Travail des éboueurs : deux syndicats interpellent J-L Fousseret et G. Baulieu

Publié le 14/05/2018 - 14:25
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:48

Les syndicats CFTC et UNSA interpellent Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon et président du Grand Besançon ainsi que Gabriel Baulieu, son Premier vice-président, afin que "des mesures urgentes" soient prises en matière de reclassement et de reconnaissance en termes d’évolution de carrière de cette profession. Jacques Desoche, président du syndicat CFTC, nous parle des conditions de travail des ripeurs.

1-capture_decran_2017-11-16_a_11.44.38.png.jpg
©Damien Poirier
PUBLICITÉ

« Incontestablement, nous avons tous été amenés à suivre des camions de collecte des déchets ménagers. Derrière ces « bennes à ordures » des employés, nommés ripeurs, appelés autrefois éboueurs.

Qui n’a pas été gagné par cette contrariété convertie en jurons et coups de klaxon, aussi inutiles que stupides, liés au ralentissement provoqué par ce maudit véhicule qui n’avance pas assez vite.
Au cours de ces quelques minutes, qui ont traumatisé notre cher emploi du temps, nous avons pourtant eu le temps d’observer le ballet des conteneurs qui viennent un par un vomir leur contenu dans les entrailles des camions ».

« Des hommes levés dans la nuit à l’heure où même le coq dort encore »

« En maître de ce ballet, des hommes levés dans la nuit à l’heure où même le coq dort encore et qui n’ont d’autre horizon que le « cul » d’un poids lourd. Chaque jour, par tous les temps, (pluie, grands froids, canicule), ceux-ci partent en tournée comme ils disent, pas celle des grands-ducs, non, mais celle des maisons et bâtiments pour enlever « nos » ordures.

« Le danger est partout »

« Pour ces funambules du marchepied, le terrain est hostile et le danger partout.Travail au milieu de la circulation dans un flux incessant de voitures, substances dangereuses déposées volontairement ou par erreur, projectiles lancés des fenêtres, risques de chutes lors des déplacements.

À cela s’ajoute un cocktail d’odeurs pestilentielles et de pollution qui ne laissent pas indifférentes les narines et encore moins les poumons. Et puis le bruit, ce bruit incessant qui oblige à parler fort et qui abîme l’audition ».

Un ripeur a chuté le mois dernier

« Alors le cœur fatigue à force de stress et d’horaires décalés, l’horloge biologique est déréglée.
Une étude franco-britannique a démontré que travailler en horaires décalés accélère le vieillissement cognitif (problème de mémoire, d’attention et de vitesse de réaction).
Les lumbagos, les entorses et autres troubles musculo-squelettiques sont fréquents et finissent par devenir invalidants.

Au-delà des procédures de sécurité mise en place, la chute d’un ripeur, tombé du marchepied il y a quelques mois, doit amener chacun à prendre conscience que la pénibilité de ce métier et facteur de risque majeur pour la santé mentale et physique de ces employés (risques psychosociaux).

Abimés par des années à « courir » derrière un camion, les corps sont usés. Les réflexes s’amenuisent et la force de l’habitude gomme parfois l’attention. Les comportements deviennent épidermiques, voire irascibles. La fatigue accentue les tensions ». 

ll n’est pas concevable que leur métier soit « sous-considéré » 

« Cela peut amener à des sanctions que certains trouveront justifiées, quand d’autres trouveront cela révoltant au regard de circonstances « exténuantes « .

C’est pourquoi les syndicats CFTC et UNSA interpellent le Maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret, président du Grand Besançon ainsi que son Premier vice-président Gabriel Baulieu, afin que des mesures urgentes soient prises en matière de reclassement et de reconnaissance en termes d’évolution de carrière de cette profession.
Il n’est pas acceptable pour ces employés fatigués et « cabossés » d’envisager la retraite comme seul espoir de pouvoir enfin apaiser et réparer un organisme fragilisé et de (re)trouver une vie simplement normale. 

De même qu’il n’est pas concevable que leur métier soit « sous-considéré  » en termes de carrière. Alors la prochaine fois que nous serons tentés par un comportement agressif, voire dangereux confortablement assis dans notre véhicule…Ayons simplement une pensée pour ces forçats du déchet sans qui les villes et villages ressembleraient à de grandes décharges… »

Pour les syndicats CFTC/UNSA, Jacques DESOCHE Président syndicat CFTC.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

La Licra soutient la mère voilée au conseil régional

Les "Licra" (ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) de Besançon et Dijon ont annoncé qu’elles accompagneraient la mère voilée dans ses démarches en estimant qu’elle ne méritait pas le bruit et la fureur alors qu’« elle accomplissait un paisible devoir civique » en accompagnant la classe de son fils au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté. 

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

Fatima, la maman voilée s’exprime…

La mère voilée originaire de Belfort qui a déclenché malgré elle la sortie du RN  Julien Odoul au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté s'exprime dans un entretien au site islamophobie.net du collectif contre l'islamophobie en France. Elle souhaite que son fils "passe à autre chose" mais semble garder un goût amer de cette expérience... 

Femme voilée au conseil régional : 90 personnalités demandent à Macron de condamner une « agression »

Femme voilée au conseil régional : 90 personnalités demandent à Macron de condamner une « agression »

Ce mardi 15 octobre 2019, un collectif de 90 personnalités, dont l'acteur Omar Sy, demande "urgemment" à Emmanuel Macron de condamner "l'agression" dont a été victime la femme voilée prise à partie par un élu RN alors qu'elle accompagnait une sortie scolaire au conseil régional de Bourgogne-Franche Comté.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 15.3
couvert
le 20/10 à 9h00
Vent
3.19 m/s
Pression
1005.97 hPa
Humidité
88 %

Sondage