Stationnement autour du pôle Viotte : un nouveau parking sur le secteur nord ?

Publié le 18/07/2019 - 17:17
Mis à jour le 18/07/2019 - 17:17

Le chantier du parking du pôle tertiaire est en cours : 320 places en souterrain le long de la rue de la Viotte pour 800 fonctionnaires d’état, 250 agents de la région, quelques commerces, services et résidents. Est-ce bien suffisant, même avec la proximité du pôle d’échange multimodal de la gare Viotte ? Une réflexion est en cours avec la ville de Besançon pour un aménagement d’un nouveau parking sur le secteur Nord de Viotte, le long de la rue Nicolas Bruand.

800 agents d'état en 2020. 200 agents de la région en 2021. Le pôle tertiaire Viotte, dont le chantier prend de la hauteur cet été, verra à terme passer tous les jours plus de 1.000 employés.

Avec la proximité du pôle d'échange multimodal de la gare Viotte où se concentrent différents modes de transports (trains, différents services de bus, vélos, tramway...), l'objectif initial est bien évidemment d'inciter à l'usage des transports en commun. "C'est une question clé du secteur. Nous sommes sur un pôle d'échange et nous avons voulu, avec la ville de Besançon, construite un bâtiment peu consommateur en stationnement avec une règle : une place pour 100 m2" précise Bernard Bletton, directeur général de la Sédia et de Territoire 25.  "Nous nous sommes donné les moyens avec les PDE (plan de déplacement des entreprises) avec les transports en commun tous présents ici, d'accéder assez peu par la voiture".

Mais 320 places. Est-ce bien raisonnable ? La principale préoccupation sur le pôle tertiaire Viotte est notamment liée à l'accueil du personnel féminin qui a déjà de nombreuses contraintes pour emmener les enfants chez la nourrice à l'école avant de se rendre au travail.

Réflexion pour une "nouvelle poche" de stationnement

L'accessibilité à la gare Viotte est par ailleurs simplifiée pour les usagers qui peuvent se garer facilement sur les parkings Relais (P+R) comme celui de Témis, desservi par la ligne 3 en site propre. C'est plus compliqué pour celles et ceux qui habitent sur le premier plateau.

En outre, les deux parkings de la gare gérés par Effia (parking sud en souterrain et en surface au nord)  sont souvent complets et n'offrent que très peu de disponibilités pour les abonnements longue durée.

"On se rend compte effectivement que (320 places) c'est assez faible et nous réfléchissons avec la ville de Besançon  d'avoir une poche complémentaire de stationnements qui pourrait se situer dans le secteur nord qui sera réalisé dans trois à quatre ans" estime Bernard Bletton. 

Plusieurs hypothèses sont à l'étude, dont celle d'un parking en silo, afin de créer jusqu'à 150 nouvelles places de stationnement. La décision entre différentes options devrait être prise à l'automne.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Transports

6 M€ d’euros pour moderniser la voie en gare d’Andelot-en-Montagne et des Longevilles-Mont-d’Or 

Du 26 février au 15 juin 2024, SNCF Réseau, gestionnaire du réseau ferré national, réalise des travaux de modernisation de la voie en gare d’Andelot-en-Montagne (39) et des Longevilles-Mont-d’Or (25). Cette opération vise à contribuer à la performance du réseau en garantissant des conditions optimales de régularité et de sécurité des circulations ferroviaires.

Les aides à l’achat d’un vélo prolongées jusqu’en 2027

Vélo classique, à assistance électrique ou encore cargo… Tous sont éligibles au bonus vélo dont la prolongation vient d'être étendue jusqu'en 2027 par le gouvernement. Alors qu'il ne concernait jusque-là que les vélos neufs, le bonus vélo s’ouvre à présent aussi aux vélos d’occasion. On fait le point avec le site du service-public sur les aides disponibles pour l’achat d’un vélo électrique.

Lutte contre les ilots de chaleur : la végétalisation des arrêts de bus et tram’ a commencé à Besançon

Afin d’améliorer le confort des usagers des bus et des tramways à Besançon, notamment en cas de fortes chaleurs, la Ville de Besançon et Grand Besançon Métropole a décidé de planter des arbres à proximité des arrêts les plus exposés. Le premier arbre a été planté à la station Léo Lagrange vendredi 23 février 2024 en fin de matinée par Anne Vignot, maire de Besançon et présidente de Grand Besançon Métropole, et Fabienne Brauchli, adjointe à la maire, déléguée à la Transition écologique, aux Espaces verts et à la Biodiversité.

Accès immédiat à la formation ”boîte manuelle” pour un titulaire du permis ”boîte automatique” à partir du 1er mars 2024 

L’arrêté du 15 février 2024 publié au Journal officiel du 18 février 2024, supprime le délai de trois mois jusque-là nécessaire aux conducteurs titulaires du permis de conduire boîte automatique (code B78) pour des raisons non médicales, pour pouvoir suivre la formation de 7 heures permettant de conduire un véhicule équipé en boîte manuelle. Cette mesure annoncée le 17 juillet 2023 dans la mesure n°3 du Comité interministériel de la Sécurité routière, ajoute une nouvelle brique à l’évolution du permis de conduire.

Sondage – Êtes-vous pour ou contre une visite médicale tous les 15 ans pour garder votre permis de conduire ?

L’eurodéputée des Verts Karima Delli a présenté une proposition de loi en décembre dernier afin de mettre en place une visite médicale obligatoire permettant de renouveler son permis de conduire tous les 15 ans. Le 19 février 2024, l’association "40 millions d’automobilistes" a lancé une pétition pour s’opposer à l’adoption de ce nouveau règlement. Et vous, qu’en pensez-vous ? C’est notre sondage de la semaine…

Autoroutes : une hausse moyenne des prix de 3% en 2024

Les tarifs des péages sont revus chaque année au 1er février. Le ministère des Transports avait annoncé en novembre 2023 une augmentation inférieure à 3 % en moyenne en 2024, après 4,75 % en 2023 et 2 % en 2022. Plusieurs arrêtés publiés au Journal officiel du 31 janvier confirment une hausse autour de 3 % sur les principaux réseaux autoroutiers, selon service-public.fr.

Olivier Rietmann souhaite prolonger jusqu’à Jussey et Culmont-Chalindrey le service ferroviaire TER

Le sénateurs et des élus du département de la Haute-Saône ont adressé une lettre à Marie Guite-Dufay, la présidente de la Région, le 12 février 2024 afin de lui exposer la "nécessité d’étudier, de manière approfondie", la faisabilité d’une relation ferroviaire TER quotidienne entre les bassins de Vesoul et des Hauts du Val de Saône, au titre des liaison domicile- études, domicile-travail mais aussi domicile-services (hospitaliers tout particulièrement).

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.87
nuageux
le 27/02 à 0h00
Vent
1.96 m/s
Pression
1005 hPa
Humidité
91 %