Tribune de lecteur - Un 8 mai à Besançon pour rendre hommage aux Résistantes et Résistants morts pour nos libertés

Publié le 09/05/2020 - 13:48
Mis à jour le 09/05/2020 - 13:48

TRIBUNE • Ce 8 mai 2020, vers 11 heures, se sont retrouvés à différents lieux de Besançon, place de la Liberté aux Chaprais, avenue du Commandant Marceau à St Claude et rue d’Alsace au centre-ville, de petits groupes de personnes pour rendre hommage aux Résistants morts pour la France il y a 75 ans. Michel Boutonnet, fils de Résistant FFI, nous raconte ces rencontres distancées de ce vendredi…

Honorer les Résistants qui, il y a 75 ans, sont morts pour que nous vivions libres

Ce 8 mai 2020, vers 11 heures, se sont retrouvés à différents lieux de Besançon, place de la Liberté aux Chaprais, avenue du Commandant Marceau à St Claude et rue d'Alsace au centre-ville, de petits groupes de personnes pour rendre hommage aux Résistants morts pour la France il y a 75 ans.

Ces personnes attachées à la Résistance par des liens personnels ou la volonté de transmettre la mémoire de cette période étaient désireuses de rendre hommage, à leur façon, aux Résistant.e.s mort.e.s pour nos libertés.

Elles ont rappelé l'histoire de certains de ces Résistants locaux, mais aussi l'héritage que nous devons à la Résistance, à travers les mesures prises après la Libération, en application du programme du Conseil National de la Résistance, "Les Jours Heureux" : le retour du suffrage universel (avec le droit de vote des femmes), la liberté de la presse, la Sécurité sociale, les retraites et de nombreuses nationalisations d'entreprises stratégiques, dans le transport ou l'énergie, et de services, dans les banques et assurances.

Ces personnes ont voulu faire le lien aussi avec les mouvements de résistance d'aujourd'hui, dans un contexte évidemment totalement différent, mais qui visent comme à l'époque à combattre l'inacceptable et à construire une société solidaire, protectrice des droits humains et non des intérêts privés. Des prises de paroles ont eu lieu, des pancartes ont été accrochées comme en témoignent les photos (diaporama ci-dessus), des bouquets de fleurs ont été déposés.

Des chants se sont élevés, en particulier le Chant des Partisans, hymne de la Résistance, et le Chant des Marais, hymne des Déporté.e.s.

C'était un moment fort et plus que jamais nécessaire à la transmission de la mémoire collective, à l'heure où n'est commémorée officiellement que la victoire militaire sur l'Allemagne nazie et où les derniers survivants témoignant de ce "minuit dans le siècle" disparaissent.

Un moment pour réaffirmer qu'un monde où le pouvoir de certains s'exerce par la contrainte pour imposer de criantes inégalités ne peut être un horizon pour l'humanité, et qu'il est de notre devoir de résister collectivement pour qu'émerge enfin une société juste et fraternelle.

[Ces  cérémonies citoyennes se sont faites dans le plus grand respect des mesures de distanciation recommandées par les autorités sanitaires].

Tribune signée Michel Boutonnet, fils de Roger Boutonnet, Résistant des Forces Françaises de l'Intérieur, agent de liaison du maquis du Mont d'Agré, arrêté avec trois de ses camarades par une troupe allemande en bordure de la forêt de Chailluz le 5 septembre 1944 alors qu'il se rendait au maquis pour son approvisionnement. Il fut exécuté avec ses camarades dans la combe de Chailluz.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Émeutes en Nouvelle-Calédonie : rencontre avec des étudiants kanaks à Besançon

Depuis le 17 mai 2024, la Nouvelle-Calédonie fait face à de violentes émeutes. A l'origine, une proposition de loi constitutionnelle qui modifierait le corps électoral instauré en 1998 avec les accords de Nouméa. Le peuple kanak, exprime son désaccord envers cette réforme. Pour mieux comprendre ces insurrections néocalédoniennes, nous avons rencontré quatre jeunes kanaks, venus à Besançon pour leurs études.

Ancienne maternité La Mère et l’Enfant à Besançon : des architectes s’élèvent contre sa démolition

Alors que l’anciennne maternité La mère et l’enfant située sur le site de l'hôpital Saint-Jacques à Besançon va être démoli à partir du 25 mai 2024, des architectes et membres de la Maison de l’architecture de Franche-Comté s’élèvent contre sa disparition dans un communiqué du vendredi 24 mai. Il considère que ce bâtiment comme remarquable.

Némésis : “Le racisme n’est pas une opinion mais un délit” rappelle le Parti communiste du Doubs

Suite à une nouvelle intrusion du groupe extrême-droite Némésis, dans un événement "familial et festif" dimanche dernier à Dole, le parti communiste du Doubs a annoncé tenir une conférence de presse ce mardi 21 mai 2024 pour "interpeller toutes les forces républicaines du territoire afin qu'elles se mobilisent pour le respect des lois et pour mettre en œuvre des mesures contre les appels à la haine".

“La question n’est pas uniquement la défense des droits, mais aussi leur promotion” (Amnesty International)

Du 17 au 20 mai 2024, l’hôtel de Ville de Besançon accueille l’exposition "We want to break free*". Elle sera ensuite déplacée à la médiathèque Pierre Bayle jusqu’au 1er juin. Sébastien Tüller, responsable de la commission orientation sexuelle et identité de genre d’Amnesty International, nous en parle…

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 15.4
partiellement nuageux
le 25/05 à 9h00
Vent
2.15 m/s
Pression
1019 hPa
Humidité
84 %