Violences conjugales : "Renforcer nos capacités à travailler en réseau" (Préfet)

Publié le 04/09/2019 - 17:41
Mis à jour le 04/09/2019 - 18:04

Dans le cadre du Grenelle contre les violences conjugales, lancé par Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité femmes-hommes, une cinquantaine d'acteurs se sont réunis ce 4 septembre 2019 en Préfecture du Doubs. Cette initiative s'inscrit dans la continuité d'une action lancée en novembre dernier dans le département.

Sur le département du Doubs : 379 femmes ont été victimes de violences* (*menaces, violences physiques, atteinte sexuelle) sur les six premiers mois en 2019 dans le Doubs. C’est 25% de plus que l’année passée en zone police (soit + 79 femmes). En zone gendarmerie, cela correspond à une augmentation de 19 % (soit + 276 femmes).

Au total, 420 plaintes ont été recensées en zone gendarmerie et police sur le 1er semestre 2019.

En 2018, deux femmes sont décédées sous les coups de leur conjoint et 650 femmes ont été accueillies sur la ville de Besançon à l’antenne Solidarité Femme.

"Cette réunion a pour but de continuer à amplifier l'action que nous avions entamée. Il s'agit de renforcer nos capacités à travailler en réseau. Notre objectif est de finaliser un plan départemental de lutte contre les violences faites aux femmes d'ici fin novembre", explique Joël Mathurin, le Préfet du Doubs.

Un travail à mener en amont…

Selon la Procureure de Montbéliard, Carine Gaiffe, "50% des violences faites aux femmes sont commises sous l'effet de l'alcool, de stupéfiants ou de médicaments". Le travail de prévention mené sur les addictions est donc "essentiel" pour la procureure qui précise que dans de nombreux cas, les femmes violentées ne souhaitent pas que leur conjoint aille en prison, mais "qu'il soigne son problème d'addiction". 

"Une marge de progrès" pour éviter l'accueil en hôtel

Le département du Doubs compte 92 places d'hébergement pour les femmes victimes de violence dont 44 sont des placements d'urgence (19 sont à Besançon, 19 à Montbéliard et 6 dans le Haut-Doubs à Pontarlier et Morteau). Sur la question de l'hébergement, le préfet du Doubs a reconnu qu'il "restait une marge de progrès". "L'accueil en hôtel n'est pas satisfaisant. Les femmes se retrouvent seules, sont isolées. Ce cadre ne permet pas de se reconstruire", explique-t-il. "Nous regardons pour que le dispositif soit plus souple et que l'on soit capable, par exemple, d'équiper un appartement en 48 heures".

Le rôle du 39 19

Ce numéro n'est pas un numéro d'urgence. Il s'agit d'un centre d'écoute qui ne concerne pas "les urgences immédiates". "Les personnes qui appellent ne sont pas dans la logique de déposer plainte, ce n'est pas une procédure pénale", explique Mélanie Geoffrey, déléguée départementale aux droits des femmes et à l'égalité, qui indique que la plateforme renvoie aux associations locales.

Info +

  • Le Grenelle contre les violences conjugales se poursuit jusqu'au 25 novembre 2019.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Reprise des cultes : « Nous jugeons la jauge à 30 personnes irréaliste et inapplicable en l’état » selon l’Archevêque de Besançon

Dans son discours du 26 novembre 2020, le premier ministre a précisé que la jauge de participation des fidèles aux messes dominicales reste fixée à 30 personnes pour la reprise des célébrations ce 28 novembre, et ce quelle que soit la taille de l’église. Dans une lettre adressée aux curés, prêtres, diacres, délégués pastoraux, équipes de coordination pastorale et aux fidèles du diocèse, l'archevêque de Besançon, Monseigneur Jean-Luc Bouilleret, manifeste son incompréhension concernant "cette mesure arbitraire qui ne prend pas en compte la juste proportion du nombre de personnes en fonction de la taille de l'église".

Violences conjugales : le dépôt de plainte bientôt possible à l’hôpital de Besançon…

Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes ce 25 novembre 2020, plusieurs acteurs du département ont signé une convention relative à l’accueil, la prise en charge et la prise des plaintes des femmes victimes de violences, dans les locaux du Centre Hospitalier Universitaire de Besançon.

Violences conjugales : le premier bracelet anti-rapprochement testé dès le 8 décembre à Besançon

À l'occasion de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, le procureur de la République de Besançon et le préfet du Doubs entouré de leurs partenaires (France Victime Besançon, Police, Gendarmerie et Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation) ont signé ce mercredi 25 novembre 2020 le protocole de mise en œuvre du "Bracelet anti-rapprochement" au sein du tribunal judicaire de Besançon. Objectif : mieux protéger les victimes de conjoints ou ex-conjoints violents.

Violences conjugales : un signalement possible sur le site internet de l’enseigne Carrefour

Dans le cadre de la mobilisation des forces de l’ordre contre les violences conjugales, Marlène Schiappa, ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté, s’est rendue ce 24 novembre 2020 dans le magasin Carrefour de la Ville du Bois afin de lancer officiellement le partenariat entre Carrefour et la Gendarmerie Nationale.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 1.51
ciel dégagé
le 28/11 à 6h00
Vent
1.54 m/s
Pression
1016 hPa
Humidité
73 %

Sondage