Un Tunisien lié à la mouvance islamiste en attente d’expulsion en Suisse

Publié le 20/01/2015 - 11:17
Mis à jour le 16/04/2019 - 10:06

Un Tunisien soupçonné d'appartenir à la mouvance islamiste et considéré par le service de renseignement suisse comme "dangereux pour la sécurité intérieure" était ce mardi 20 janvier 2015 en attente d'expulsion, selon le quotidien la Tribune de Genève

PUBLICITÉ

Arrêté lors d’un contrôle de billets dans un train à Fribourg, l’homme de 35 ans résidant à Genève est actuellement détenu à la prison de Champ-Dollon en vue de son renvoi en Tunisie « sous haute sécurité ». « Le tribunal a confirmé l’ordre de mise en détention administrative à l’encontre du cité », a indiqué le pouvoir judiciaire genevois, sans en dire davantage sur l’affaire, rapporte le quotidien suisse dans son édition de mardi. 

Aucune procédure pénale n’aurait été ouverte. Auditionné le 12 janvier par le Tribunal administratif de première instance de Genève, ce dernier recommande de ne pas renouveler le titre de séjour de ce Tunisien qui aurait des « contacts avec un Tunisien condamné à l’étranger pour ses liens avec le terrorisme international« . 

La Tribune de Genève indique que le suspect avait également reconnu « l’autorité du chef de l’Etat islamique Abou Bakr al-Baghdadi ». L’Office fédéral des migrations (OFM), après avoir pris en compte la mise en garde des services de renseignement, a estimé fin novembre qu’il « était dans l’intérêt public de la Suisse, également à titre préventif, de procéder à l’éloignement rapide » de ce trentenaire du territoire helvète. Elle ajoute que« son but de séjour en Suisse avait été atteint »

L’individu ne se serait alors pas présenté à sa convocation à l’Office cantonal de la population et des migrations à Genève mi-décembre. En conséquence, l’Office fédéral de la police (FedPol) prononce son interdiction du territoire, inscrite dans le système d’information Schengen. Le suspect serait arrivé en Suisse en 2006 pour étudier, s’inscrivant à l’université de Genève puis de Neuchâtel.

(source : AFP)


Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

Frédéric Péchier laissé libre sous contrôle judiciaire, le parquet fait appel

MIS A JOUR • Le docteur Frédéric Péchier, anesthésiste à Besançon mis en examen jeudi 16 mai 2019 pour dix-sept nouveaux cas d'empoisonnements présumés de patients. Il a été laissé libre sous contrôle judiciaire, contrairement à la demande du procureur de la République, ont indiqué vendredi vers 3h du matin ses avocats. Le parquet a fait appel de cette décision.

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

L’anesthésiste F. Péchier mis en examen pour 17 nouveaux cas d’empoisonnements « sur personne vulnérable »

Mise à jour à 21h •  30 mois d'enquête, 1.300 procès verbaux, 60 cas suspects. Le procureur de Besançon a tenu une conférence de  presse à l'issue des 48h de garde à vue du Dr Péchier. L'anesthésiste de Besançon doit être mis en examen pour "empoisonnement sur personne vulnérable" dans 17 nouveaux cas dont sept mortels sur des patients de 4 à 80 ans. Le parquet a requis un placement en détention provisoire. 

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

Incidents médicaux suspects : la garde à vue de l’anesthésiste de Besançon prolongée

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements et interrogé sur une cinquantaine d'autres incidents médicaux suspects, a été prolongée mercredi pour 24 heures supplémentaires, a annoncé le parquet de Besançon. Randall Schwerdorffer, un des avocats du médecin a déclaré que son client restait sur la même ligne de défense et nie toute implication "de près ou de loin" dans un empoisonnement.

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

«Une cinquantaine» de nouveaux cas d’empoisonnements par l’anesthésiste sont suspectés

Un médecin-anesthésiste de Besançon, Frédéric Péchier, déjà mis en examen pour sept empoisonnements, a été placé en garde à vue ce mardi 14 mai 2019 matin dans les locaux de la police judiciaire de la ville pour être interrogé sur «une cinquantaine» d'autres cas, a-t-on appris de source proche du dossier.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 9.87
légère pluie
le 25/05 à 3h00
Vent
1 m/s
Pression
1016.05 hPa
Humidité
95 %

Sondage