TGV Rhin Rhône: les écologistes ne veulent pas payer une deuxième tranche

Publié le 10/02/2012 - 15:34
Mis à jour le 10/02/2012 - 18:18

Plutôt que de continuer à investir dans le TGV Rhin-Rhône, les écologistes alsaciens, bourguignons et francs-comtois veulent donner la priorité « aux lignes de tous les jours ». 

Les écologistes ont décidé d’unir leurs forces pour s’opposer à la poursuite du chantier de la branche-est du TGV Rhin-Rhône qui doit être achevée vers Mulhouse (35 km) et vers Dijon (15 km) dans les années qui viennent pour un coût estimé à environ 1,2 milliards d’euros, sachant que la première tranche entre Villers-les-Pots (21) et Petit-Croix (90), ouverte en décembre dernier, a déjà coûté 2,32 milliards.

Lors d’une conférence de presse tenue à Besançon, des représentants alsaciens, bourguignons et francs-comtois d’Europe-Ecologie Les Verts ont qualifié de « démesuré » cet investissement supplémentaire « au regard d’un gain de temps de 22 minutes ».

En réponse au protocole financier signé notamment par les trois présidents des conseils régionaux, les écologistes martèlent que ce n’est pas « une utilisation efficace de l’argent public ». « Il faut réajuster ce projet au mieux de l’ensemble des territoires et trouver les conditions de l’achèvement en adéquation avec le moment économique que nous vivons », a souligné Marc Borneck, conseiller régional de Franche-Comté.

« Mettons les choses à plat. Il faut aller au bal des faux culs et expliquer aux collectivités qu’il faut arrêter. C’est un secret de polichinelle que les branches-ouest et sud ne se feront pas, mais personne n’osent l’avouer », a poursuivi l’élu jurassien.

« Dans cinq ans, la Cour des comptes nous donnera raison, peut-être même avant », a complété le représentant alsacien, Alain Jund. « Nous voulons donner la priorité aux lignes de tous les jours qui concernent la masse des gens. La deuxième tranche, c’est comme un château dont le toit serait en mauvais état auquel on rajouterait tout de même une nouvelle aile », a appuyé Alain Cordier, conseiller régional bourguignon.

Mais que deviendrait le parcours entre Belfort et Mulhouse sans nouvelle voie à grande vitesse ? « Entre ces deux villes, il faudra tripler les voies », a suggère Alain Fousseret, vice-président du conseil régional de Franche-Comté. Quel en serait le coût ? « On ne sait pas, mais ce sera de toute façon moins cher que ce qui est prévu aujourd’hui ».

Les écologistes sont persuadés d’avoir raison avant tout le monde. « Ce que nous annoncions il y a longtemps, les autres n’osent pas encore le dire, a précisé Marc Borneck. Le principe de réalité commence à faire tache d’huile. On est encore un peu seuls à ramer, mais on est dans le courant ».

Europe-Ecologie Les Verts veut faire passer l’idée qu’il vaut mieux investir « là où le report des transports de la route vers le rail est le plus efficace, pour les millions de déplacements du domicile au lieu de travail ou d’études et pour le fret ».  

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Transports

Bruit ferroviaire : la SNCF et l’État ont établi un vaste programme de résorption

Afin d’améliorer la situation des riverains concernés par le bruit ferroviaire, un vaste programme de résorption des points noirs a été engagé par SNCF Réseau et les services de l’État. Ensemble, ils ont recensé les actions à mener en Bourgogne-Franche-Comté et établi un programme d’opérations.

Grand Besançon : un manque de chauffeurs pour les transports périurbains

Face aux difficultés de recrutement de conducteurs et à la reprise de l’épidémie de Covid, les entreprises de transport qui assurent les services Ginko dans les communes périurbaines de Grand Besançon Métropole se trouvent aujourd’hui en difficulté pour réaliser certains circuits, ce qui impacte la qualité du service de transport, a-t-on appris ce vendredi 16 septembre.

Importation de véhicules et fraude fiscale : préfecture, douanes et tribunal vont coopérer

Afin de pouvoir lutter plus efficacement contre la fraude fiscale liée à l'importation de véhicules hors Union Européene, le préfet du Doubs, le directeur régional des douanes et des droits indirects de Besançon et le procureur de la République de Besançon ont signé un nouveau protocole de coopération ce lundi 12 septembre.

Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.46
légère pluie
le 29/09 à 9h00
Vent
1.29 m/s
Pression
1001 hPa
Humidité
96 %

Sondage