Violences conjugales : "Renforcer nos capacités à travailler en réseau" (Préfet)

Publié le 04/09/2019 - 17:41
Mis à jour le 04/09/2019 - 18:04

Dans le cadre du Grenelle contre les violences conjugales, lancé par Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité femmes-hommes, une cinquantaine d'acteurs se sont réunis ce 4 septembre 2019 en Préfecture du Doubs. Cette initiative s'inscrit dans la continuité d'une action lancée en novembre dernier dans le département.

Sur le département du Doubs : 379 femmes ont été victimes de violences* (*menaces, violences physiques, atteinte sexuelle) sur les six premiers mois en 2019 dans le Doubs. C’est 25% de plus que l’année passée en zone police (soit + 79 femmes). En zone gendarmerie, cela correspond à une augmentation de 19 % (soit + 276 femmes).

Au total, 420 plaintes ont été recensées en zone gendarmerie et police sur le 1er semestre 2019.

En 2018, deux femmes sont décédées sous les coups de leur conjoint et 650 femmes ont été accueillies sur la ville de Besançon à l’antenne Solidarité Femme.

PUBLICITÉ

« Cette réunion a pour but de continuer à amplifier l’action que nous avions entamée. Il s’agit de renforcer nos capacités à travailler en réseau. Notre objectif est de finaliser un plan départemental de lutte contre les violences faites aux femmes d’ici fin novembre« , explique Joël Mathurin, le Préfet du Doubs.

Un travail à mener en amont…

Selon la Procureure de Montbéliard, Carine Gaiffe, « 50% des violences faites aux femmes sont commises sous l’effet de l’alcool, de stupéfiants ou de médicaments ». Le travail de prévention mené sur les addictions est donc « essentiel » pour la procureure qui précise que dans de nombreux cas, les femmes violentées ne souhaitent pas que leur conjoint aille en prison, mais « qu’il soigne son problème d’addiction ». 

« Une marge de progrès » pour éviter l’accueil en hôtel

Le département du Doubs compte 92 places d’hébergement pour les femmes victimes de violence dont 44 sont des placements d’urgence (19 sont à Besançon, 19 à Montbéliard et 6 dans le Haut-Doubs à Pontarlier et Morteau). Sur la question de l’hébergement, le préfet du Doubs a reconnu qu’il « restait une marge de progrès ». « L’accueil en hôtel n’est pas satisfaisant. Les femmes se retrouvent seules, sont isolées. Ce cadre ne permet pas de se reconstruire », explique-t-il. « Nous regardons pour que le dispositif soit plus souple et que l’on soit capable, par exemple, d’équiper un appartement en 48 heures ».

Le rôle du 39 19

Ce numéro n’est pas un numéro d’urgence. Il s’agit d’un centre d’écoute qui ne concerne pas « les urgences immédiates ». « Les personnes qui appellent ne sont pas dans la logique de déposer plainte, ce n’est pas une procédure pénale« , explique Mélanie Geoffrey, déléguée départementale aux droits des femmes et à l’égalité, qui indique que la plateforme renvoie aux associations locales.

Info +

  • Le Grenelle contre les violences conjugales se poursuit jusqu’au 25 novembre 2019.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Dans la catégorie

« Je suis loin d’être aux 35 heures. La mairie c’est tout le temps » (maire de La Longeville)

« Je suis loin d’être aux 35 heures. La mairie c’est tout le temps » (maire de La Longeville)

"Je suis loin d'être aux 35 heures. La mairie c'est tout le temps", déclare Adrien Pellegrini (LR), constructeur immobilier de 40 ans et maire de La Longeville (Doubs) depuis 2014. Cette commune boisée de 800 habitants, qui compte neuf fermes laitières et de nombreux travailleurs frontaliers, est située dans le Jura, près de la frontière suisse.

Rentrée 2019 400 contrats d'apprentissage disponibles

Livres dans la Boucle 2019

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 14.3
ciel dégagé
le 16/09 à 6h00
Vent
0.86 m/s
Pression
1021.12 hPa
Humidité
89 %

Sondage