Violences conjugales : le premier bracelet anti-rapprochement testé dès le 8 décembre à Besançon

Publié le 25/11/2020 - 15:42
Mis à jour le 25/11/2020 - 16:13

À l'occasion de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes, le procureur de la République de Besançon et le préfet du Doubs entouré de leurs partenaires (France Victime Besançon, Police, Gendarmerie et Service Pénitentiaire d'Insertion et de Probation) ont signé ce mercredi 25 novembre 2020 le protocole de mise en œuvre du "Bracelet anti-rapprochement" au sein du tribunal judicaire de Besançon. Objectif : mieux protéger les victimes de conjoints ou ex-conjoints violents.

Ce dispositif est comparable à celui mis en œuvre en Espagne depuis 2 ans et qui a donné des résultats "tout à fait intéressants" selon Étienne Manteaux, procureur de la République de Besançon.

En France, ce bracelet anti-rapprochement, destiné à tenir éloignés les conjoints et ex-conjoints violents, est entré en vigueur le 25 septembre, selon un décret publié la veille au Journal officiel.

Première expérimentation à Besançon le 8 décembre

Concrètement, depuis septembre 2020, cinq tribunaux judiciaires français ont testé ce dispositif anti-rapprochement et depuis novembre, la juridiction de Besançon a été choisie pour expérimenter ce bracelet. La première expérimentation commencera le 8 décembre et pour une durée de 8 mois avec un individu actuellement en prison pour violences conjugales menaçant de représailles son ex-conjointe à sa sortie. Le dispositif sera généralisé dans tous les tribunaux judiciaires de France à partir de début 2021.

Pour que ce bracelet anti-rapprochement existe, une convention doit être signée entre les différents partenaires et "assurer le bon fonctionnement" de ce dispositif, souligne le procureur.

©

Bracelet anti-rapprochement géolocalisé pour l'individu violent, balise géolocalisée pour la victime 

Le dispositif anti rapprochement est composé de deux parties : l'une destinée à l'individu jugé violent, l'autre à la victime. Il permet de géolocaliser les conjoints ou ex-conjoints et de déclencher un système d'alerte lorsque ces derniers s'approchent de leur victime.

Le bracelet pourra être administré sur décision d'un juge, à la fois dans le cadre d'une procédure pénale, pour accompagner un contrôle judiciaire, et en tant que condamnation.

Un dispositif contraignant pour la victime

Le procureur de la République explique que "c'est un dispositif très coercitif pour l'auteur bien sûr, mais pour la victime aussi avec cette obligation de porter en permanence une balise, donc il n'est pas question que ces bracelets soient imposés pendant des années". Il ajoute que "la loi fixe déjà des limites, mais au-delà de ces limites légales, je pense qu'il faut partir sur des durées assez courtes, en exemple, le premier bracelet qui sera mis en place pour un individu sera imposé pendant 8 mois… nous ferons le bilan".

Le bracelet anti-rapprochement + un suivi psychothérapeutique

Toujours selon le procureur, "l'objectif est de doubler la pose de ce bracelet d'une vraie prise en charge psychothérapeutique pour permettre une évolution du ressenti et de la compréhension du passage à l'acte chez l'individu pour prévenir la récidive et permettre à cet homme et cette femme de coexister à distance sans nécessité de ce bracelet anti-rapprochement."

Infos +

  • Le nombre de féminicides a fortement augmenté ces dernières années en France et particulièrement en 2021 pendant le confinement du printemps. En 2018, 121 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-conjoint, en 2019, ce sont 146 femmes qui sont décédées. En 2020, alors que l'année n'est pas encore écoulée, une hausse de 20% est enregistrée par rapport à l'année dernière.
  • Le Doubs est le cinquième département le plus touché par les féminicides en France.

Victimes de violences conjugales, voici des dispositifs à votre disposition :

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Société

Manifestation à Dijon : 40 agents mobilisés pour nettoyer les rues

300 tracteurs et 400 manifestants se sont retrouvés ce mardi 6 avril 2021 devant la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dréal). La grille d'entrée avait été enfoncée avec un tractopelle et l'accès avait été recouvert avec un amas de fumier. Des pneus et de la paille avaient ensuite été incendiés, avait constaté un journaliste de l'AFP.

Réchauffement climatique en Bourgogne Franche-Comté : l’Ademe accompagne les territoires

Selon une publication récente d'Alterre Bourgogne Franche-Comté, le changement climatique est une réalité dans notre région et les estimations sur ces 70 prochaines années sont loin d'être réjouissantes. Afin d'accompagner les territoires engager dans l'adaptation aux conséquences des changements climatiques, l’Agence de la transition écologique (ADEME), établissement public sous la tutelle conjointe du ministère de la Transition écologique et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation porte de nombreux projets.

Le Syndicat des fabricants du cassis de Dijon empêche le dépôt de la marque « Dijon » en Chine

Le Syndicat des Fabricants du Cassis de Dijon, composé des maisons Gabriel Boudier, Briottet, Lejay-Lagoute et L’Héritier-Guyot, menait depuis près de deux ans une action résolue et déterminée pour protéger la marque "Dijon" à l’international, et notamment en Chine, où celle-ci était menacée. Un engagement sans faille qui vient de se solder par une victoire du Syndicat, apprend-on ce mardi 6 avril.

Euthanasie : le débat dépasse les clivages politiques et divise les spécialistes

Le débat sur l'euthanasie, relancé à travers le décès de l'ancienne députée du Doubs  Paulette Guinchard, et d' une proposition de loi examinée jeudi à l'Assemblée, continue à diviser la classe politique mais aussi les spécialistes, signe d'un sujet toujours aussi douloureux, cinq ans après la loi Claeys-Leonetti.

Fin de vie : Jacques Grosperrin veut « un vrai débat de société, sans précipitation »

L'Assemblée nationale s'apprête à débattre d'une proposition de loi visant à garantir et renforcer les droits des personnes en fin de vie. Le sénateur LR du Doubs Jacques Grosperrin n'est pas défavorable à de nouvelles perspectives "mais dans des limites claires et parfaitement encadrées".

Avenir des Vaîtes : l’ancien directeur de campagne d’Eric Alauzet refuse de participer à la conférence citoyenne

"Tiré au sort", Frank Monneur, professeur d'histoire géographie et ancien directeur de campagne d'Eric Alauzet (LREM) lors de l'élection municipale de la Ville de Besançon indique, ce 6 avril 2021, qu'il refuse de prendre part à la conférence citoyenne au sujet de l'écoquartier des Vaîtes. Au passage, il tacle la participation d'Alexandra Cordier...

Écoquartier des Vaîtes : Alexandra Cordier tirée au sort pour participer à la conférence citoyenne

L'ex-référente départementale LREM et candidate (Ensemble) à la mairie de Besançon (soutenue par le maire sortant J-L Fousseret), a été tirée au sort le 22 mars 2021 pour participer à la conférence citoyenne sur l'avenir des Vaites. Pour rappel, 5 à 700 volontaires seront retenus pour participer au tirage au sort final qui désignera 50 personnes. Ces dernières rendront un avis qui servira à la décision finale qui sera prise lors de conseil municipal en septembre 2021.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 10.32
couvert
le 11/04 à 9h00
Vent
5.39 m/s
Pression
1009 hPa
Humidité
26 %

Sondage