Une sexagénaire retrouvée morte : son mari et sa maîtresse écroués

Publié le 24/11/2021 - 10:55
Mis à jour le 24/11/2021 - 10:55

Un homme qui avait signalé le décès de son épouse plusieurs jours après sa mort à Belfort, et sa maîtresse qu’il hébergeait, ont été mis en examen et placés en détention provisoire lundi soir, a indiqué mardi le parquet de Montbéliard.

Le corps de la sexagénaire a été retrouvé dans un appartement de de l’avenue du Maréchal-Juin à Belfort © G Street view
Le corps de la sexagénaire a été retrouvé dans un appartement de de l’avenue du Maréchal-Juin à Belfort © G Street view

L’homme de 55 ans et la femme de 40 ans avec laquelle il entretenait une liaison ont été mis en examen pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", a précisé la procureure de Montbéliard, Ariane Combarel.

Le mari avait signalé samedi le décès de son épouse, âgée de 60 ans, retrouvée morte par les policiers dans son salon. L’autopsie du corps putréfié a révélé qu’elle avait été tuée au début de la semaine.

Des traces d’hématomes et la fracture d’une côte dont l’origine reste à établir ont été relevées par le médecin légiste qui n’a, en revanche, décelé aucune blessure par arme. "Les causes de la mort ne sont pas immédiatement évidentes, mais les circonstances laissent penser qu’elle n’est pas complètement naturelle", selon la magistrate.

Celle-ci souligne qu’il "manque encore le résultat d’analyses toxicologiques et anatomopathologiques" pour le confirmer.

Les amants, sans emploi et jusqu’à présent inconnus de la justice, "ne se sont pas exprimés devant le juge d’instruction", a indiqué la procureure, ajoutant qu’ils avaient évoqué des "violences" à l’égard de la victime pendant leur garde à vue, mais que leurs déclarations sont "extrêmement confuses".

L’enquête confiée au commissariat de Belfort se poursuit pour déterminer les circonstances du décès.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Vandalisme des statues d’Ousmane Sow à Besançon : la Ville de Besançon appelle à une union face au racisme

Ce mercredi matin, deux jours après la dégradation de la statue de Victor Hugo, la Ville de Besançon a découvert stupéfaite que « L'homme et l'enfant », statue de l’artiste Ousmane Sow située au monument aux morts des Glacis, a également été recouverte de peinture blanche sur les mains et le visage.

Besançon : une autre statue d’Ousmane Sow, " L’homme et l’enfant " vandalisée cette nuit

Après la dégradation volontaire de la statue Victor Hugo située sur l'esplanade des Droits de l'Homme à Besançon dans la nuit du 20 au 21 novembre 2022, la seconde statue d'Ousmane Sow, située au parc des Glacis, à côté du monument aux morts, a été vandalisée dans la nuit du 22 au 23 novembre. 

" White power ", la signature des actes de vandalisme des statues d’Ousmane Sow à Besançon

Des photos retrouvées sur les réseaux sociaux prouvent que l’acte de vandalisme perpétré sur la statue de Victor Hugo par Ousmane Sow dans la nuit du 20 au 21 novembre, sont revendiqués par les néonazis… une fois de plus dans la ville de Besançon. Nous avons également appris ce mercredi qu’une autre statue d’Ousmane Sow au parc des Glacis a elle aussi été vandalisé dans la nuit du 22 au 23 novembre.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 5.44
couvert
le 29/11 à 0h00
Vent
1.51 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
97 %