Success-story: La vache qui rit... aux éclats aux Etats-Unis

Publié le 16/02/2012 - 08:12
Mis à jour le 16/02/2012 - 10:10

La portion triangulaire du groupe Bel, née dans le Jura en 1921, connait depuis quelques années un développement spectaculaire outre-Atlantique grâce à un cardiologue  fondu de Vache qui rit.  

la_vache_qui_rit_musee_006.jpg
Avec son sourire légendaire, La vache qui rit a séduit les Américaines @archives carvy
PUBLICITÉ

Quelle est la Franc-Comtoise la plus connue aux Etats-Unis ? C’est incontestablement la portion de fromage jurassienne dénommée là-bas The laughing cow. La marque de Lons-le-Saunier, nonagénaire depuis 2011, fait un tabac outre-Atlantique depuis qu’un cardiologue a préconisé en 2004 la consommation d’une portion quotidienne de Vache qui rit light. Le snack idéal pour des Américains gourmands de pauses « goûter » tout au long de la journée. En quelques semaines, les ventes ont explosé.

Jeunes femmes actives

Le docteur Agatston a même publié un livre de recettes recourant copieusement au fromage fondu franc-comtois. Le soufflé est retombé, mais la mode est restée, entretenue par des campagnes de publicité à la télé. Alors qu’au Canada le marketing de Bel s’adresse plutôt aux enfants et au Mexique aux familles, les Etats-Unis ont cela de particulier que la publicité de La vache qui rit, diététique oblige, vise les jeunes femmes actives.

Sur les terres de Kraft et de son incontournable Philadelphia, fromage fondu le plus vendu au monde et qui tente de percer en France, Bel s’est positionné sur le marché américain haut de gamme et, pour enfoncer le clou, a débauché le responsable de la division fromage fondu de son concurrent, Lance Chambers, qui a inscrit La vache qui rit dans tous les circuits de distribution.

Jusque-là, le marché des Etats-Unis était plutôt négligé par Bel qui avait pour simple objectif de satisfaire la demande des expatriés français peu enclins à consommer les fromages locaux.

Un cas d’école

Il aura fallu la publicité gratuite du fameux cardiologue pour que Bel ose affronter directement le géant de l’agro-alimentaire Kraft. « On a soudain reçu des commandes des quatre coins du pays, sans bien comprendre ce qui nous arrivait », se souvient Eric de Poncins, responsable de Bel sur le continent américain cité par le magazine Challenges. A tel point que pendant un moment la demande avait du mal à être satisfaite. Le site de production de Lons-le-Saunier avait été appelé à la rescousse.

De 2008 à 2001, la part de marché de Bel dans le fromage de snacking aux Etats-Unis est passée de 14% à 22% et le chiffres d’affaires a grimpé de 80 à 200 millions de dollars. Une véritable prouesse qui est devenue un cas d’école étudiée dans les écoles de commerce.

Le groupe Bel compte deux sites de production aux États-Unis, à Leitchfield dans le Kentucky et à Little Chute dans le Wisconsin. La construction d’un troisième site vient d’être décidée à Brookings dans le Dakota du Sud. On y produira du Mini Babybel, autre fleuron du groupe dont les ventes s’envolent également depuis trois ans.

À ce jour, elles représentent environ 8 000 tonnes par an, dont plus de la moitié doivent être importées pour répondre à l’augmentation de la demande.

Un chiffre d’affaires de 2,4 milliards d’euros

Le groupe Bel est un des leaders mondiaux du secteur des fromages de marque. Son portefeuille de produits est constitué de La vache qui rit, Kiri, Mini Babybel, Leerdammer ou Boursin, ainsi qu’une vingtaine d’autres marques locales.

Le groupe a réalisé en 2010 un chiffre d’affaires de 2,4 milliards d’euros avec  près de 11 300 collaborateurs répartis dans une trentaine de filiales dans le monde.

Ses produits sont élaborés dans 26 sites de production et distribués dans plus de 120 pays.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

GE à Belfort : une lettre ouverte à Emmanuel Macron

Alors que plusieurs centaines de salariés de General Electric ont empêché lundi 17 juin 2019 à 9h  la tenue à Belfort de la première réunion d'information sur le plan social qui doit frapper de plein fouet le site. Un nouveau rendez-vous a été fixé au vendredi 21 juin, a indiqué un porte-parole du site.

Play Arena, ou comment associer séminaires, sport et team-building ?

Play Arena, ou comment associer séminaires, sport et team-building ?

publi-info • Le centre de sports indoor Play Arena propose une offre unique à Besançon : 3 terrains de football, 4 terrains de badminton et 2 courts de squash sur une surface de plus de 2 800 m2. C’est aussi un complexe aménagé pour l’accueil des séminaires d’entreprises et team building.

Peugeot Saveurs SNC, à Quingey, organise sa braderie du 21 au 23 juin

Peugeot Saveurs SNC, à Quingey, organise sa braderie du 21 au 23 juin

Publi-info • Peugeot Saveurs SNC conçoit et fabrique à Quingey nombre de produits qui prennent place sur nos tables, dont les célèbres moulins Peugeot et des accessoires dédiés à la dégustation du vin. Cette année, du 21 au 23 juin, la manufacture organise sa première grande braderie autour de ses fabrications.

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

290.000 habitants en situation de vulnérabilité énergétique pour se chauffer

En Bourgogne-Franche-Comté, un quart des personnes sont en situation de vulnérabilité énergétique selon l’Insee. Pour chauffer convenablement leurs logements, les habitants doivent y consacrer une part importante de leur revenu. Actuellement, la part des ménages vulnérables est plus forte en Bourgogne-Franche-Comté qu’au plan national.

Redressement judiciaire des meubles Parisot : une réunion bientôt organisée à Bercy

Redressement judiciaire des meubles Parisot : une réunion bientôt organisée à Bercy

Installé à  Saint-Loup-sur-Semouse en Haute-Saône, le fabricant de meubles en kit a été placé à sa demande en redressement judiciaire le 5 juin 2019 par le tribunal de commerce de Dijon. Huit élus ont décidé de se mobiliser. A leur initiative, une réunion se tiendra prochainement à Bercy.

Du bio et du frais à la case de Sophie

Du bio et du frais à la case de Sophie

Depuis le 2 mai 2019, un nouveau salon de thé a ouvert ses portes au marché couvert "Beaux Art" au centre-ville de Besançon. La case de Sophie, propose crêpes, galettes, tartes, salades et autres produits frais et issus de l’agriculture biologique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 16.24
légère pluie
le 19/06 à 6h00
Vent
1.46 m/s
Pression
1011.81 hPa
Humidité
75 %

Sondage