Alerte Témoin

“Solidarité Femmes“ à Besançon : une porte à franchir contre la violence

Publié le 27/11/2011 - 09:55
Mis à jour le 28/11/2011 - 07:29

Depuis bientôt 30 ans, l’association bisontine “Solidarité Femmes“ lutte contre les violences conjugales. Le plus difficile pour les femmes qui en sont la cible: oser admettre la situation et libérer la parole.

Association

Pour Monia El Omari, éducatrice spécialisée au sein de Solidarité Femmes à Besançon, « la culpabilité et la peur empêchent souvent les femmes victimes de violences physiques ou psychologiques de pouvoir parler de leur situation à leur entourage et d’agir. Cela est d’autant plus difficile que cette violence vient de l’être aimé ».

Pourtant elles sont les seules à pouvoir faire le choix de s’en sortir.

Afin de les accompagner, l’association bisontine accorde une grande place à l’écoute et tient une permanence téléphonique quotidienne. L’objectif est d’évaluer l’urgence de la situation et de poser un premier rendez-vous.

« Nous respectons le cheminement des victimes. Parfois elles ont juste besoin de parler, parfois leurs besoins sont plus spécifiques. Nous disposons d’un lieu d’accueil et de 30 places d’hébergement pour les femmes et les enfants ». Depuis sa création en 1982, “Solidarité Femmes“ a déjà hébergé 1602 personnes.

L’association permet aussi aux femmes de prendre connaissance de leurs droits, d’être guidées dans leurs démarches administratives et juridiques, et de participer à des activités collectives et des groupes de parole.

« L’accompagnement des femmes en milieu rural reste une difficulté lorsque celles-ci ne peuvent pas se déplacer en ville pour venir nous voir » explique Mounia El Omari. Il faut aussi lutter contre les préjugés sexistes. Cela passe par davantage de prévention, notamment auprès des jeunes bisontins.

Le bémol se glisse dans le traitement des violences conjugales par la justice. Certains cas nécessitent une intervention rapide, en décalage avec un système dont les mécanismes sont lents à se mettre en place. Les femmes n'osent pas toujours porter plainte et il est parfois impossible de prouver qu’il y a eu des violences lorsque celles-ci sont d’ordre psychologique.

Désormais, une loi du 9 juillet 2010 autorise le juge aux affaires familiales à délivrer en urgence une ordonnance de protection. D'après Solidarité Femmes, il semblerait qu'aucune mesure de ce genre n'ait encore été prise à Besançon depuis la naissance du dispositif.

 

A noter :

- Permanence téléphonique de Solidarité Femmes à Besançon: tous les jours (9h30 à 17h) sauf les mardi et jeudi (14h à 17h).

- Service national d’écoute « Violences Conjugales – Femmes Infos Services » : 3919

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Chien, chat, poisson, hamster… Quelles solutions pour faire garder les animaux domestiques avant de partir en vacances ?

Au lieu d'abandonner son chien ou son chat (ou tout autre animal...) au bord de la route ou dans la forêt, la solution la plus saine est de les emmener avec soi en vacances ! Pour les autres, d'autres solutions existent pour prendre soin d'eaux quand il n'est pas possible de les emmener avec soi… Voici cinq idées pratiques !

Tabac : l’achat dans les pays voisins sera limité à une cartouche de cigarettes (contre quatre auparavant)

L’Assemblée nationale a voté ce mercredi 8 juillet 2020 en faveur d’une réduction de certains achats de cigarettes et de tabac autorisés dans les pays voisins avant de les ramener en France, dans le cadre de l’examen du troisième projet de budget de crise. Jusqu'à présent, il était possible de ramener quatre cartouches de cigarettes...

Sondage : Consommez-vous « local » pour vos courses alimentaires ?

En cette période de crise sanitaire et économique, les Françaises et les Français sont encouragés à s'approvisionner chez des producteurs locaux ou des magasins relayant leurs produits, pour les aider. Et vous, faites-vous vos courses plutôt dans les hyper et supermarchés ou plutôt chez les producteurs locaux ? C'est notre sondage de la semaine...

Les maires écolo et la 5G : le pouvoir n’est peut-être pas là où on le croit…

Lors de la campagne pour le second tour de l'élection municipale, le sujet du déploiement de la 5G à Besançon avait été remis sur le tapis notamment par le candidat de la droite Ludovic Fagaut. À cette question, Anne Vignot la candidate EELV qui a été élue le 28 juin dernier a toujours précisé qu'elle n'est pas pour, tout comme de nombreux maires écologistes… Mais concrètement, que les maires soient pour ou contre, peuvent-ils décider du déploiement ou non de la 5G pour leur ville ?

Déconfinement : les clubs échangistes considérés comme… des salles de sport par le code du tourisme

Alors que les gérants de discothèques s'arrachent les cheveux parce qu'ils n'ont pas encore le droit de rouvrir leurs portes au public et que leur trésorerie rétrécit de jour en jour dans ce contexte de crise sanitaire liée au covid-19, les clubs libertins eux, ont pu rouvrir depuis juin dernier parce qu'ils sont considérés comme… des salles de sport. Pourquoi ?
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     18.09
    partiellement nuageux
    le 10/07 à 21h00
    Vent
    1.71 m/s
    Pression
    1017 hPa
    Humidité
    61 %

    Sondage