Tourisme en Franche-Comté : "Ca pourrait franchement se porter mieux"

Publié le 13/02/2014 - 15:32
Mis à jour le 17/04/2019 - 10:08

D’après une volonté nationale développée par Sylvia Pinel, ministre du tourisme, les assises du tourisme se sont déroulées à Besançon ce mercredi 12 février à la Maison de l’économie comme dans toutes les capitales régionales françaises. Objectifs : réunir et mobiliser les acteurs privés et publics à la construction d’un programme d’actions concrètes pour que la France soit la première destination mondiale. Notons que la Franche-Comté fait partie des régions les moins touristiques de l’hexagone.

Quand on demande à Marie-Guite Dufay, présidente de la région Franche-Comté, si le tourisme se porte bien, désenchantée, elle répond : "Ca pourrait franchement se porter mieux". Elle explique qu'"On est une région qui a un potentiel extraordinaire, un patrimoine naturel, culturel énorme et non franchement, on est même pas dans les premières destinations touristiques alors que ce que l'on offre est varié, harmonieux et extrêmement attirant pour des familles. Certes on n'a pas le soleil garanti mais c'est la seule chose qu'on ne peut pas promettre. On peut se balader à pied, à vélo, en bateau, on a des filières de l'itinérance dans notre région, ce qui aussi bien intéressant pour les randonneurs solitaires, entre copains ou en famille."

Pourquoi aussi peu de touristes dans notre région ?

Certes, la Franche-Comté n'est pas la meilleure région pour bénéficier en permanence du soleil mais ce n'est pas la seule raison. Une analyse menée par Afom combinant les forces et les faiblesses du tourisme en Franche-Comté, démontre plusieurs critères de faiblesse :

  • Une image "en manque d'aspérité notaire, une méconnaissance de la destination qui génère un sentiment  de carence de la diversité de l'offre et laisse place aux clichés" ;
  • Une consommation touristique axée sur "le court séjour (60% des séjours des clientèles françaises sont de 1 à 3 nuits) par peur de "l'ennui" (étude ipsos marketing)"
  • Une perception supposée d'"un accès compliqué à la région en dehors des infrastructures routières".
  • L'hôtellerie représente moins de 18% des lits et son niveau qualitatif est faible. Aucun hôtel 5 étoiles et seulement 7 hôtels 4 étoiles (référencés sur le site du Comité régional du tourisme ou CRT). "On n'a pas d'investisseurs suffisants. On a perdu, suite de la mise aux normes nécessaire, énormément d'hôtels, surtout en pleine zone touristique dans le Haut-Doubs et dans le Haut Jura, c'est quand-même très embêtant" précise la présidente de région.
  • Les hébergements collectifs sont certes nombreux (Jura) mais "nécessitent d'importants réinvestissements". Même constat dans l'hôtellerie indépendante.

Comité départemental du tourisme, Comité régional du tourisme, Offices du tourisme...  : "Il faut un chef !"

Pour Marie-Guite Dufay, d'autres faiblesses empêche le bon fonctionnement du tourisme tels que le "frein technocratique" : "il y a des concurrences territoriales stériles et les problèmes sont les offices du tourisme, la CDT, le CRT. Tout ça devrait travailler dans le même sens et de la même façon." Pour la présidente, "il faut un chef. Le département ou la région mais il faut un chef".

Une région qui a aussi des atouts

Les forces de notre région :

  • Un patrimoine naturel et culturel riche (trois sites mondialement connus et classés au patrimoine mondial de l'Unesco et 200 autres lieux de visite, le charme des lacs et des montagnes du Jura et du sud des Vosges.
  • Des stations de sports d'hiver et trois stations thermales fréquentables été comme hiver
  • Des filières de tourisme d'itinérance à haut potentiel de croissance (cyclotourisme, tourisme équestre, voies navigables, randonée pédestre etc.
  • De grands événements sportifs et culturels (Transju', coupe du monde de ski de fond, Eurockéennes etc.)
  • Une hôtellerie de plein air bien développée et de bonne qualité générale.

Les chiffres en Franche-Comté (2009)

Emploi touristique : jusqu'à 17.300 emplois salariés en haute saison (13.700 en moyenne sur l'année)

Dépenses touristiques : 670 millions d'euros dépensés par les touristes en Franche-Comté (2009) dont 404 millions au cours de la saison printemps-été.

Clientèle française : 3,5 millions de voyages en Franche-Comté pour 15,4 millions de nuitées (Français de plus de 15 ans) avec une durée moyenne de voyage de 4,4 jours. 3,2% des Français de +15 ans sont venus au moins une fois en Franche-Comté.

Clientèle étrangère : 1.137.000 nuitées étrangères dans les principaux hébergements marchands (25,5% au total).

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Economie

De nouveaux aménagements de la circulation dans le cadran nord-est bisontin

Ces derniers mois, de nombreux riverains et collectifs de riverains ont témoigné des effets positifs ou négatifs du plan de circulation mis en place à titre expérimental à l’automne 2023 dans les quartiers de la Combe Saragosse et du Point du Jour à Besançon. La Ville indique avoir eu des rencontres "particulièrement constructives et riches en propositions" à la suite de quoi, de nouveaux aménagements ont été pensés, a-ton appris le 23 mai 2024.

La Bourgogne-Franche-Comté représentée au plus grand salon européen des nouvelles technologies…

L'intelligence artificielle (IA) règne en maître sur VivaTech, le plus grand salon européen sur les nouvelles technologies, qui s'ouvre mercredi 22 mai 2024 à Paris avec des têtes d'affiche internationales du secteur. La Bourgogne-Franche-Comté est présente avec un pavillon régional dédié…

Quoi de neuf pour le printemps et l’été 2024 chez Baud ?

QUOI DE NEUF ? • Le printemps est déjà bien entamé et l’été se profile à l’horizon. Fête des mères, fête des pères, jeux olympiques, évènements personnels… la maison BAUD vous propose des desserts et créations adaptés à tout évènement de l’année, de même que nous ajustons notre offre en fonction des saisons. C’est le moment des communions, le début de la saison des mariages, bientôt des envies de glaces lorsque la température va augmenter…

Pour ses 50 ans, mignotgraphie ouvre ses portes le 24 mai 2024 !

PUBLI-INFO • Aujourd’hui, Mignotgraphie® compte une quarantaine de salariés et réalise des impressions à destination de toute la France, mais tout a commencé dans la boucle en 1974 de l’association de deux frères photographes, Yves et Alain Mignot. Récemment diplômés d’une école de photographie, fils d’un photographe installé à Pontarlier, ils décident de se lancer dans l’aventure photographique.

Effondrement rue de Vesoul : Laurent Croizier demande la mise en place “d’un mécanisme d’aide financière pour les commerces en difficultés”

Suite à l’effondrement de la chaussée survenu le 25 février dernier rue de Vesoul à Besançon, le député du Doubs alerte ce mois de mai 2024 sur l’avenir des commerces. A ce titre, il demande qu’une aide soit mise en place…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 13.56
couvert
le 26/05 à 6h00
Vent
0.54 m/s
Pression
1017 hPa
Humidité
89 %