Une sexagénaire retrouvée morte : son mari et sa maîtresse écroués

Publié le 24/11/2021 - 10:55
Mis à jour le 24/11/2021 - 10:55

Un homme qui avait signalé le décès de son épouse plusieurs jours après sa mort à Belfort, et sa maîtresse qu’il hébergeait, ont été mis en examen et placés en détention provisoire lundi soir, a indiqué mardi le parquet de Montbéliard.

Le corps de la sexagénaire a été retrouvé dans un appartement de de l’avenue du Maréchal-Juin à Belfort © G Street view
Le corps de la sexagénaire a été retrouvé dans un appartement de de l’avenue du Maréchal-Juin à Belfort © G Street view

L’homme de 55 ans et la femme de 40 ans avec laquelle il entretenait une liaison ont été mis en examen pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner", a précisé la procureure de Montbéliard, Ariane Combarel.

Le mari avait signalé samedi le décès de son épouse, âgée de 60 ans, retrouvée morte par les policiers dans son salon. L’autopsie du corps putréfié a révélé qu’elle avait été tuée au début de la semaine.

Des traces d’hématomes et la fracture d’une côte dont l’origine reste à établir ont été relevées par le médecin légiste qui n’a, en revanche, décelé aucune blessure par arme. "Les causes de la mort ne sont pas immédiatement évidentes, mais les circonstances laissent penser qu’elle n’est pas complètement naturelle", selon la magistrate.

Celle-ci souligne qu’il "manque encore le résultat d’analyses toxicologiques et anatomopathologiques" pour le confirmer.

Les amants, sans emploi et jusqu’à présent inconnus de la justice, "ne se sont pas exprimés devant le juge d’instruction", a indiqué la procureure, ajoutant qu’ils avaient évoqué des "violences" à l’égard de la victime pendant leur garde à vue, mais que leurs déclarations sont "extrêmement confuses".

L’enquête confiée au commissariat de Belfort se poursuit pour déterminer les circonstances du décès.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Faits Divers

Besançon et Montbéliard : 4.500 personnes et 3.500 véhicules contrôlés en 5 jours

Du 8 au 12 avril 2024, une opération "Place Nette" de grande ampleur s’est déroulée dans le département du Doubs. Réalisée en étroite coordination avec les procureurs de Besançon et de Montbéliard, cette action "coup de poing" s’inscrit dans le cadre des actions de lutte contre la délinquance liée aux trafics de stupéfiants, à l’économie souterraine et au proxénétisme voulues par le ministre de l’Intérieur et des Outre-mer et le Garde des Sceaux. L'heure est au bilan...

Un mot de vocabulaire nazi entendu en plein conseil régional Bourgogne Franche-Comté : l’élu regrette

+ Droit de réponse de Thomas Lutz • Jeudi 11 avril 2024, un membre du groupe Rassemblement national au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, aurait employé une expression empruntée au vocabulaire nazi lors de l’Assemblée plénière qui se tenait à Dijon, est-il dénoncé dans un communiqué de presse de la Région.

Affaire de la maire d’Avallon : Marie-Guite Duffay appelle au respect de la présomption d’innocence

Dans un communiqué du 10 avril 2024, la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté a réagi suite à la mise en examen et au placement en détention provisoire de la maire d’Avallon et conseillère régionale déléguée à la ruralité Jamilah Habsaoui. Si elle appelle au respect de la présomption d’innocence, Maire-Guite Dufay a également décidé de la suspension de la délégation régionale de l’élue et de l’écarter de son groupe politique.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 4.09
légère pluie
le 18/04 à 0h00
Vent
1.55 m/s
Pression
1014 hPa
Humidité
95 %