Stationnement sauvage à Besançon : la Ville de Besançon passe à l'action...

Publié le 03/09/2020 - 13:30
Mis à jour le 08/09/2020 - 11:11

VIDEO •

Ce jeudi 3 septembre 2020, la maire de Besançon Anne Vignot, entourée de Benoît Cypriani, adjoint en charge de la sécurité, de la lutte contre les incivilités, de la tranquillité publique et de Marie Zéhaf, conseillère municipale déléguée, a présenté la campagne de lutte contre le stationnement sauvage à Besançon qui débutera le 8 septembre.

Des trottoirs transformés en parkings, des véhicules de livraison à la chaîne sur des pistes cyclables au centre-ville et dans d'autres quartiers… Le stationnement sauvage peut perturber la vie quotidienne des passants et particulièrement des personnes en situation de handicap.

Plus de 12.000 verbalisations pour stationnement gênant et très gênant en 2019

En 2019, la police municipale a verbalisé 9.959 personnes pour stationnement gênant, 2.255 pour stationnement très gênant dont 1.455 sur des trottoirs, soit 12.214 verbalisations pour ces motifs sur l'année.

Jusqu'à présent en 2020, 2.420 verbalisations ont été effectuées pour ces motifs.

"Donner la place à chacun, piétons, cyclistes, automobilistes"

Pour tenter de mettre fin à ce phénomène, la Ville de Besançon lancera une campagne de sensibilisation des usagers à partir de mardi 8 septembre. Objectif : "donner la place à chacun, piétons, cyclistes, automobilistes, sans empiéter sur la place de l'autre", a déclaré Anne Vignot, et d'ajouter : "l'idée n'est pas de gêner l'activité, mais de faciliter la circulation des uns et des autres."

Dans ce cadre, la Ville de Besançon partira à la rencontre des artisans, des commerçants, des infirmiers et infirmières, etc. pour "trouver la possibilité de travailler ensemble et trouver des solutions", a indiqué la maire.

Une campagne d'affichage est également prévue à l'arrière des bus.

En revanche, "si la communication ne peut pas se faire, il y aura des mesures rapides", a-t-elle affirmé.

Quels projets ?

La Ville de Besançon met un plan d'action renouvelé avec notamment :

  • La modification de l'arrêté de circulation régissant les zones de rencontre : le stationnement en dehors des emplacements marqués y sera considéré comme très gênant, conformément aux dispositions au Code de la route (Article R414-11) et se verra appliquer une amende de 4e classe à 135€ avec possibilité de mise en fourrière immédiate.
  • Le renforcement des actions de contrôles et de verbalisations de la police municipale notamment sur le stationnement sur trottoirs et bandes cyclables.
  • Le lancement d'un groupe de travail sur le stationnement en centre-ville : des professionnels (artisans, santé, services à la personne) seront mobilisés, avec pour objectif la co-construction de solutions respectueuses des usagers (proposition de nouvelles places de livraisons, relance de l'information sur les tarifs préférentiels et dispositifs existants…).
  • Le renforcement de l'action de contrôle et de verbalisation du stationnement abusif : celui-ci concerne "le stationnement ininterrompu d'un véhicule en un même point sur la voie publique ou de ses dépendances pendant une durée excédant 7 jours ou pendant une durée inférieure, mais excédant celle qui est fixée par arrêté de l'autorité investie du pouvoir de police."

Un bilan de verbalisations sera partagé une fois par mois sur les réseaux sociaux de la ville.

Ces dispositifs ont pour but changer le comportement des usagers "de manière pérenne". Il s'agit notamment "d'expliquer et faire accepter aux commerçants, artisans et professionnels mobiles le respect de l'usage pour chaque espace."

 

1 Commentaire

Excellente idée ! Mais, pour une fois, n'oubliez pas la rue Battant !! Là il y a de quoi faire question verbalisation pour stationnement sauvage !
Publié le 3 septembre 2020 à 17h14 par PHILIPPE CORTOT • Membre

Un commentaire

Laisser un commentaire

Transports

Modernisation de la ligne des horlogers : des cars de substitution à partir de ce lundi

Huit mois de chantier • Pour des trains toujours à l'heure et toujours plus attractifs, la SNCF lance un vaste chantier de modernisation de la ligne des horlogers. Sur les 75 km de la ligne, 35 km de voies ferrées et 60.000 traverses seront remplacées. La circulation des trains est totalement interrompue pour huit mois à compter de ce 1er mars 2021. Cout des travaux : 55 ,5 M€

RN57 : deux associations bisontines démontent les arguments « écolos » de LR et du PS

Suite aux nombreuses réactions médiatisées sur le projet d'aménagement de la RN57 entre Beure et Micropolis à Besançon, en particulier de Ludovic Fagaut (LR), Jacques Grosperrin (LR) et Nicolas Bodin (PS) avec des arguments "écologiques", l'Association Vélo Besançon (AVB) et Alternatiba, "très énervées" appellent "au bon sens" dans un communiqué du 27 février 2021.

RN 57 Micropolis – Beure : les élus PS et Républicains de Besançon avancent les mêmes arguments… « écolos » !

Pour ! • C'est le débat politique du moment. Pour ou contre la réalisation de la 2 x 2 voies entre Micropolis et Beure ? Si pour les écologistes du Grand Besançon ou le parti Génération.s, des alternatives doivent être abordées, les élus socialistes au sein de la majorité de la maire EELV de Besançon, n'hésitent pas à soutenir le projet d'aménagement tout comme les élus LR de l'opposition.

RN 57 : Jacques Grosperrin demande à Anne Vignot d’avoir « le courage de ne pas abandonner le projet »

Micropolis - Beure • Alors que EELV et Génération.s s'opposent au doublement des voies sur le trait d'union entre le boulevard et Beure, le sénateur du Doubs Jacques Grosperrin (LR) s'empare  à son tour du débat et exhorte la maire EEELV de Besançon à ne pas remette en cause le projet routier.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 5.06
ciel dégagé
le 06/03 à 21h00
Vent
1.34 m/s
Pression
1025 hPa
Humidité
62 %

Sondage