Alerte Témoin

Suisse : les homards vivants ne pourront plus être plongés dans l'eau bouillante

Publié le 12/01/2018 - 09:35
Mis à jour le 14/01/2018 - 20:29

Le gouvernement suisse a interdit mercredi 10 janvier 2018 la pratique culinaire consistant à plonger les homards vivants dans de l'eau bouillante, précisant qu'ils devront être assommés avant d'être mis à mort.

lobster-1608440_960_720.jpg
Image libre de droit - Pixabay

Dans le cadre d'une révision des lois relatives à la protection des animaux, le gouvernement fédéral souligne qu'à compter du 1er mars, "la pratique consistant à plonger les homards vivants dans l'eau bouillante, commune dans les restaurants, ne sera plus autorisée".

Les homards "devront désormais être étourdis avant d'être mis à mort", selon l'ordonnance émise par le gouvernement fédéral.

Selon la télévision publique RTS, seuls les chocs électriques ou "la destruction mécanique du cerveau" seront autorisés.

Les défenseurs des droits des animaux et des scientifiques estiment que les homards et autres crustacés possèdent des sytèmes nerveux complexes et qu'ils ressentent vraisemblablement de la douleur lorsqu'ils sont ébouillantés.

En outre, selon l'ordonnance, les crustacés ne pourront plus être transportés sur de la glace ou de l'eau glacée et devront être maintenus dans leur "environnement naturel".

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

16 % des ménages de Bourgogne-Franche-Comté se chauffent au fioul

Alors que le gouvernement vient d'annoncer qu'à partir de 2022, les Français ne pourraient plus installer chez eux de chaudière à fioul ou charbon, l'Insee Bourgogne Franche-Comté explique que 206.300 ménages se chauffent au fioul, soit 16,1% des ménages de la région. La Bourgogne Franche-Comté se place devant les régions Grand-Est et Bretagne (15 %) bien loin devant l'île-de-France (6%) et la Corse (3%).

Acte de violence commis par un policier : Anne Vignot salue la décision immédiate du préfet de saisir l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN. Une décision que salue la maire de Besançon Anne Vignot dans un communiqué.

Sécurité à Planoise : le préfet du Doubs saisit l’IGPN

Suite à une vidéo d’une interpellation le 30 juillet 2020 dans le quartier de Planoise à Besançon, montrant un policier assénant un violent coup à un jeune homme à Besançon, qui a été portée à sa connaissance ce vendredi 31 juillet 2020 après-midi, Joël Mathurin, préfet du Doubs, a décidé de saisir "sans délai" l’IGPN.
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

MUNICIPALES 2020

Les résultats dans votre commune

     19.98
    nuageux
    le 10/08 à 3h00
    Vent
    1.39 m/s
    Pression
    1018 hPa
    Humidité
    69 %

    Sondage