Romain Grégoire, un coureur cycliste attaché à sa terre

Publié le 23/03/2023 - 18:01
Mis à jour le 12/04/2023 - 08:21

Originaire de Velesmes-Essarts, le jeune coureur de l’équipe Groupama FDJ a accepté de nous recevoir chez lui le 9 mars dernier pour répondre à nos questions, le tout avec un flegme déconcertant. 

Romain Grégoire a rejoint l’équipe professionnelle de la Groupama FDJ en 2023 après avoir brillé auparavant dans les catégories jeunes. Présenté comme le grand espoir du cyclisme français, le coureur a déjà réalisé de belles places d’honneur cette année avec notamment une 5e position sur l’Ardèche Classic et une 6e place au Troféo Laigueglia. 

Le vélo, Romain est "tombé dedans assez petit" en suivant la roue arrière de son papa Christophe, lui même passionné de cyclisme. Pour celui qui a "commencé par le VTT à l’école de cyclisme de l’ASPTT Besançon à l’âge de 7 ans", le passage au format route ne s’est fait que vers l’âge de ses "13-14 ans à l’Amicale cycliste bisontine".

Thibaut Pinot comme partenaire

Depuis, Romain a fait du chemin et compte, à 20 ans, un palmarès déjà bien fourni. Champion d’Europe sur route juniors en 2021, double champion de France sur route juniors et vainqueur de la mythique épreuve Liège-Bastogne-Liège chez les espoirs pour ne citer que cela. Le coureur est également polyvalent puisque, champion de France de cyclo-cross espoirs en 2022.

Celui qui regardait autrefois Thibaut Pinot à la télévision "avec des grands yeux", roule désormais à ses côtés. Une progression éloquente mais qui est loin d’impressionner le jeune homme, "depuis que je m’entraîne sérieusement (depuis 4-5 ans), je ne fais que de progresser, j’espère que ça ne va pas s’arrêter". Le puncheur estime même en avoir encore sous la pédale et se laisse le temps de gravir "petit à petit" les étapes en faisant "confiance à mon entraîneur et à mon pôle performance pour cet aspect là".

"Je suis très bien ici"

Cette réussite, le cycliste la doit peut-être en (toute petite) partie à son environnement franc-comtois qu’il a souhaité conserver même après être passé pro. Pas question donc pour Romain de faire comme beaucoup d’autres coureurs cyclistes qui partent habiter dans le Sud ou "en Espagne quand ils passent professionnel". Le Bisontin d’origine reste "attaché à sa terre" sur laquelle il y trouve "un terrain de jeu adapté" à ses entraînements réguliers.  

Une discipline de fer 

Car avec une vingtaines d’heures d’entraînement par semaine, autant dire que Romain Grégoire connaît les routes de la région par coeur. À cela s’ajoute les quelques séances de musculation qui viennent compléter son entraînement. Sans oublier la nutrition, une part importante de la vie d’un coureur professionnel même si, de ce côté là, le Bisontin l’assure "c’est pas une vie de moine non plus". Les coureurs sont "libre de gérer comme on veut mais on a tous les conseils pour bien faire" grâce au suivi d’un nutritionniste qui "nous aide là-dedans". 

Une discipline que le puncheur arrive à gérer avec une maturité déjà impressionnante pour son jeune âge estimant qu’il s’agit là, de "l’essence de notre sport" et qu’il suffit de "réussir à trouver le bon compromis" entre "rigueur et ce qui nous fait plaisir". 

Un premier Grand Tour possible

Actuellement, Romain Grégoire se prépare pour son prochain gros rendez-vous, les Classiques Ardennaises en Belgique qui "font partie des plus grosses courses mondiales". Avant peut-être, une première participation à la Vuelta (Tour d’Espagne), sur laquelle il espère être aligné. Un premier Grand Tour qui en appelle un autre puisqu’à plus long terme, le Bisontin mentionne l’objectif d’être "au départ du Tour de France". 

Le Tour de France en ligne de mire

D’ailleurs, quand on lui demande quel est son rêve, le coureur ne s’interdit rien et évoque la possibilité de "pouvoir un jour être aligné sur le Tour de France, gagner et porter un maillot jaune" assurant dans tous les cas se "préparer pour ça". 

Avant cela, le coureur se dit prêt à franchir les étapes "petit à petit" pour, très certainement, être amené à vivre encore d’autres belles émotions sportives au cour de sa carrière. 

Palmarès 2023

  • 17e du Tour des Alpes-Maritimes et du Var
  • 5e de l'Ardèche Classic
  • 6e du Trofeo Laigueglia
  • 8e des Strade Bianche

©

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Sport

Le label club du GBDH passe à l’argent

Après une première distinction en bronze obtenue l’année dernière, le GBDH a eu la très bonne surprise de découvrir que son label club avait été revalorisé par la Ligue nationale de Handball le 17 mai 2024. En plus de ce label argent, le club se classe à la 2e place de ProLigue et à la 13e place des clubs Français (D1 & D2 confondues).

Sept danseuses classiques bisontines sélectionnées pour représenter la France

Après avoir franchi les épreuves régionales en mars 2024 à Besançon, plusieurs danseuses, élèves à la Galerie de la Danse, participaient, les 11 et 12 mai dernier, à Lyon, au concours national. Sept d'entre elles ont été sélectionnées pour représenter la France au concours européen et deux danseuses ont obtenu un prix.

Sondage – Allez-vous assister au passage de la flamme olympique dans le Doubs ?

Alors que les Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 débuteront le 26 juillet prochain, la flamme olympique elle, a d’ores et déjà fait son arrivée le 8 mai dernier sur le sol français. Son parcours s’accompagne généralement d’événements et autres animations dans les villes étapes. Dans le Doubs et plus particulièrement à Besançon, son arrivée est prévue le 25 juin 2024, avez-vous prévu de vous déplacer pour voir le passage de la flamme olympique ? C’est notre sondage de la semaine.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.49
légère pluie
le 22/05 à 9h00
Vent
3.72 m/s
Pression
1015 hPa
Humidité
86 %