bâtiment abritant les mécanismes de remontées d'eau salée ainsi que des ateliers. Il est donc probable d'exhumer des éléments matériels en lien avec l'extraction de la saumure ou au moins de repérer les fondations de ces anciens bâtiments, nous permettant donc de compléter notre connaissance sur l'histoire de la saline  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Vie locale

Noël à Besançon : des décorations lumineuses particulièrement écolo

Une entreprise qui a développé une matière 100 % biosourcée, fabriquée en circuit court en France, Greenfib, s'est associée à Leblanc Illuminations, concepteur d'éclairage et de décorations lumineuses, pour développer des décorations de Noël éco-responsables dans les villes de Besançon et Bordeaux, a-t-on appris ce mercredi 24 novembre.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 6.14
légère pluie
le 01/12 à 18h00
Vent
5.65 m/s
Pression
1004 hPa
Humidité
98 %

Sondage