Trois interpellés relâchés après une manifestation pro-Turcs à Dijon

Publié le 05/11/2020 - 16:27
Mis à jour le 05/11/2020 - 16:27

Trois personnes ont été brièvement interpellées, jeudi à Dijon, dans le cadre de l’enquête sur une manifestation pro-Turcs organisée sans autorisation la semaine dernière dans cette ville, selon le
parquet.

Police nationale. © D Poirier
Police nationale. © D Poirier

Les trois interpellés, dont la nationalité n'a pas été donnée, ont été placés en garde à vue puis relâchés sans poursuites à leur encontre, a-t-on précisé de même source.

Ces arrestations intervenaient dans le cadre d'une enquête ouverte en flagrance pour "participation à un groupement violent en vue de violences et dégradations", "violences en réunion sur personnes dépositaires" et "organisation d'une manifestation sans déclaration".

Jeudi 29 octobre au soir, une soixantaine de manifestants brandissant des drapeaux turcs et criant "Allah Akbar" ("Dieu est le plus grand", en arabe) s'étaient rassemblés dans le centre de Dijon avant d'être dispersés par les forces de l'ordre qui avaient fait usage de gaz lacrymogènes.

Cette manifestation s'était déroulée au lendemain de tensions entre des ultra-nationalistes turcs et la diaspora arménienne, près de Lyon. Après une rixe sur l'autoroute A7 dans la matinée au niveau de Vienne (Isère), des militants turcs avaient tenté d'en découdre le soir à Décines-Charpieu, ville de la banlieue lyonnaise où vit une importante communauté arménienne.

Le rassemblement avait suscité de nombreuses condamnations de la classe politique, le maire socialiste de Dijon, François Rebsamen, dénonçant notamment une "manifestation nationaliste turque radicale" et "une véritable provocation à l'égard de la République".

Un groupe ultra-nationaliste turc, Les Loups Gris, impliqué dans de récentes actions violentes contre la communauté arménienne en France, a été dissous mercredi lors du conseil des ministres.

(AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.89
couvert
le 16/04 à 6h00
Vent
5.03 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
92 %