Tram : Jean-Louis Fousseret menace Mireille Péquignot de poursuites

Publié le 03/10/2011 - 18:38
Mis à jour le 12/04/2019 - 11:46

Mis en cause par l’élue représentant le Nouveau Centre au conseil municipal de Besançon par rapport au choix du constructeur du futur tramway, le président du Grand Besançon menace Mireille Péquignot de poursuite.  Dans un communiqué elle s'était interrogée sur le versement d’éventuelles commissions.

 ©
©

La lettre adressée par Jean-Louis Fousseret à Mireille Péquignot :

« J’ai lu avec attention dans la presse, puisque, à ce jour, vous n’avez pas encore eu l’élégance de me la communiquer, votre lettre m’accusant d’être un VRP de luxe pour le groupe européen CAF.

Refusant la polémique stérile, je me suis interrogé sur la nécessité de vous répondre publiquement.

Cependant, les inexactitudes, les mensonges et de graves insinuations m’obligent à vous répondre point par point.

Tout d’abord, je ne suis le VRP de personne, si ce n’est de notre ville, et de notre région, et spécialement auprès du monde économique. Je le fais et je continuerai à le faire avec enthousiasme car il est de mon devoir d’être l’ambassadeur de notre région et sa capitale, et si je me suis rendu en Espagne, c’est uniquement pour négocier les conditions avantageuses pour les finances de Besançon et de notre agglomération.

Vous m’accusez d’acheter des tramways espagnols de préférence aux tramways Alstom.

Dois-je vous rappeler que les marchés publics de ce type sont soumis à une procédure d’appels d’offres au niveau européen, qui répond à un strict ordonnancement juridique soumis au contrôle du juge.

Madame, en ce qui me concerne, je respecte la loi, et j’ai choisi CAF après avis unanime de la Commission d’Appels d’Offres

Le non-respect des règles aurait été immédiatement sanctionné par les magistrats saisis par les autres candidats au marché et non retenus.

Par ailleurs, révisez vos chiffres, vous qui êtes toujours prête à dénigrer la Franche-Comté, il n’y a pas 40 % de chômage dans le Grand Besançon, heureusement.

En outre, permettez-moi de vous rappeler, car vous semblez l’ignorer, que les tramways du Grand Besançon seront construits par des ouvriers français, à Bagnères-de-Bigorre, Alstom construisant les siens à La Rochelle, vous le voyez.

La Rochelle, Besançon ou Bagnères-de-Bigorre, c’est la France, Madame.

Vous parlez de campagne de communication offerte à CAF par le Grand Besançon.

La réalité est inverse puisque, par exemple, c’est CAF qui vient d’offrir au Grand Besançon la maquette grandeur nature de notre tramway, qui va permettre aux futurs utilisateurs d’initier d’éventuelles modifications.

Coût de cette maquette : environ 400 000 €uros.

Qui fait un cadeau à qui ?

D’autre part, affirmer que CAF n’a pas d’expérience, alors que cette société vieille de 100 ans construit depuis longtemps des tramways, des métros et des trains à grande vitesse, c’est faire preuve de beaucoup d’ignorance ou de malhonnêteté intellectuelle.

Alstom vend dans le monde entier -et c’est très bien aussi- et équipe par exemple le métro de Madrid et de  Barcelone, en Espagne !!!

On ne peut vouloir exporter et d’autre part fermer les frontières.

Par ailleurs, c’est bien mal me connaître que de penser que je ne défendrais pas les intérêts de l’industrie franc-comtoise.

En effet, j’ai proposé à CAF d’équiper les trams avec des moteurs d’Alstom et de faire ainsi travailler l’industrie franc-comtoise. A cet égard, une délégation de CAF viendra prochainement en Franche-Comté pour étudier d’éventuelles collaborations.

Pour terminer, vous faites allusion à, je cite, « des commissions auraient-elles été perçues ».

Ces allégations sont très graves, et je vous demande désormais de mesurer vos propos.

Si tel n’était pas le cas, je me verrais dans l’obligation de demander à la justice de notre pays de vous rappeler les règles qui protègent la probité et l’honneur de chacun ».

Soyez le premier à commenter...

Laisser un commentaire

Politique

Jacob Delafon : la Région « à disposition » pour accompagner tout projet de reprise

Mardi, le groupe français Kramer a retiré mardi l'unique offre de reprise de l'usine Jacob Delafon dans le Jura. Alors que le gouvernement s'efforce de "renouer les liens du dialogue" entre le groupe américain Kohler et français Kramer, la présidente de Région espère encore trouver une issue favorable.

RN 57 Micropolis – Beure : les élus PS et Républicains de Besançon avancent les mêmes arguments… « écolos » !

Pour ! • C'est le débat politique du moment. Pour ou contre la réalisation de la 2 x 2 voies entre Micropolis et Beure ? Si pour les écologistes du Grand Besançon ou le parti Génération.s, des alternatives doivent être abordées, les élus socialistes au sein de la majorité de la maire EELV de Besançon, n'hésitent pas à soutenir le projet d'aménagement tout comme les élus LR de l'opposition.

Marie-Guite Dufay interpelle Emmanuel Macron sur les enjeux agricoles et industriels de Bourgogne Franche-Comté.

Après la visite d'Emmanuel Macron d'une ferme à Étaules au nord de Dijon ce mardi 23 février 2021, la présidente de région Marie Guite Dufay (PS) exhorte le président de la République à "agir enfin" sur les enjeux de la Bourgogne Franche-Comté notamment sur les dossiers de Général Electric et Jacob Delafon.

RN 57 : Jacques Grosperrin demande à Anne Vignot d’avoir « le courage de ne pas abandonner le projet »

Micropolis - Beure • Alors que EELV et Génération.s s'opposent au doublement des voies sur le trait d'union entre le boulevard et Beure, le sénateur du Doubs Jacques Grosperrin (LR) s'empare  à son tour du débat et exhorte la maire EEELV de Besançon à ne pas remette en cause le projet routier.

Macron à la rencontre d'agriculteurs mardi en l'absence de leur salon

Circuits courts • Le président de la République se rendra ce mardi 23 février 2021 dans une exploitation à Étaules, un village situé à une quinzaine de kilomètres au nord de Dijon. Il sera accompagné par Julien Denormandie. Il s'entretiendra  avec des acteurs de la filière agricole pour démontrer "son intérêt" à ce secteur en l'absence du salon de l'agriculture, annulé cette année à cause de la crise du Covid-19, a annoncé lundi l'Elysée.
Offre d'emploi
Offre d'emploi

Devenez membre de macommune.info

Publiez gratuitement vos actualités et événements

 18.26
ciel dégagé
le 25/02 à 15h00
Vent
3.06 m/s
Pression
1028 hPa
Humidité
36 %

Sondage