TGV: la grande vitesse n’agit pas comme une baguette magique

Publié le 12/03/2012 - 21:16
Mis à jour le 13/03/2012 - 08:14

L’arrivée d’un TGV dans une région n’amplifie pas à elle seule le développement économique et touristique. Une étude de l’agence Deloitte démontre qu’il faut « maintenir la tension bien au-delà des inaugurations ». 

attractivité

Le TGV Rhin-Rhône n’aura pas l’effet d’une baguette magique sur le développement de la Franche-Comté. Tout le monde est à peu près d’accord sur ce constat. C’est la raison pour laquelle les deux clubs TGV créés en 2009 pour tirer le maximum de bénéfice de la LGV Rhône-Rhône, dont la première tranche de la branche-est, longue de 145 km, a été mise en service le 11 décembre 2011, ont décidé récemment de poursuivre leurs travaux.

Autrement dit, on ne vient pas en Franche-Comté parce qu’il y a un TGV, mais parce que la région dispose d’une attractivité mise en scène par les collectivités territoriales. « J’ai l’impression qu’à Besançon et en Franche-Comté en général, les élus ont compris l’essentiel, à savoir qu’il faut maintenir la tension au-delà des inaugurations. Ils ont plutôt bien intégré cette nécessité », estime Hartmut Kramer, directeur de la Stratégie économique et territoriale chez Deloitte qui a consacré une étude sur les conséquences de la grande vitesse sur des villes moyennes françaises et européennes dix ans après sa mise en service (*).

« Il n’y a pas d’automaticité des retombées économiques de la grande vitesse », confirme Hartmut Kramer. « Valence est un bon exemple. Il y a eu autour de la gare TGV un projet de territoire au bénéfice des citoyens, des entrepreneurs et des touristes qui ont aujourd’hui des raisons de s’arrêter dans cette ville », relève-t-il en insistant sur le fait que « l’impact de la grande vitesse dépend de la posture du territoire concerné ». « Ce n’est pas parce que le TGV arrive qu’il y aura un impact. Il faut penser le déploiement du TGV et plus c’est simple mieux ça vaut. Certaines villes en bénéficient, d’autres pas ». Il ne citera pas de contre-exemple.

Les dysfonctionnements multiples et variés enregistrés aussi bien dans la nouvelle gare de Besançon que dans celle de Belfort-Montbéliard ne sont-ils pas de nature à contrarier les retombées positives tant attendues ? « Au début, ce n’est pas un drame en soi. Il y a forcément une période de rodage. Il faut voir ce qu’il en sera dans un an, puis dans une dizaine d’années pour véritablement dresser une fiche d’identité du territoire avant et après », répond Hartmut Kramer.

Pierre de Saint-Ferjeux, manager chez Deloitte, qui a co-présenté l’étude de l’agence à Besançon il y a un mois, estime de son côté que « la Franche-Comté est un territoire dynamique » et que « la volonté politique existe de mettre les choses en musique ».

Rendez-vous dans dix ans pour savoir si le territoire comtois aura réussi à éviter « l’effet tunnel » tant redouté. Il faut trouver les moyens de faire descendre les passagers du TGV dans la région. Qu’ils soient citoyens, entrepreneurs ou touristes.

 

(*) L’agence Deloitte a étudié le cas de cinq villes moyennes françaises (Arras, Saint-Malo, Vendôme, Macon et Valence) et quatre villes européennes.

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Transports

À Besançon, un irréductible horodateur perdure rue Gambetta malgré l’absence de places de stationnement pour les voitures

Après de longs mois de travaux, la partie supérieure de la rue Gambetta est désormais terminée. Toutefois, un horodateur est toujours en place ce vendredi 1er mars 2024 malgré l'absence de place de parking pour les automobilistes et donc de coût de stationnement à s'acquitter. Désormais au chômage technique, le dispositif interroge quant à sa présence dans la rue.  

La ligne TGV Paris-Lyon sera fermée quatre jours pour travaux du 9 au 12 novembre (SNCF Réseau)

La ligne TGV Paris-Lyon, la plus fréquentée en Europe, sera fermée pendant quatre jours entre le samedi 9 et le mardi 12 novembre 2024 inclus, pour préparer la mise en service d'un nouveau système de signalisation, a indiqué jeudi SNCF Réseau. Les train de Bourgogne-Franche-Comté sont concernés.

Effondrement à Besançon : la rue de Vesoul sera fermée plusieurs semaines à la circulation…

Anne Vignot, la maire de Besançon, a tenu à faire un point mercredi 28 février 2024 suite à l’effondrement de la rue de Vesoul à Besançon. De nombreux services sont mobilisés afin de traiter au mieux ce gouffre de 4 à 5 mètres de profondeur… Du côté du calendrier, aucune date de réouverture de la rue ne peut être communiquée pour l’instant, nous précise-t-on.

À Besançon, une brigade de police intervient désormais dans les transports en commun

À l’occasion du lancement du dispositif de Force d’action républicaine (FAR) le mardi 26 février 2024 à Besançon, la police nationale a présenté la nouvelle Brigade de sécurité des transports en commun (BSTC) mise en place depuis janvier 2024 dans la capitale comtoise. Les agents affectés à cette brigade auront pour principales missions de sécuriser les transports et rassurer la population.

6 M€ d’euros pour moderniser la voie en gare d’Andelot-en-Montagne et des Longevilles-Mont-d’Or 

Du 26 février au 15 juin 2024, SNCF Réseau, gestionnaire du réseau ferré national, réalise des travaux de modernisation de la voie en gare d’Andelot-en-Montagne (39) et des Longevilles-Mont-d’Or (25). Cette opération vise à contribuer à la performance du réseau en garantissant des conditions optimales de régularité et de sécurité des circulations ferroviaires.

Les aides à l’achat d’un vélo prolongées jusqu’en 2027

Vélo classique, à assistance électrique ou encore cargo… Tous sont éligibles au bonus vélo dont la prolongation vient d'être étendue jusqu'en 2027 par le gouvernement. Alors qu'il ne concernait jusque-là que les vélos neufs, le bonus vélo s’ouvre à présent aussi aux vélos d’occasion. On fait le point avec le site du service-public sur les aides disponibles pour l’achat d’un vélo électrique.

Lutte contre les ilots de chaleur : la végétalisation des arrêts de bus et tram’ a commencé à Besançon

Afin d’améliorer le confort des usagers des bus et des tramways à Besançon, notamment en cas de fortes chaleurs, la Ville de Besançon et Grand Besançon Métropole a décidé de planter des arbres à proximité des arrêts les plus exposés. Le premier arbre a été planté à la station Léo Lagrange vendredi 23 février 2024 en fin de matinée par Anne Vignot, maire de Besançon et présidente de Grand Besançon Métropole, et Fabienne Brauchli, adjointe à la maire, déléguée à la Transition écologique, aux Espaces verts et à la Biodiversité.

Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

Offre d'emploi

Sondage

 8.54
couvert
le 02/03 à 9h00
Vent
2.97 m/s
Pression
1004 hPa
Humidité
72 %