Vincent Peillon doit annoncer sa candidature à la primaire de la gauche

Publié le 10/12/2016 - 08:56
Mis à jour le 10/12/2016 - 09:07

L'ancien ministre de l'Éducation Vincent Peillon sera l'invité du journal de 20h00 de France 2 dimanche, où il devrait annoncer sa candidature à la primaire initiée par le PS, a indiqué vendredi 9 décembre son entourage à l'AFP. Certains se demandent quelles personnes se cachent derrière cette candidature surprise. Pierre Moscovici fait partie des noms avancés.

vincent_peillon_le_1er_juin_2012_au_rectorat_dorleans.jpg
© Rectorat45
PUBLICITÉ

Plusieurs députés proches de M. Peillon ont confirmé mercredi son souhait de se lancer dans la course, après 2 ans d’une quasi-retraite politique.

Les députés Eduardo Rihan Cypel et Patrick Mennucci, le sénateur David Assouline – tous identifiés historiquement comme des « peillonistes » – ont déjà apporté leur soutien à M. Peillon, tout comme le député Patrick Bloche. Le député Sébastien Denaja, fidèle parmi les fidèles de François Hollande, devrait suivre, une fois la candidature de M. Peillon officialisée.

L’entourage d’Anne Hidalgo a assuré que la maire de Paris, sans avoir suscité cette candidature, la regardait « d’un bon œil« .

Aux yeux de ses soutiens, la candidature de M. Peillon présente l’avantage d’être au « point d’équilibre » de la gauche.

Selon plusieurs élus socialistes interrogés par l’AFP, la candidature de M. Peillon aurait été encouragée par « des proches de Stéphane Le Foll » – lui aussi un fidèle du chef de l’Etat. D’autres y voient la main du commissaire européen Pierre Moscovici, ou encore de Martine Aubry. Tous pronostiquent au candidat de la dernière heure « beaucoup de parrainages« .

« Je vois bien ce qui va se coaliser: des anciens Hollandais qui ne sont pas à l’aise avec Manuel Valls sur les questions sociétales, des proches de Moscovici, des aubrystes, des ségolénistes« , commente un député européen.

Manuel Valls a accueilli plutôt fraichement cette candidature. « On ne peut pas être candidat pour affaiblir. C’est ma conception. On ne peut pas être candidat contre« , a-t-il dit mercredi. La candidature de M. Peillon n’est pas nécessairement non plus une bonne nouvelle pour Arnaud Montebourg et Benoît Hamon : si elle affaiblit Manuel Valls au premier tour, elle peut aussi lui apporter un réservoir de voix pour le second.

Proche de Benoît Hamon, le député Pascal Cherki, a raillé vendredi auprès de la presse cette candidature, la comparant à celle de Jean-François Copé, « qui occupait aussi une position centrale à l’UMP« , et qui a obtenu 0,3% des voix à la primaire de la droite.

« Quand vous êtes là pour être au centre, vous envoyez comme message que vous êtes là pour sauver l’appareil. Ce n’est pas le sujet des électeurs de gauche« , a-t-il dit en marge d’une conférence de presse de M. Hamon.

(Source : AFP)

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

Pour Eric Alauzet, « la section socialiste signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon »

MUNICIPALE 2020 • Dans un communiqué de jeudi 17 octobre 2019, Eric Alauzet, candidat En Marche à l'élection municipale de Besançon réagit suite à la décision du Parti socialiste de se rallier à l'Equipe, unissant les gauches, menée par Anne Vignot. Selon le candidat, "le choix effectué par la section socialiste de Besançon signe la mort sans combattre du PS historique à Besançon." Notons que 86% des militants du PS de Besançon étaient 86% à voter pour se rallier à l'Equipe.

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Polémique sur le voile : la plainte est « une opération de victimisation » selon Odoul (RN)

Le président du groupe RN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté Julien Odoul, qui avait demandé vendredi 11 octobre 2019 à ce qu'une femme dans le public retire son voile, a dénoncé jeudi une "opération de victimisation" après que cette dernière a annoncé porter plainte.

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Municipale 2020 à Besançon : « Non », Alexandra Cordier dit ne pas vouloir de liste commune avec Les Républicains

Contactée ce jeudi 16 octobre 2019 par téléphone, nous avons fait le point avec Alexandra Cordier, référente départementale En Marche et éventuelle candidate à l'élection municipale à Besançon en 2020. Si une rupture s'est créée entre elle et Eric Alauzet, candidat officiel d'En Marche, Alexandra Cordier n'a pas pour autant l'objectif de se rallier à Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains. Entretien.

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

Annie Genevard sur l’incident du voile : « la méthode était détestable, mais sur le fond… »

La députée du Doubs Annie Genevard (LR), invitée du « petit déjeuner politique » de Sud Radio ce lundi 15 octobre 2019, a réagi à « l’incident du voile » du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Et a globalement suivi la ligne directrice des Républicains, avec son président Christian Jacob demandant l’interdiction du voile durant les sorties scolaires…

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

Voile : Édouard Philippe ne souhaite pas de loi sur les accompagnants scolaires

En prenant à partie une mère voilée accompagnatrice d'une sortie solaire, le conseiller régional RN Julien Odoul a relancé vendredi dernier à Dijon la polémique sur le voile islamique lors d'une séance du conseil régional Bourgogne Franche-Comté. Après les réactions au plus haut niveau de l'État, notamment du ministre de l'Éducation nationale, le Premier ministre Edouard Philippe a semblé vouloir clore le débat en déclarant ne pas vouloir de nouvelle loi sur les accompagnants scolaires.

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Voile au conseil régional : les réactions en Bourgogne Franche-Comté

Mise à jour le 15 octobre à 10h50 • Suite à l'attitude de l'élu RN qui avait pris à partie vendredi 11 octobre 2019 au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté une mère voilée accompagnatrice d'un groupe d'enfants, le groupe d'Europe Écologie - Les Verts Bourgogne Franche-Comté mais aussi France Insoumise condamnent la réaction de l'élu du Rassemblement National.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 12.94
légère pluie
le 17/10 à 21h00
Vent
3.98 m/s
Pression
1015.08 hPa
Humidité
95 %

Sondage