Une mère et ses deux filles retrouvées mortes : un "dossier absolument dramatique“

Publié le 28/11/2023 - 19:40
Mis à jour le 28/11/2023 - 20:36

Comme nous vous en informions mardi 28 novembre matin, une mère et ses deux filles, âgées de six ans, ont été retrouvées mortes lundi à leur domicile près de Pontarlier. Étienne Manteaux, procureur de la République de Besançon, a donné plus d’explications lors d’une conférence de presse mardi soir.

Les corps de la mère, âgée de 51 ans, et de ses deux enfants, qui allaient avoir sept ans, ont été découverts au domicile familial de Grand'Combe-Châteleu, commune jouxtant la frontière suisse. C'est la directrice de l'établissement scolaire des enfants qui, surprise de ne pas voir les fillettes lundi matin, a donné l'alerte. Le père quant à lui s'est rendu au domicile de la mère, fermé à clé, où il a attendu l'arrivée des sapeurs-pompiers et des gendarmes. Arrivés sur place, les secours ont constaté les décès, aux environs de midi.

Le couple a été marié pendant 20 ans et avait connu d’importantes difficultés pour accéder à la parentalité. Il s’était séparé en 2021. Il n’avait pas d’autres enfants.

Ce mardi matin, le procureur émettait l'hypothèse d'un assassinat sur les deux enfants et d'un geste suicidaire concernant la mère de famille. Une hypothèse qui s'est finalement précisée selon les premiers éléments de l'enquête. 

Les fillettes et la mère décédées par asphyxie

C’est bien la directrice de l’école et les familles qui devaient confier leurs enfants à la mère, assistante maternelle, qui ont donné l’alerte. Prévenu, le père, âgé de 50 ans, a alors contacté les secours. 

À leur arrivée sur les lieux, les gendarmes ont trouvé la mère décédée à l’étage et les fillettes "joliment habillées" dans leur lit, décédés elles aussi vraisemblablement en raison d’un "syndrome asphyxique" a noté le procureur, mais une analyse plus précise sera faite ainsi que des tests toxicologiques. 

La mère aurait apparemment tenté de se pendre en accrochant un câble électrique autour de son cou, mais celui-ci aurait rompu et le sillon autour de son cou, montre qu’elle est n’est pas morte de cette tentative. Les enquêteurs ont en revanche découvert le visage de la mère couvert de scotch du nez à la bouche, ce qui aurait provoqué la mort par asphyxie lente. 

L'hypothèse privilégiée est celle d’un homicide prémédité par la mère

Selon le procureur de la République, Etienne Manteaux, c’est l’hypothèse d’un homicide prémédité par la maman qui est "vraiment privilégiée" suivi de son suicide.

Les éléments qui accréditent l’idée d’un suicide sont l’absence d’utilisation d’une arme et de marques de violences ainsi que le fait que la mère se trouvait en possession de photos d’elle enceinte contre son coeur et de ses jumelles. Une scène qui suggère que "c’est le divorce qui pourrait avoir provoqué tout ça", a expliqué Etienne Manteaux.

Aucun mot manuscrit n’a d’ailleurs été laissé par la mère. Un ordinateur a été noyé dans la baignoire, dans de l’eau de javel avec des faire-part de mariage. Des faits qui "semblent d'une dimension symbolique” selon le procureur.

Selon plusieurs éléments datant de 2021, cette mère famille a mère vécu de manière extrêmement douloureuse la séparation de son mari. En janvier 2022, le juge avait laissé la garde des enfants à la mère alors assistante maternelle. Le père lui, très occupé par son emploi, bénéficiait à cette époque d’une bonne situation financière car il travaillait en Suisse. Mais la femme avait, d’après l’enquête, reçu un rappel à la loi suite à des appels malveillants passés au père en 2022. À la suite de cela, elle avait cessé ses appels, mais en 2023, la garde alternée avait été prononcée.

Le père prochainement entendu

Le colonel Lebeau, commandant en second de la section recherche de la gendarmerie a déclaré qu’une vingtaine d’enquêteurs ont été engagés depuis lundi sur ce dossier pour "aller le plus vite possible".

Des auditions ont été également réalisées dans le Rhône pour avoir des éclairages de la part de proches de la maman. Selon eux, elle craignait une baisse conséquente de son train de vie puisque le père avait arrêté de travailler en Suisse et que sa pension alimentaire avait été réduite. C’était apparemment pour elle une "inquiétude lancinante" car elle était en situation financière délicate. 

Le père a été pris en charge a l’hôpital suite à la découverte des corps. Il est sorti de l’hôpital et sera bientôt entendu par les enquêteurs. 

Propos recueillis par Alexane Alfaro.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 12.77
partiellement nuageux
le 16/06 à 0h00
Vent
1.99 m/s
Pression
1013 hPa
Humidité
83 %